L'Univers de Vakiri !

  • Auteur de la discussion DeletedUser12488
  • Date de début
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

DeletedUser12488

Erquy la suite...

Sur le flanc Sud du Cap, surplombant la rade d'Erquy afin d'en assurer facilement la protection, deux autres vestiges se distinguent par une architecture dénotant une origine beaucoup moins ancienne.

Le premier est un Corps de Garde, dit "des trois pierres", bordant la petite route menant à la pointe du Cap, datant de 1744, dont la guérite a disparu au début du siècle ...


erquy14.jpg


Le second, beaucoup plus rare, est un four à boulets datant de 1794. Il était destiné à chauffer les boulets à rouge de telle sorte qu'ils puissent incendier les navires anglais qui tentaient d'attaquer la ville. Les trois batteries de canons qu'il devait alimenter ont disparu et ce petit édifice paraît désormais bien seul ... et abandonné.

erquy12.jpg


Plus loin, à l'extrémité de la Pointe, on peut encore voir le Cap finir de s'enfoncer dans la mer, dans une dernière langue de rochers inlassablement battus par les vagues ...

erquy7.jpg


Le sentier longeant la côte, après la Pointe du Cap, continue à s'étirer, débouchant parfois sur d'autres visions surprenantes ...

erquy8.jpg


Jusqu'à la limite des Sables d'Or, les pointes de rochers plus ou moins prononcées enserrent étroitement les Plages Sauvages : Croissants de sable blond, elles sont bordées de la même végétation luxuriante qui couvre les landes du Cap. Elles ont pour noms le Guen, le Portuais, Lanruen ou ici Lourtouais.

cp_plages_d_erquy_450.jpg


En amont de cette dernière, cachée dans un bosquet : Une fontaine surmontée d'une petite chapelle, consacrée à une "Notre-Dame des Bruyères", surprend par sa présence. Blottie dans un bosquet, paraissant oubliée de tous, elle reçoit les rares visites d'anciens connaissant encore sa présence.

erqfont1.jpg


En continuant votre randonnée, longeant les Plages Sauvages et plus loin le Corps de Garde de la Fosse Eyrand, vous aboutirez enfin à la plage Saint-Michel. A l'extrémité de celle-ci, une langue rocheuse en marque la fin : la Pointe du Champ du Port.

images


Elle est artificiellement prolongée par une digue et un quai de granite qui enserrent presque entièrement le petit port du village.

Formée par la houle et la présence d'une veine granitique, une chaussée de rochers et de galets partant de la plage aboutit à l'îlot Saint-Michel qui fait face au hameau des "Hôpitaux".

Sur celui-ci, la chapelle du même nom date de 1881 mais est construite sur les fondations d'un édifice qui y a vu le jour au 12ème siècle.

sableor4.jpg


Accessible à marée basse, la petite île et ses rochers peuvent s'avérer dangereux pour les visiteurs imprudents !

Aux belles marées, de nombreux amateurs de pêche à pied s'y aventurent car elle a la réputation d'être le refuge de biens des délices de la mer !

Entre les villages des Hopitaux et des Sables-d'Or se faufile l'estuaire de l'Islet, minuscule rivière qui semble s'étaler en une largeur démesurée lorsque la mer remonte et se faufile dans le canal qu'il a formé sur la grève. Lorsque les eaux se retirent, il est un obstacle facile à franchir pour passer d'un côté ou de l'autre, disparaissant presque entièrement dans le sable de la plage.

Survol de la plage des Hopitaux, de l'îlot Saint-Michel et de la "bouche" d'Erquy


L' estuaire de l' Islet ou " Bouche d' Erquy " est un espace naturel d' une grande beauté soumis au mouvement des marées. Dominé par le rocher du Marais, cet estuaire d' environ 50 hectares est baigné par la mer à marée haute et traversé par l' Islet à marée basse. L' estuaire de l' Islet est une zone de transition entre terre et mer. Il présente une diversité de milieux et une richesse floristique remarquable. L' obione, la salicorne, la spartine en niveau bas, puis un peu plus haut, la lavande de mer ou saladelle.

index.php


A l'ouest, le Cap d'Erquy abrite de sa masse le petit port aux allures de station balnéaire qui lui a donné son nom. Nichée entre deux promontoires, la capitale de la coquille Saint-Jacques vit son hiver entre la fébrilité portuaire rythmée par les quotas de capture de coquillages et la langueur de son front de plage désert; la belle saison réveille la cité ( qui devient l'une des plus peuplées du département) et fait revivre ses plages tandis que les bateaux de pêche chalutent sans contrainte en quête de poisson noble.

index.php


Dans la baie de Saint-Brieuc, la pêche de ce véritable « trésor de la Baie » est très réglementée (d’octobre à avril) pour en assurer la pérennité. Sublimées par les chefs restaurateurs de la ville, les recettes sont nombreuses pour savourer ce précieux coquillage.


Magnifique point de vue

Au Nord, le Cap Fréhel, sauvage et grandiose, dresse ses murailles aux allures de ruines de château de légende à 70 mètres au-dessus de la mer. C'est le paradis des oiseaux marins : une réserve ornithologique reconnaît leur suzeraineté sur ces falaises et éperons de grès ocres et violacés.

Le Fort la Latte et le Cap Fréhel


Erquy. Les Lacs bleus, un havre de paix au cœur du cap

Les Lacs bleus, véritables bijoux cachés au cœur de la falaise du cap d’Erquy, à une quarantaine de mètres au-dessus du niveau de la mer, offrent aux randonneurs un voyage à travers le temps.

Depuis quelques mois, les Lacs Bleus sont accessibles depuis le port d'Erquy. Les promeneurs peuvent gravir la centaine de marches de l’escalier en bois construit en flanc de falaise, tout en admirant la vue imprenable des paysages maritimes de la baie, dignes des plus belles cartes postales.

Vestiges des anciennes carrières de grès rose, les Lacs bleus sont nichés à l’abri d’une forêt de pins, traversée par un sentier d’interprétation qui permet de suivre les traces des anciens carriers. Surnommés les « sabots râpés », ces hommes y ont taillé les pavés destinés aux rues de Paris et des grandes villes de France jusque dans les années 1930


index.php
les sites paisibles des Lacs Bleus sont traversés par un sentier d'interprétation qui s'étend sur près de 2 kilomètres à Erquy.

Une sensation de sérénité

Les amateurs d’histoire et de géologie plongent au travers de l’histoire de l’extraction du grès rose, une roche si précieuse à l’identité d’Erquy et qui apporte tout son cachet aux édifices de la commune, des maisons de pêcheurs aux villas du bord de mer jusqu'aux chapelles et au Château de Bienassis.

Endroit idéal pour faire une pause, les amoureux de la nature se laisseront charmer par la beauté et le calme de ces lieux et le reflet des pins dans l’eau qui procurent une sensation de sérénité. Avant de repartir sur le chemin côtier, entre mer et sous-bois, en direction du corps de garde et du four à boulets qui ont marqué l’histoire de la ville et à la découverte des plages qui bordent le littoral du cap.


Le Lac Bleu

index.php


Le lac bleu, suspendu à flanc de falaise au-dessus du port d' Erquy, offre un surprenant et magnifique point de vue sur la baie et la ville, avec ses eaux vertes (oui oui vertes!), dans lesquelles se reflètent de grands pins. Il est né de l'excavation des carrières d'où l'on extrayait autrefois le grès rose. De ces carrières sont sortis, jusqu'en 1930, les pavés destinés aux rues de Paris.

Pour rejoindre ce lac depuis le centre ville, monter tu-es roc, puis continuez sur la gauche et suivre les panneaux (c'est très bien indiqué). Durée en marche à allure moyenne: 15 min. Croyez-moi, cela Vaut le détour !

Cap à l’Ouest : Direction le Cap Fréhel !!!

index.php



Le Cap Fréhel présente sur le littoral, des falaises de grès rose majestueuses qui dominent la mer à plus de 70 mètres de haut et vous offrent un magnifique panorama.

Au détour d’une balade sur le flanc Est, au-dessous de la falaise, vous apercevrez l’énorme rocher de la Grande Fauconnière, en forme de tour penchée, qui abrite une multitude d’oiseaux.


266CapFrehel2Aout09.jpg


Bon à savoir : Le Cap Fréhel accueille une réserve ornithologique : des guillemots, des pingouins torda, des cormorans huppés, des mouettes tridactyles, des goélands marins, des goélands bruns, et des goélands argentés…, la deuxième des Côtes d’Armor.

Au sommet des falaises du Grand Site Cap d’Erquy – Cap Fréhel, se dessine le plus vaste ensemble de landes littorales des côtes françaises. Ainsi quatre bruyères, nuancées de violet-rose, associées à des ajoncs, nuancés de jaune, se rencontrent et reflètent la diversité floristique présente. Cachée dans ce couvert végétal, une avifaune riche et singulière s’y développe participant à l’intérêt écologique important des landes.

La lande du Cap Fréhel est un des sites les plus visités de Bretagne. Le Cap est classé depuis 1967. Aujourd'hui, toute construction est interdite et le site est protégé.

Le Cap Fréhel associé au Cap d’Erquy forme un territoire remarquable grâce à leur patrimoine naturel, paysager, socio-culturel et historique. Ils ont été reconnu « sites emblématiques » par le Conseil général des Côtes d’Armor au travers de la politique touristique. Les Caps accueillent plus d’ 1.6 millions de visiteurs par an et bénéficient d’une grande notoriété.

Il y a une dizaine d’années les Caps d’Erquy et de Fréhel ont été également reconnus « Grands Sites ». Dernièrement, les collectivités du territoire des deux Caps, et le Conseil général des Côtes d’Armor, ont voté de manière favorable au lancement d’une « Opération Grand Site »,première étape de la démarche « Grand Site ».

Ouvrez grands vos yeux, vous êtes sur l’un des plus impressionnants sites de la région. Surplombant une mer d’émeraude, battu par les vents, le cap Fréhel enchante par sa beauté et ses couleurs chatoyantes. Ses falaises, à pic comme des murailles, abritent des centaines d’oiseaux nicheurs. De la pointe du Grouin jusqu'à l’île de Bréhat, le cap offre aussi 400 hectares de landes, parmi les plus vastes d’Europe et un majestueux phare de 103 mètres.

Balade jusqu'au fort

Par temps clair, vous pourrez admirer le panorama qui s’étend depuis le Cotentin et Jersey jusqu'à Paimpol. Après un détour par le phare actuel construit dans les années 50, empruntez le sentier côtier jusqu'au fort. 1hrs30 de balade jusqu'à ce monument historique, dont la visite vaut vraiment le détour. Les amateurs d’histoire et les enfants adoreront accéder à la chapelle, au corps de garde et surtout au donjon. De là-haut, le panorama sur le paysage environnant y est à couper le souffle.

La forteresse de La Roche-Goyon

upload_2018-4-15_19-28-15.jpeg


Perché sur son éperon rocheux, la forteresse de La Roche-Goyon -mieux connue sous le nom de Fort-la-Latte- compte parmi les plus belles cartes postales de la région et témoigne de l'histoire de l'Etat puis de la région Bretagne. Le premier château de la famille des Goyons ( une grande famille qui marque l'histoire bretonne jusqu'à la fin du XVe siècle) aurait, dit-on, été construit sous le règne d'Alain Barbetorte, au début du Xe siècle. La forteresse actuelle date du XIIIe siècle. Maintes fois, elle a changé de mains; souvent, elle a été attaquée; rarement, elle a été prise.

Ravagé en 1597, puis restauré, le château a été abandonné au XIXe siècle. Lorsque M. Jouon des Longrais l'a acheté, en 1931, Fort- la-Latte était dans un état tel qu'il fallait engager d'importants travaux de restauration. Ces travaux, menés par M. des Longrais puis son fils ( le propriétaire actuel), ont permis de faire de la forteresse un passionnant rendez-vous avec l'histoire agitée de la région. On peut également se promener dans le parc, un paysage sauvage que les propriétaires soucieux de protection de la nature ont préservé de tout aménagement.

Le saviez-vous ?

Sous les feux des projecteurs

Le fort la Latte sert régulièrement de décor aux films de cape et d’épée. Tony Curtis et Kirk Douglas dans Les Vikings en 1957, Sophie Marceau et Lambert Wilson dans Les Chouans et en 2010 le téléfilm l’Epervier inspiré de la BD de Patrice Pellerin.


Le phare du Cap Fréhel

index.php


Le jeune phare du Cap Fréhel s'élance au dessus des bâtiments d'exploitation et d'exposition joliment construits en pierres soigneusement taillées et domine le vieux phare aux allures de tour fortifiée, bâti en moëllons aujourd'hui disjoints. Plus loin, tout à la pointe, une autre petite tour se dresse au bord de l'aplomb rocheux. Du haut du phare -que l'on peut visiter de mai à octobre et durant les vacances scolaires-, on peut apercevoir, par temps clair, Bréhat à l'Ouest, Jersey au Nord, Chaussey au Nord-Est et le Cotentin à l'Est. Un superbe panorama qui se mérite : il y a 145 marches à gravir.

La Criée

index.php


Les produits de la mer débarqués à Erquy sont remarquables pour leur fraîcheur (pêchés la nuit, aussitôt débarqués, vendus et expédiés) et leur diversité (plus de 60 espèces, parmi lesquelles : soles, turbots, barbues, bars, st-pierre, homards, araignées, seiches, praires et coquilles Saint-Jacques).

La Criée assure le débarquement, le tri, la pesée, la vente aux enchères informatisée, la facturation et le paiement. Par contre, pas de vente aux particuliers.

Si la coquille Saint-Jacques reste la reine de la baie de Saint Brieuc, tous les matins, le poisson ramené à quai fait l’objet de toutes les attentions. Et tout va très vite. Triés, pesés, étiquetés, les Saint-Pierre, Rougets et autres Roussettes se soumettent au rituel de la vente à la criée.

Voilà pour ma première destination !!
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

Seconde ville...

Baie de Saint-Brieuc

eo_image.php
images


Saint-Brieuc est une commune française située en Bretagne, dans le nord-ouest de la France. Préfecture des Côtes-d'Armor, elle en est également la ville la plus peuplée avec une population de 45 207 habitants appelés les Briochins et Briochines.

Située entre l'Armor (pays de la mer en breton) et l'Argoat (pays de la terre) et rythmée par ses trois vallées - Gouédic, Gouët et Douvenant, l’Agglomération de Saint-Brieuc bénéficie d'un environnement privilégié, ouvert sur une baie remarquable, 5e au monde par l'amplitude de ses marées. La Baie, façonnée de plages et points de vue, y abrite aussi la plus grande réserve naturelle de Bretagne.

images


A 2 h 50 de Paris par TGV et à 1 heure en voiture de Rennes, Saint-Brieuc est le principal pôle d’attraction et d’animation des Côtes d’Armor avec près de 300 commerces concentrés dans son centre piétonnier.

Avec la pointe du Roselier pour vigie, la Baie de Saint-Brieuc dévoile un séduisant décolleté entre terre et mer jusqu'au port du Légué, piste d’élan vers la ville historique. Autour de la cité, falaises, cales, dunes et landes se succèdent en exerçant leurs charmes naturels, nautiques et chaleureux !

Nature. La baie de Saint-Brieuc cinquième du monde

Sur la façade nord de la Bretagne, s'ouvre la profonde échancrure qu'est la baie de Saint-Brieuc, dans ce paysage sans cesse renouvelé, la vie des milliers d'oiseaux hivernants est rythmée par le flux et le reflux de la mer.

Réserve naturelle depuis 1998, la baie de Saint-Brieuc est la cinquième du monde de par l’amplitude de ses marées.

Avec plus de 40 000 oiseaux et 112 espèces, elle est également un véritable carrefour migratoire.Elle représente une zone d’hivernage pour les canards, cygnes et échassiers. La Maison de la baie permet de comprendre cet environnement, grâce à ses expositions et animations. Des visites guidées de la baie à pied sont organisées.


Un patrimoine de granit et pans de bois

Dans le centre-ville, des demeures de pierre et des maisons à pans de bois rivalisent de charme. L’hôtel du Ribault revendique son titre de plus ancienne maison de la ville. Son pignon sur rue s’incline sur les pavés depuis le 15e siècle. D’autres colombages, érigés du 15e au 17e siècle, se réunissent place Louis Guilloux. Flâner dans les ruelles révèle diverses surprises, comme ces façades en mosaïque des années 1930 signées Odorico. Pour retrouver les hautes demeures d’armateurs, il faut rejoindre le Port du Légué, « porte d’entrée » sur la baie.

La mer à 2h06 de Paris

Grâce au prolongement de la Ligne à Grande Vitesse, nos amis de la capitale ne mettent plus que 2h13 et même 2h06 le vendredi soir pour rejoindre de la Gare de Paris Montparnasse Saint-Brieuc, porte d'entrée de la baie. Ce qui fait de Saint-Brieuc la plage la plus proche de Paris ! L'occasion de venir d'Ile-de-France ou d'ailleurs un weekend pour recharger les batteries en bord de mer.

A votre sortie du train ou en arrivant par la route un arrêt à Saint-Brieuc, la préfecture costarmoricaine active mais timide s'impose. Déambulez dans les rues piétonnes de la cité épiscopale jouissant d’une architecture ancienne préservée où les maisons à pans de bois côtoient l'imposante cathédrale forteresse Saint-Étienne.

Puis descendez au port du Légué, nouveau lieu de rendez-vous des briochins... Et là devant vous, elle vous attend : la mer !

baie-stquay.jpg


Les plus hautes falaises de Bretagne

Au nord de Saint-Quay-Portrieux, vous découvrirez les plus hautes falaises de Bretagne. Haute de 104 mètres, la Pointe de Plouha est le point culminant de la côte rocheuse longue de 14 km et abritant des criques dissimulées, des aires de nidification pour oiseaux, un ancien port ainsi qu’une chapelle renfermant des fresques terrifiantes.

images


baie-erquy.jpg


Et son atypique PORT DE GWIN ZEGAL. Les sables fins de la réserve naturelle constituent un milieu favorable au développement de nombreuses espèces et par conséquent, un réservoir de nourriture pour des dizaines de milliers d’oiseaux migrateurs comme l’huîtrier pie, le canard siffleur, la bernache, le courlis cendré…

index.php


Autres particularités de la Baie de Saint-Brieuc sont ses grandes marées ! En effet elle est la 5ème baie du monde pour l’amplitude de ses marées. Elle devient alors un paradis pour les pécheurs à pied lors de grands coefficients qui découvrent des centaines d'hectares.

La meilleure façon de découvrir la baie de Saint-Brieuc est de visiter La Maison de la Baie à Hillion, classée Maison Nature. Elle valorise et fait vivre ce patrimoine naturel grâce à une approche pédagogique afin de sensibiliser le visiteur à la protection de l’environnement.


La Maison de la Baie

index.php


La Maison de la Baie valorise et fait vivre ce patrimoine naturel. Faire connaître la baie par une approche pédagogique, ludique et interactive, montrer la richesse de la biodiversité de la baie et l’interdépendance des espèces et des milieux, sensibiliser à la protection de l’environnement et développer les comportements éco-citoyens, telles sont les ambitions de Saint-Brieuc Agglomération.

Classée Maison Nature, la Maison de la Baie a ouvert en janvier 2011 un nouvel espace muséographique permettant de mieux appréhender les milieux naturels de la baie, en proposant un parcours audacieux de découverte du haut des falaises aux fonds sous-marins de la baie. Idéalement implantée au cœur de la baie, en bordure des sentiers de randonnée (GR), elle offre une vue panoramique sur un environnement remarquable. C’est un lieu exceptionnel de découverte de la faune et de la flore et aussi un lieu de sensibilisation à la biodiversité de l’agglomération de Saint-Brieuc.


Le Nautisme et la Musique vont vous faire vibrer

2018 est l'année du nautisme en baie de Saint-Brieuc. En effet, fin août les multicoques classe 40 se retrouveront au large de Saint-Quay-Portrieux pour une dernière répétition avant la route du Rhum lors du Trophée Multicoques du 24 au 26 août.

index.php


Un chemin au-dessus des flots

Sur les quais, l’envie de prendre le large vous gagne, à bord du Grand Léjon.

index.php


Falaises de la Pointe de Pordic

Du très haut de la falaise, la vue est spectaculaire : vous dominez les plages de Tournemine Tables de pique-nique. Voilà une plage facile d’accès avec son parking, et propice aux activités variées. A vous les baignades, les activités nautiques et les sports de glisse.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

Côté mer et plages de la Baie de Saint-Brieuc

Ou même à pieds. Le sentier des douaniers (GR34) surplombe la mer, révélant des paysages variés et authentiques. Le parcours se fait tonique - à tous points de vue - sur les falaises de la Pointe de Pordic.

pt52395.1262095.w430.jpg
L
es falaises de la Pointe de Pordic.

La plage du Valais est l’unique plage de Saint-Brieuc. A 4 kilomètres du centre-ville, on y accède par la route depuis Cesson ou en empruntant le sentier des douaniers depuis le port du Légué. Elle s’ouvre largement sur la baie, un immense territoire de sable, de lumière et de grand air, qui file jusqu'à l’horizon. Adossés à la roche ou lovés dans les replis des falaises, les cabanons colorés du Valais sont comme des jouets au milieu du paysage. D'emblée, le site paraît original et harmonieux, liant la campagne et la mer. Ce sont les hommes qui ont construit de leurs mains ces maisonnettes. C’est pourquoi en retour, elles racontent de multiples histoires, des histoires de vacances, de famille, de bonheur de tous les jours…

“Une plage qui n'est plus que l'ombre d'elle-même”

Jadis haut lieu de sociabilité des habitants de Cesson, la vie de cette plage a basculé avec le drame de l'Amoco Cadiz à la fin des années 1970 puis plus récemment avec la pollution aux de la baie de St-Brieuc, sans compter les travaux d'extension du port du Légué qui ont bouché la perspective de la baie.

images


Pour autant, on ne boudera pas le plaisir d'une balade à pieds sur les flancs de la plage où sont encore perchées de petites maisons en bois où les Briochins venaient prendre le soleil aux beaux jours (le village "baby").

Loin des plages ordinaires bordées de cocotiers, douées d’une mer calme qui se perd à l’horizon, celles de Saint-Brieuc sont plus au goût des amateurs d’aventures, d’activités nautiques et de plein air. La ville est plus reconnue pour ses immenses plages mêlant sable et rochers qui s’étendent sur plusieurs kilomètres à marée basse, y compris la fameusePlage des Rosaires, à Plérin. Vous aurez droit à un spectacle extraordinaire, accentué par un paysage resté au naturel, changeant toutefois selon le mouvement de la mer.


La Plage des Rosaires, à Plérin

index.php
La Plage des Rosaires

Paisible et vivifiante, la Plage des Rosaires offre une grande plage s’étendant sur 2 km. Idéale pour une longue promenade, en été comme en hiver, profiterez-en pour vous vider la tête et admirer le paysage tout en ramassant de jolis coquillages à collectionner ! Côté baignade, vous pouvez nager en toute tranquillité. La zone de baignade est surveillée. Côté restauration, vous trouverez à proximité une bonne crêperie et des restaurants à la cuisine raffinée. Autres avantages ? L’endroit est très vaste et vous ne risquez pas de marcher sur d’autres personnes. Vous trouverez également où vous stationner sans trop de difficulté. Par ailleurs, la plage et les toilettes sont accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Plage de Tournemine, à Plérin

index.php


Très accessible et dotée d’un grand parking, la Plage de Tournemine est principalement dédiée aux sports nautiques. Entre Kayak de mer, catamaran, dériveur, surf, kitesurf, plongée, paddle, aviron, wakeboard, planche à voile, jet ski, voilier, longe-côte, etc., les amateurs d’activités nautiques, que se soit sur l’eau ou sous l’eau, ne risquent pas de s’ennuyer. Toutefois, baignade, pêche et promenade sur la plage restent tout à fait accessibles, bien que la plage ne soit pas surveillée.

La crique du Petit Monaco

index.php
Les criques du Petit Monaco

les criques du Petit Monaco de Saint-Brieuc ont une histoire pas banale qui remonte aux congés payés. A l'époque, les vacanciers, avides de mer, campent ou s'installent un peu n'importe où sur le littoral. Ici, ils commencent à ériger des cabanons avec l'accord de propriétaires de ce qui n'était encore que des champs. Depuis, les cabanes durent et entourent la crique, en hauteur, tout comme au-dessus de la plage du Valais.
 

DeletedUser12488

Saint-Brieuc suite !

La pointe des Roseliers.


index.php


La pointe des Roseliers. Distillant une douce paix, les dunes de Bon Abri, l'Anse aux Moines ou la longue plage des Rosaires sont baignées d’eaux turquoise.

index.php
L'anse aux moines

Situés au cœur de la réserve naturelle de la Baie de Saint-Brieuc, la plage et les dunes de Bon Abri constituent une zone protégée exceptionnelle. Un site magnifique riche d’une flore et d’une faune rares à venir contempler sans attendre.

index.php
La plage et les dunes de Bon Abri

Des sites vivants et captivants

Dans la baie, on marche sur l'eau… à marée basse. La mer se retire à plus de 7 km, libérant un estran fourmillant de vie, parfait pour la pêche à pied. Sur ces fascinants fonds, de curieux champs de pieux de bois s’élèvent à la pointe des Guettes. Ce sont les bouchots et leurs grappes de moules. Entre prés salés, roches et sable, une faune et une flore typiques prospèrent tranquillement. 112 espèces d'oiseaux se laissent observer dans la Réserve naturelle, la plus grande de Bretagne. Nichée sur un promontoire à Hillion, la Maison de la Baie présente les richesses de ce milieu.

Pointe des Guettes

index.php


Historique

Entre Dahouët et la Pointe du Roselier en Plérin, un vaste espace se trouve sans défense. La situation des marées dans ce fond de baie ne nécessite pas de postes d'artillerie fixe. Si une descente se produisait, l'emploi de l'artillerie mobile et la présence d'une forte armée importante à saint-Brieuc permettraient de repousser facilement toute attaque venant de la mer (AD 22 1 L 731.

Un corps de garde existe à la pointe d'Hillion, appelée de nos jours Pointe des Guettes. En mars 1793, il est suggéré une batterie de deux pièces de 12 ou de 18 qui croiserait avec celles de Dahouët et du Roselier, mais l'idée ne fut pas retenue. En juin 1795, il est préconisé d'y établir un mât de pavillons pour pallier les difficultés de réception des signaux émis entre la Ville-Pichard et le Roselier.

images
Le corps de Garde de la Guette

Terre en vue !

Pour changer de décor, des sentiers pédestres et de VTT s’aventurent dans la campagne. Entre des rives escarpées, les Chaos du Gouët alignent d’imposants blocs de granit dans le lit de la rivière. Aventurez-vous sur ces 4,5 km de sentier où l'eau bruisse dans la verdure. Pour une balade ombragée, la vallée de Vau Madec s'écoule jusqu'au littoral. Du vert mousse au bleu outremer, des parfums de sous-bois à la brise iodée, tous les sens sont comblés.

Les chaos granitiques du Gouët

index.php
Les Chaos du Gouët

De sa source au Haut Corlay à proximité de la cime de Kerchouan, le Gouët a creusé son lit dans un massif granitique formé il y a environ 300 Ma. L'érosion de la chaîne de montagne a découvert le granite fissuré, dans lequel l'eau s'est infiltrée, l'altérant progressivement. Plus tard, l'entrainement des parties meubles par le ruissellement et l'amoncellement des blocs les plus résistants façonnèrent le paysage des chaos. L'accélération du courant, due à la pente, donne au Gouët des allures de torrent. Sculptés par l'abrasion du sable en suspension,les rochers ont pris des formes étranges,auxquelles l'imaginaire local empreint de croyances a donné des noms évocateurs : " sauts-de-loups ", " chaise du diable ", " marmite de la vierge ".

la vallée de Vau Madec

images


Sentier de découverte (3 km), petite vallée boisée menant jusqu'à la mer, oiseaux des sous-bois. Accès au GR 34.

La coquille Saint-Jacques, star de la Baie de Saint-Brieuc

coquille-saint-jacques-bateau.jpg


Et comment ne pas parler de la baie de Saint-Brieuc sans évoquer sa Reine : la coquille Saint-Jacques. La Baie de Saint-Brieuc, 1er gisement national de coquilles Saint-Jacques ou pecten maximus. Pêchée dès le Moyen-Âge, la Pecten Maximus devient vite le symbole des Pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.

La petite noix ronde aux reflets nacrés, emblème de la Baie et du pèlerinage est autant choyée des chefs à qui elle promet des plats raffinés que des pêcheurs eux-mêmes. Ce mollusque bivalve vit essentiellement dans les espaces sablonneux et se nourrit exclusivement de plancton. Sa taille commerciale minimum est de 11 cm.

Spécificité de ce gisement naturel : la coquille de la Baie de Saint-Brieuc est blanche d’octobre à mars et non coraillée.

On pêche plus de 5 700 tonnes de coquilles Saint-Jacques depuis les ports d’Erquy, Loguivy-de-la-Mer et Saint-Quay-Portrieux, soit quasiment la moitié de la production française. Avec ses 150 000 hectares, le gisement naturel classé de la Baie de Saint-Brieuc demeure la zone la plus productive au niveau national.


Une ressource gérée et protégée par les pêcheurs

Le gisement de coquilles Saint-Jacques en Baie de Saint-Brieuc a connu un essor important au début des années 60. La ressource s’amenuisant, des mesures restrictives s’imposent vingt ans plus tard pour assurer leur reproduction. Aujourd'hui, plus de deux cents bateaux, titulaires de la licence « coquille », pêchent à la drague en dehors de la période de reproduction, 45 minutes par jour, deux jours par semaine, d’octobre à mars.

Le saviez-vous ?

Un avion co-piloté par un agent des affaires maritimes, est affrété à chaque pêche. Les coquilles Saint-Jacques sont ensuite vendues aux professionnels en simultané dans les criées. La vente au public n’est pas autorisée.

Alors foncez déguster la coquille en carpaccio, brochette ou poêlée au beurre salé bien-sûr.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

Passons si vous le voulez bien a la destination suivante !!!

Carnac


Le saviez-vous ?

Que veut dire « Carnac » ?

Le nom de Carnac viendrait du celte Karn, signifiant pierre ou rocher, que l'on trouve également dans le terme Cairn, utilisé pour désigner un tumulus de pierre.

Carnac [kaʁnak] est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne. La commune est connue pour ses alignements de 2 934 menhirs, ainsi que pour sa station balnéaire qui en fait une destination prisée.

Au fond de la baie de Quiberon, entre la presqu'île de Quiberon et le Golfe du Morbihan, la petite ville de Carnac est une station balnéaire très prisée qui attire la foule pendant la saison estivale. Mais Carnac est surtout connue comme le centre d’une région remarquablement riche en monuments mégalithiques, dont les célèbres alignements de menhirs de Carnac.


Carnac, au cœur de notre histoire

Symbole des fondements des premières sociétés structurées et hiérarchisées d’agriculteurs et d’éleveurs. Elle marque culturellement et symboliquement le paysage du Morbihan, et témoigne du savoir, des techniques et de l’art des peuples néolithiques.

Les mégalithes sont les vestiges de monuments funéraires ou culturels érigés entre 4 000 et 6 000 ans avant J.-C. Ils révèlent les prouesses techniques et artistiques des bâtisseurs du Néolithique, qui se sont sédentarisés, organisés, et ont su composer avec leur environnement pour ériger de tels monuments.

Antérieurs aux premières traces écrites et orales connues, ils conservent encore aujourd'hui les mystères de certaines de leurs fonctions ou de leurs significations. Les scientifiques, notamment les archéologues, travaillent depuis le XIXème siècle pour, pas à pas, apporter un éclairage sur leur sens, leur rôle, et le mode de vie de ces peuples.

De menhirs en dolmens, du Cairn de Kercado au tumulus Saint-Michel, découvrez une terre riche d’histoires : celle avec un grand H qui nous ramène à nos origines d'Homo Sapiens... mais aussi les nombreux récits, contes ou légendes qui jalonnent les terres carnacoises. Quand les pierres parlent à notre imaginaire…



Le paysage façonné par l’architecture mégalithique a franchi les époques depuis le Ve millénaire avant notre ère. Imposante ou non, cette forme architecturale demeure le symbole des fondements des premières sociétés structurées et hiérarchisées d’agriculteurs et d’éleveurs. Elle marque culturellement et symboliquement le paysage du Morbihan, et témoigne du savoir, des techniques et de l’art des peuples néolithiques.

Ce monument mégalithique majeur du sud Morbihan domine la ville de Carnac, sur son sommet se dresse aujourd'hui la chapelle St Michel.

Construit au cours du Ve millénaire avant JC, les fouilles menées à la fin XIXe siècle par René et Louis Galles, ont révélé un caveau central dans lequel quelques fragments d’ossement et des charbons ont été trouvé ainsi que des objets prestigieux : haches de jadéites et des parures de variscite. Au début du XXe siècle, Zacharie Le Rouzic, entreprend de nouvelles recherches, qui amènent à la découverte de petits coffres périphériques au caveau central, ainsi qu’un dolmen à couloir, ajouté dans une phase postérieure dans l’extrémité Est du tumulus. L’architecture du monument est élaborée : les chambres funéraires sont recouvertes d’un monticule de moellons, lui même couvert par une couche de terre et de pierres, le tout scellé par une épaisse couche de limon hydromorphe, utilisé pour étanchéifier les structures funéraires internes. Les objets trouvés lors de ces fouilles, haches, perles, outils en silex, sont aujourd’hui conservés aux musées de Carnac et de la Polymathique à Vannes

Par ces dimensions (125m de longueur, 60m de largeur et 10m de hauteur), son architecture et les objets prestigieux qu’il abritait, le tumulus St Michel est caractéristique des grands tumuli du Sud Morbihan.

Des menhirs qui poussent comme des champignons !


La côte sud du Morbihan, de la ria d’Étel jusqu'au Golfe du Morbihan, compte la densité la plus forte au monde de monuments mégalithiques. Tumulus, dolmens, cromlechs, menhirs (isolés ou au sein d’alignements) et autres monuments de pierres : ce sont pas moins de 550 sites mégalithiques qui couvrent ce territoire occupé par l’Homme probablement depuis 5 000 av. J-C. Et on pense qu’il en existe bien d’autres ensevelis dans la baie de Quiberon, noyés par l’élévation du niveau des mers depuis le Néolithique. Cet ensemble unique au monde est candidat à un classement au patrimoine mondial de l’Unesco. Une candidature portée en particulier par l’association Paysages de mégalithes sous l’autorité du célèbre paléontologue Yves Coppens (celui qui a découvert Lucy), né non loin de Carnac, à Vannes.

Cette concentration de mégalithes culmine à Carnac où les alignements de pierres regroupent près de 3 000 menhirs(“pierres longues” en breton) ! Mais on estime que Carnac en comptait autrefois 10 000 ! Le nom de la commune fait d’ailleurs référence à ces innombrables pierres qui parsèment le territoire de la commune (Karnag en breton, “le lieu des tas de pierres”).

Les alignements de Kerlescan.

upload_2018-4-15_20-32-33.jpeg
upload_2018-4-15_20-49-51.jpeg


555 menhirs de toutes tailles agencés parallèlement sur 13 lignes qui se terminent par un parfait hémicycle d'une quarantaine de pierres.


Les alignements de Kermario.

upload_2018-4-15_20-45-26.jpeg


Ces alignements comptent 1029 menhirs disposés en lignes parallèles sur 1120 m de long et 100 m de large. De la passerelle latérale, on observe la progression de la taille des menhirs de l'est vers l'ouest. Un dolmen à couloir est situé au sud-ouest. Sur le plateau du Manio, les alignement passent sur les restes d'un tumulus de 35 m de long. Sur ce plateau un menhir de 3 m de haut porte à sa base 5 serpents gravés. 5 haches polies avaient été enterrées à ses pieds : hasard ou volonté humaine ?

Les alignements du Ménec.

upload_2018-4-15_20-47-4.jpeg


Depuis l’ouest du site, vue intégrale sur les alignements du Menec, à Carnac. Le champ est composé de 1099 menhirs, alignés sur 11 files. Les plus hautes pierres qui les composent atteignent 4 mètres. Pour éviter les dégradations dues à l’affluence touristique, le site, qui mesure 1165 m de long et 100 m de large, a été clôturé en 1991. Il est désormais en visite libre l’automne et l’hiver mais uniquement accessible en visite guidée au printemps et en été.

Les alignements du petit Ménec.

upload_2018-4-15_20-52-29.jpeg


Les alignements du Petit Ménec regroupent 101 menhirs, répartis en 7 rangées se dirigeant vers l'Est. Ils constituent la suite des alignements voisins, qui partant d'Erdeven, rejoignent la rivière de Crac'h en passant par les alignements de Carnac (Ménec, Kermario et Kerlescan).

Le seul espace non aménagé et encore en accès libre. Aujourd'hui encore, nul ne connait avec certitude la signification de ces pierres dressées et alignées. Certains chercheurs prétendent que c'est un gigantesque observatoire astronomique, d’autres, au contraire que c'est un lieu de sépulture.

La légende raconte que, certaines nuits, les korrigans surgissent du monde invisible et aime à venir se promener au détour de ces champs de pierres.

Depuis 1991, les alignements sont protégés par des clôtures. Une mesure prise pour protéger les sites car l’afflux et le piétinement des touristes provoquaient le déchaussement des menhirs. Sans compter les comportements “inappropriés” que provoque la fréquentation de masse sur un tel site … Pendant la haute saison, d’avril à septembre, on ne peut donc plus se promener librement au milieu des alignements. Mais des visites guidées (payantes) permettent de découvrir les lieux et d’en apprendre plus sur ces alignements. Le site reste en accès libre le reste de l’année. L’été des soirées Skedanoz mettent en valeur les alignements par un jeu de lumières [spectacle en partie gratuit].

Le musée de Préhistoire

index.php



Le musée de Préhistoire vous dévoilera quelques mystères ancestraux. A l'occasion d'ateliers thématiques, vous pourrez même confectionner une parure néolithique, vous essayez à la céramique, à la poterie, et pourquoi pas au tir au propulseur : l'âge de pierre comme si vous y étiez !
 

DeletedUser12488

Carnac suite !

Pour la plage, suivez les cailloux !


La ville recèle 3 sites en 1! Il y a bien sûr les célébrissimes champs de mégalithes, à admirer dans la lumière rasante du matin ou de la fin de journée. Il y a le bourg, où tout le monde se retrouve les jours de marché. Et, Carnac-plage, oscillant entre villas cossues, pins maritimes et sable fin.

La Grande Plage de Carnac


La Grande Plage est la plage du centre-ville de Carnac. On y trouve deux kilomètres de sable entre le port et la pointe Churchill. Dans la partie centrale, on trouve un poste de secours et l’accès est aménagé pour les personnes à mobilité réduite (tapis de sol). La moitié gauche est bordée par quelques petites dunes qui permettent de tenir à l’écart la route. C’est la zone la plus intéressante et la plus calme. A droite, la plage est également agréable mais la proximité de la route peut être dérangeante (surtout avec des enfants). Quelques belles villas bordent cette plage.

grande-plage-carnac-le-diana.jpg


Châteaux de sable, baignade, pêche à pied, sports nautiques, farniente, les plages de Carnac vous offrent une palette d’activités pour vous ressourcer en plein cœur du Morbihan. Ombragées, familiales, intimistes, elles ont chacune leur personnalité … A vous de choisir !

En été, il est possible de louer des chaises longues, des tentes de plage, des pédalos. Du côté des sports nautiques, on trouve des bouées tractées. L’accès à cette plage se fait directement par la D186. On trouve des places de parking le long de la route.

images


La ville de Carnac a obtenu le label Pavillon bleu en mai 2015, symbole d'une excellence environnementale. Le drapeau Pavillon bleu flottent sur deux plages de la ville : la Grande Plage et la plage de Saint Colomban. Elles ont répondu à de nombreux critères parmi lesquels une eau de baignade de qualité excellente avec cinq contrôles par saison, un point d'eau potable ou encore des poubelles sur la plage.

logo_baignade_0.jpg


La ville de Carnac est aussi certifiée pour la qualité de ses eaux de baignade depuis 2007. Des contrôles sont effectués régulièrement afin de vous garantir une eau de mer de qualité tout au long de l’année. Dans le cadre de cette surveillance, des analyses de l’Agence Régionale de Santé sont régulièrement effectuées.

Sea, sel and sun

Débutons par un point météo : avec plus de 2 000 heures d'ensoleillement par an, Carnac est l'une des côtes les plus ensoleillées de Bretagne. Associé au littoral festonné de caps et d'anses douces, cet atout explique le succès de la station. Le tourisme se développe à partir de 1903 quand Carnac-plage est créé sur une lagune, partiellement transformée en marais salants. Les Salines, un site fréquenté par les oiseaux, témoigne encore de ce passé, à la poupe du thalasso spa & resort.

Carnac, station balnéaire

Ville historiquement agricole, Carnac devient également station balnéaire au début du 20ème siècle avec le développement de Carnac-Plage sur d’anciennes salines séparant le bourg de la mer. Il faut dire que Carnac, à l’image de ce coin du Morbihan, jouit d’un climat plus ensoleillé que partout ailleurs en Bretagne. La station compte un centre de thalassothérapie construit en 1974, un casino, des bars, des restaurants, des discothèques, et bien sûr plusieurs plages. La plus grande, justement nommée “Grande Plage de Carnac“, compte deux kilomètres de sable fin. Les autres plages sont celles de Légenèse, Ty-Bihan et Saint-Colomban vers l’ouest, et celle de Beaumer à l’est après la pointe Churchill versLa Trinité-sur-Mer. Le boulevard longeant la Grande Plage compte plusieurs belles villas construites dans les dunes entre 1900 et 1930. Les anciennes salines, dont l’exploitation a cessé dans les années 60, accueillent de nombreuses espèces d’oiseaux.

Vous souhaitez partir en week end du côté de Carnac pour vous relaxer ? La thalassothérapie de Carnac et des espaces bien-être vous invitent à la détente et au repos pour un séjour aux petits soins.


Un style facile à vivre

Après le Néolithique, les pierres de style Renaissance ! Dans le bourg, le porche de l'église Saint-Cornély, du 17e siècle, est coiffé d'un remarquable baldaquin ajouré. Sur la grande porte, deux bœufs sculptés rappellent que saint Cornély protège les bêtes à cornes. A l'intérieur, la chaire est un chef-d'œuvre de ferronnerie.



images
images
images


Dédiée à Saint Cornély que les paysans vénèrent, le 13 septembre de chaque année, en un grand pardon breton, où ils amènent leurs bestiaux pour lui demander de les préserver de l'épizootie, l'église de Carnac est un curieux exemple de mélange de style Renaissance et néo-classique du plus bel effet.

Construite en 1639, avec d'anciens menhirs, l'édifice est accompagné d'un clocher pyramidal flanqué à sa base sur le couronnement de la tour qui le supporte, de quatre petits clochetons d'angles entourés d'une galerie.

index.php


L'église renferme dans ses chapelles de beaux retables Renaissance, ornés de colonnes de marbre, les voûtes en berceau dont elle est recouverte sont en lambris décorés de magnifiques tableaux relatant la vie de Saint Cornély. Ils furent réalisés par Le Corre de Pontivy. La voûte de la chapelle du Rosaire date de 1732 et son retable est en tous points admirable.

index.php
images


La chaire, la clôture du choeur et la table de communion sont des oeuvres d'art exceptionnelles de la ferronnerie du XVIIIème siècle, qui méritent une attention particulière. La richesse du décor intérieur de l'église demeure un témoignage vivant de la foi chrétienne à travers les âges. Une visite en cette étonnante église reste un souvenir extrêmement attachant et en particulier quand on s'intéresse à la sauvegarde des beaux monuments en péril.


Voilà pour la troisième destination .. Qui me replonge en enfance !
 
Dernière édition par un modérateur:

titpitchounette

bisous ma @vakiri
Que De travail et de temps passé pour toi a nous faire découvrir cette Bretagne que tu aimes temps (moi aussi) tu sais pourquoi :)
 

DeletedUser426

Je trouve ce sujet bien et super instructif pour ceux qui ne connaissent pas la Bretagne :)
Le mieux encore, c'est d'aller sur place ^^
 

DeletedUser12488

Tout n'est pas rationnel, scientifique, prévisible dans ce monde. Certains phénomènes sont inexplicables. Quel crédit donner à ces mystères aussi disparates que la télépathie, les extra-terrestres ou les fantômes? Pour ce reportage, «Temps présent» se laisse guider vers ces monde étranges.

Quelle différence entre ''Surnaturel'' et ''Paranormal'' ?

Le surnaturel est l'ensemble des phénomènes dont les causes et les circonstances ne sont pas connues scientifiquement et ne peuvent pas être reproduites à volonté. Par conséquent, le surnaturel ne peut pas être étudié par la méthode scientifique, ou par la méthode expérimentale. En l'absence d'explications, les phénomènes surnaturels sont parfois attribués à des interventions divines (ex : les miracles) ou démoniaques, ou d'esprits (fantômes, possession), ou de pratiques "magiques".

Voici quelques exemples de phénomènes qu’on pourrait qualifier de surnaturels :




    • Les pratiques dites « magiques » : la sorcellerie, la magie blanche, la magie verte, la magie noire, etc.
    • Les objets ou potions possédant des pouvoirs surnaturels comme la « pierre philosophale »
    • La communication avec l’au-delà
    • La communication avec des animaux et le chamanisme
    • Les miracles en tous genres
    • Les créatures divines (anges et démons) et les créatures fantastiques comme les vampires
    • Les phénomènes médiumniques, les rêves prémonitoires, la clairvoyance, les intuitions, prémonition et autres dons surnaturels de divination.
Le Paranormal (ou l'adjectif paranormal) est un terme utilisé pour qualifier un ensemble de phénomènes dont les causes ne font pas partie des lois scientifiques établies. Le préfixe "para" désignant quelque chose qui est à côté de la norme, la norme étant ici le consensus scientifique d'une époque. Un phénomène est qualifié de paranormal lorsqu'il ne peut être expliqué par les lois naturelles connues, laissant ainsi le champ libre à de nouvelles recherches empiriques, à des interprétations, à des suppositions et à l'imaginaire.

Ne pas confondre le surnaturel et le paranormal qui regroupent l'ensemble des phénomènes dont les causes et les circonstances ne sont pas connues scientifiquement mais qui peuvent être reproduites à volonté.


Le paranormal (ou l'adjectif paranormal) est un terme utilisé pour qualifier un ensemble de phénomènes dont les causes ne font pas partie des lois scientifiques établies. Le préfixe "para" désignant quelque chose qui est à côté de la norme, la norme étant ici le consensus scientifique d'une époque. Un phénomène est qualifié de paranormal lorsqu'il ne peut être expliqué par les lois naturelles connues, laissant ainsi le champ libre à de nouvelles recherches empiriques, à des interprétations, à des suppositions et à l'imaginaire.


Ne pas confondre le surnaturel et le paranormal qui regroupe l'ensemble des phénomènes dont les causes et les circonstances ne sont pas connues scientifiquement mais qui peuvent être reproduites à volonté.


Quelques phénomènes dits paranormaux :

Plusieurs phénomènes paranormaux ont été répertoriés, voici la liste de quelques uns d’entre eux :

Le concept de Psi (concept qui regroupe d’un coté les phénomènes extrasensorielles ( prémonitions, télépathie …) et de l’autre la psychokinésie).

L’hypnose (qui lui a été prouvé et reconnu scientifiquement), ainsi que la divination*, le magnétisme*, la géobiologie* …( qui eux, au contraire de l’hypnose, ne sont toujours pas reconnu par la science)

Les E.M.I.* plus communément connus sous le nom d’expérience de mort imminente.

Les moyens de communication, tels que l’auto-écriture, les P.V.E.*, ou plus simplement les médiums et clairvoyants*.

Les apparitions (poltergeist*, fantômes, ectoplasmes*)

La cryptozoologie*

Les O.V.N.I et ses dérivés tel que les crop circles (cercles de culture)

A ne pas confondre le paranormal et le surnaturel, qui ce dernier, implique des causes divines.

Les théories du paranormal selon quelques philosophes, médecins, et biologistes :

Déjà les anciens grecques, avaient quelques hypothèses sur ce qu’est le paranormal.

PLATON, lui, expliquait la divination par la fureur divine, dont l’amoureuse, la poétique,la mystique et la prophétique. Il associa la divination à l’âme irrationnelle.

ARISTOTE, jeune et proche dans les pensées de Platon, admet la précognition et attribue le paranormal à un sens innée de l’âme. D’après lui, elle s’exerce soit quand elle se retire du corps au moment du sommeil, soit au moment où elle s’apprête à quitter le corps au moment de notre mort. Dans ses derniers essais sur le paranormal, il avança une autre hypothèse, celle du stimuli externes, transmis par les ondes dans l’eau ou dans l’air.

PARACELSE, avança lui des hypothèses embrouillées et multiples, dont celle de lumière astrale.

PLUTARQUE, émets l’hypothèse que les êtres spirituels pensant, provoquent des vibrations dans les airs qui permettent à d’autres êtres spirituelles, ainsi qu’à certain êtres dotés d’une sensibilité hors du commun, d’appréhender leur pensées.

POSEIDIONOS, lui, mélange 3 théories, l’innéisme, l’animisme, et le providentialisme.*

Critiques sur le paranormal :

Pour les scientifiques, les histoires paranormaux est et restera une affaire de charlatan quoi qu’il arrive et que toutes études révélant l’existence de ces phénomènes, seront considérées comme de la pseudo-science. Ainsi le scepticisme, ou dans sa version francophone la zététique* étudie les phénomènes paranormaux avec un regards plus scientifique, pour but de faire avancer la science ou selon eux, faire reculer le charlatanisme. D’après ce qu’ils disent, aucune personnes se disant détenteur de dons paranormaux n’a remporter le défi zététique international.

Lyrics :

* Divination : La divination est un art occulte qui permet de découvrir ce qui nous est inconnue comme l’avenir, les secrets, les mystères, les trésors, les maladies et j’en passe. Et cela par des moyens pas très rationnels, tels que magique, psychédélique, analogiques … ceux qui le pratiquent posséderaient une connaissance de deux inconnues : l’avenir et le caché, ainsi que de multiples procédés comme l’astrologie, les boules de cristal, les sortilèges …

* Magnétisme : Le magnétisme est un phénomène, par lequel des forces attractives et répulsives se manifestent d’un objet à un autre. Ces objets magnétisables, réagissent à des C.E.M. (champs électromagnétiques) par une quelconque réaction d’orientation ou de déplacement dépendant de la force et de l’orientation.

* Géobiologie : La géobiologie est l’étude de la réaction de l’environnement sur les êtres vivants, et notamment les ondes liées au C.E.M. tels que les courants d’eau souterrains, les réseaux métalliques … Les physiciens en général, ainsi que les médecins et géologues voient plutôt la géobiologie comme une pseudo-science, du fait qu’elle ne suit pas les démarches scientifiques et ne donne aucun résultat pouvant être confirmé par la science.

* E.M.I. : L’E.M.I. plus souvent appelée Expérience de Mort Imminente, survient la plupart du temps à la suite d’un accident grave ou lors d’une opération. Elle nécessite la sortie de l’âme du corps pendant un court instant avant de reprendre place dans le corps terrestre. Plusieurs personnes se dit avoir déjà vécus une expérience de mort imminente.

* P.V.E : Les P.V.E communément connus sous Phénomènes de Voix Électroniques sont l’enregistrement d’une voix désincarnée, sur un appareil électronique, tel qu’un répondeur, un enregistreur ou bien même un téléphone. Ces sons seraient la voix de nos êtres cher, qui tenteraient de communiquer avec nous.

* Clairvoyant : Un clairvoyant ou une clairvoyante est une personne ayant la faculté de voir et discuter avec les esprits. Ne pas confondre avec les voyants, qui eux peuvent sois disant voir l’avenir, ni avec les médium qui eux capte seulement l’énergie spirituelle d’une personne disparue. Plusieurs clairvoyante de renommée ont, à plusieurs fois aidé la police à résoudre des crimes et des disparitions.

* Poltergeist : Un poltergeist (en Allemand) est un esprit frappeur, qui peut ouvrir les portes, tirer des chaises, taper dans les murs. Il peut aussi bien vous tirez les cheveux ou vous tirer à terre, il a pour but d’embêter les personnes installés dans une maison.

* Ectoplasmes : L’ectoplasme est une manifestation fantomatique, produite par un médium en transe duquel elle émane. Elle a une substance de nature indéterminé, prenant plus ou moins une forme.

* Cryptozoologie : La cryptozoologie est l’étude d’animaux, supposé éteinte depuis des millions d’années. Les zoologues s’y intéressent parfois, mais contrairement à la cryptozoologie, ils cherchent la preuve de la non existences des animaux.

* Providentialisme : Le providentialisme est la croyance selon laquelle la volonté de dieu entre en compte a chaque événements pris ou passé; Elle est décrite comme une puissance tellement forte qu’aucun hommes ne peut égaler cette puissance divine.

* Zététique : Le zététique est définit comme l’art du doute. Elle est présentée comme l’étude rationnelle des phénomènes paranormaux, des pseudo-sciences et des thérapies étranges. La zététique est destinée aux théories scientifiquement réfutables.

* Défi zététique international : Le défit zététique international avait pour objet de mettre en évidence l’existence ou non des phénomènes paranormaux.


Qu'est-ce que c'est un Poltergeist ?


Un Poltergeist est un esprit démoniaque qui utilise la lévitation et plusieurs autres chose pour se faire reconnaître. Le Poltergeist est très connu dans tout genres de films (ou même dans la vie de tout les jours) sur le surnaturel ou paranormal. le Poltergeist est un Phénomène paranormal sur Wikipédia, mais pas totalement faux, il peut être les deux. Il est souvent appelé par le nom ''Esprit Frappeur''


''Un poltergeist est généralement considéré comme un phénomène paranormal consistant à faire des bruits divers, des déplacements, apparitions ou disparitions d'objets et autres phénomènes à priori inexplicables.''


S'agissant de phénomènes dits paranormaux ou surnaturels, de nombreux témoignages sont souvent le fruit d'une imagination excessive de la part des témoins, voire de désordres psychologiques. Dans le cas des « esprits frappeurs » il s'agit, dans la plupart des cas relevés, de bruits naturels venant du « travail » des menuiseries ou de la maçonnerie, du passage de petits animaux ou du bruit de cours d'eau souterrain. S'y ajoutent évidemment des supercheries délibérées, des plaisanteries de mauvais goût et des actes de malveillance.


Selon le professeur Charles Richet :


« Mais pour les phénomènes objectifs la difficulté est autre. Là en effet toutes les fraudes sont possibles, et l'expérience a prouvé que les fraudes étaient fréquentes, très fréquentes. Quand, dans une maison dite hantée, s'entendent des fracas divers, bruits de portes qui s'ouvrent et se ferment, roulement de meubles, bris de vaisselles, et tout le cortège ridicule de manifestations qui est de coutume dans les hantises, l'idée vient tout d'abord qu'il s'agit d'une forte plaisanterie, faite par des individus mal intentionnés, des domestiques renvoyés, des gens intéressés à faire quitter la maison à tel ou tel de ses habitants. Le plus souvent il faut incriminer, comme cause de ces infestations, de très jeunes gens, de l'un ou l'autre sexe, à demi idiots, à demi vicieux, qui, sans trop comprendre ce qu'ils font, jettent des pierres, cassent des vitres, en dissimulant leurs gestes et en laissant croire qu'ils sont restés immobiles, n'ayant d'autre motif que de tromper. »


L'Exorcisme c'est quoi ?


L'exorcisme n'est pas qu'un film, mais une réalité. L'exorciste est un métier qui est pris en charge par des Prêtres ou des personnes religieuses. L'exorcisme est un rituel religieux destiné à expulser une entité spirituelle maléfique qui se serait emparée d'un être animé (humain ou animal) et, plus rarement, inanimé (objet).


Dans le catholicisme


À l'origine du comportement de l'Église, il y a l'exemple et le commandement du Christ : « Guérissez les malades et chassez les démons ».


L'exorcisme vise à expulser les démons ou à libérer de l'emprise démoniaque et cela par l'autorité spirituelle que Jésus a confié à son Église. L'entité la plus connue censée provoquer la possession est la force que les chrétiens nomment Satan ou le Diable.

Selon l'Église catholique romaine, quand l'Église demande publiquement et avec autorité, au nom de Jésus-Christ, qu'une personne ou un objet soit protégé contre l'emprise du Mal et soustrait à son empire, on parle d'exorcisme public. Sous une forme simple, l'exorcisme est pratiqué lors de la célébration du baptême. L'exorcisme canonique solennel, appelé « grand exorcisme », ne peut être pratiqué que par un prêtre exorciste et avec la permission de l'évêque (Don Amorth, exorciste de Rome). Canoniquement, c'est l'évêque qui, comme successeur des apôtres, reçoit de l'Église l'autorité de pratiquer des exorcismes. Le plus souvent, ils délèguent cette autorité à des prêtres subalternes: ce sont les exorcistes. Le Pape Jean-Paul II,ancien évêque de Rome, a pu effectuer trois exorcismes pendant son pontificat.


D'autres catholiques comme le père Ovila Melançon dans Exorcismes et Pouvoirs des Laïcs affirment vouloir « dissiper la confusion, presque généralisée dans l'Église, concernant les personnes ayant le pouvoir de pratiquer des exorcismes... L'exorcisme privé peut être pratiqué par tout prêtre et même par tout fidèle, sans aucune autorisation de l'évêque. Il s'agit là de la doctrine commune enseignée par les théologiens qui ont étudié cette question, même parmi les plus célèbres d'entre eux... » Il se distingue alors de l'exorcisme solennel que seul un exorciste nommé par l'évêque peut effectuer.


L'exorcisme privé pourrait être accompli par « les fidèles en état de grâce ». Cette déclaration confirme le fait que l'exorcisme passe par des prières particulières mais aussi et surtout par la foi, la miséricorde (vis-à-vis du possédé) et l'amour que mettent les prêtres lorsqu'ils les récitent. Ce sont ces éléments qui assurent que le démon sera chassé à tout jamais et non pas seulement pendant la lecture des prières. On peut ajouter que l'exorcisme doit, dans l'esprit du prêtre, consister à chasser le démon mais aussi sauver le possédé et non pas seulement le premier but.


La crise de possession est-elle réductible à une crise d'hystérie ?


Il ne faut pas céder à la tentation d'assimiler la possession et l'exorcisme qui s'y oppose à un facteur univoque, tel l'hystérie, la culpabilité, la contestation, l'injonction paradoxale ; tout ce qu'on peut dire est que la possession se présente comme un état dissociatif tel qu'il est décrit dans les psychoses schizophréniques ; mais la réponse à y apporter n'est jamais univoque et ne doit pas être dissociée du contexte culturel dans lequel elle apparaît.


Ainsi l'histoire des possédées de Loudun ne peut être rapportée à une schizophrénie présentée par toutes les religieuses d'un même couvent ; il en est de même des cas de possession présentée au sein même du territoire africain à comparer aux bouffées délirantes présentées par des africains transplantés en Europe par exemple et subissant les effets pathogènes de l'acculturation.


Mis à part sa signification théologique (ou culturelle) particulière, ainsi que les éventuels phénomènes parapsychologiques qui pourraient lui être associés, la crise de possession ne se distingue pas d'une crise d'hystérie au sens de Charcot ou des phénomènes de spasmophilie, de transe, voire des états de rebirth provoqués dans certaines thérapeutiques.


Pour les théologiens catholiques, le diagnostic différentiel entre maladie mentale et possession diabolique, s'est fondé pendant un certain temps sur l'existence de phénomènes paranormaux. L'Église catholique a très nettement révisé sa position. Par exemple, dans le Praktisches Bibellexicon:« Étant donnée la ressemblance frappante entre la possession et les phénomènes décrits par la parapsychologie, aujourd'hui s'impose la plus extrême réserve. Ce qui, auparavant était considéré comme le signe certain de l'authenticité d'une possession ne peut plus aujourd'hui passer pour tel sans plus ample examen. »


Pourtant, d'autres théologiens et prêtres insistent sur le caractère réel et profondément néfaste des influences sataniques de tous ordres (infestation, obsession, possession), en remarquant avec Charles Baudelaire que « la plus grande ruse du démon est de faire croire qu'il n'existe pas ». Dom Amorth s'était ainsi une fois plaint à Jean-Paul II que nombre d'évêques ne croyaient pas au démon, et donc ne nommaient pas les prêtres qu'il fallait comme exorcistes. Le Pape lui avait répondu : « Celui qui ne croit pas au démon ne croit pas à l'Évangile. »


Le point de vue du parapsychologue


Si l'on admet, au contraire, que les phénomènes parapsychologiques échappent au domaine du préternaturel et concernent simplement le champ scientifique, tout critère disparaît, pour différencier la possession d'une forme appropriée de trouble psychopathologique ou de mécanisme psychophysiologique dont les conséquences pourraient même, dans certains cas, être bénéfiques et utilisés par le thérapeute...


Du point de vue non théologique du parapsychologue, les phénomènes particuliers qui orchestrent la possession ou la sainteté et semblent échapper à l'analyse scientifique courante, sont pourtant de son domaine par l'hypothèse constitutive de la parapsychologie elle-même...

Nota bene : La parapsychologie n'est pas reconnue comme science par la communauté scientifique. Elle est répertoriée dans les pseudo-sciences par la communauté scientifique universitaire. (Source : université de Zététique de Nice, elle même non reconnue par les Universitaires)


Les états du posséder


On distingue un état de calme et un état de crise. L'état de crise se traduit par des contorsions, des éclats de rage, des paroles impies et blasphématoires. Pendant la période de calme, tout est généralement oublié et le comportement redevient bien adapté, voire très pieux. Mais l'image que l'on peut en avoir est loin d'être univoque et ne ressemble probablement pas à celle qu'a retenu William Friedkin dans son film de 1973. Il est plus intéressant, pour s'en faire une idée de lire les écrits de Pierre Janet : De l'angoisse à l'extase ou Les médications psychologiques.


Les symptômes de la possession


Selon les théologiens, il existe des signes permettant de porter le diagnostic de possession. Le Rituel romain énonce trois symptômes essentiels parmi d'autres qui auraient une valeur analogue : malheureusement la traduction de ce rituel limite ces signes à trois alors que la version latine stipule que ces signes "possunt" (peuvent être) entre autres ceux qui sont décrits mais cela n'est pas limitatif.


parler ou comprendre une langue inconnue (glossolalie) ;découvrir les choses éloignées et secrètes (voyance) ;faire montre d'une force inexplicable par l'habitus physique de la personne considérée (psychokinèse).


Les gestes pieux mettent le possédé dans une rage folle et le conduisent à blasphémer horriblement. L'amnésie de la possession est fréquente, et souvent constante.


Les marques du diable, pour l'Église du Moyen Âge, ne se limitaient pas aux trois signes, aujourd'hui mentionnés par le rituel romain; on donnait même la préséance à d'autres symptômes tels que la lévitation et surtout des zones d'anesthésie, des points du corps anormalement insensibles (il s'agit, pour le neurologue moderne, d'un symptôme de lèpre à son début, de certaines maladies neurologiques ou d'un phénomène de nature hystérique. On peut surtout noter que la personne parle souvent seule).


Remèdes


Il est utile de considérer les « remèdes » proposés par l'Église. Les catholiques proposent pour venir à bout de la possession :


la confession générale (relative à l'ensemble de la vie passée)le jeûnela prièrela communionLes objets bénis et surtout l'eau bénite (dont le rituel dit qu'elle « chasse le démon » mieux à son aise dans les flammes de l'enfer)L'exorcisme qui consiste, au nom du Christ, à intimer au démon l'ordre d'avouer son nom, puis de quitter le possédé. Dans l'orthodoxie, cette phase passe par un long rituel et la répétition de prières spéciales impressionnantes, pratique comparables à celles du film L'Exorciste.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

L'invasion des Poltergeist


L'enfant terrible - Esprit maison


Meurtre dans la chambre 12


N'allez pas dans le grenier


Quittez la maison

 

DeletedUser12488

L’asile hanté de Beechworth

ob_8f4fe1_beechworthghosttourstemplate.jpg


Il existe énormément de lieux abandonnés dans le monde qui ont toujours incité une peur panique lorsque vous passez devant l’un d’entre eux et que vous avez entendu les drôles histoires circulant à leurs sujets. Les asiles font parti de ces immenses bâtisses figées dans le temps et qui ont toujours exercé une certaine crainte pour toute personne passant à proximité. Il y en a un d’entre eux qui a la sinistre réputation d’être hanté et dont les rumeurs entourant le passé à son sujet en ferait fuir plus d’un, cet asile n’est autre que celui de Beechworth en Australie. Découvrons-ensemble les secrets que nous cache ce gigantesque bâtiment ainsi que son histoire.

L’histoire du lieu :

C’est à Beechworth situé dans la ville Victoria que se trouve un asile destiné à soigner des personnes atteintes de démence mentale. Il a ouvert ses portes en 1867 et s’étendrait sur plus de 1,2 kilomètres. Il a par la suite été rebaptisé Mayday Hills et est connu pour être le deuxième hôpital psychiatrique le plus ancien de la ville. Il a la particularité d’avoir été dirigé par des sœurs, on a en effet retrouvé une chapelle à l’ouest du site où se déroulait des cérémonies de mariage, elle est connue sous le nom de Chapelle de la Résurrection. Construite en 1868, elle était au départ une morgue avant d’être transformée en un lieu de culte et de rassemblement pour le complexe hospitalier. On peut trouver également des jardins sur une superficie de 11 ha qui peuvent être visités publiquement du levé jusqu’au coucher du soleil de nos jours. A cette époque, le bâtiment recevait en moyenne lorsque ce dernier était plein 1200 patients, soit 600 hommes pour 600 femmes. L’asile de Beechworth ferme officiellement ses portes en 1995 après 128 années d’activité, plus de 9000 patients y sont décédés durant cette période. L’une des raisons de sa fermeture et qui est malheureusement monnaie courante dans la plupart des anciens hôpitaux psychiatriques est le mauvais traitement infligé aux patients.

ob_69e856_img-0323.jpg


Il n’y a donc rien d’étonnant que cet ancien complexe hospitalier puisse être le témoin de manifestations étranges vu le nombre de personnes mortes durant ses années de service et les rumeurs autour de traitements brutaux dont été victimes les pensionnaires. Des enquêtes ont bien entendu été menées par des spécialistes du paranormal afin de comprendre et éventuellement d’aider les âmes des défunts piégées dans cette bâtisse depuis des siècles.


Phénomènes paranormaux récurrents au sein de Beechworth :

female-ghosts-3.jpg
Voici une photo de la matrone Sharpe, connue pour être compatissante envers les patients.

L’une des entités se manifestant le plus souvent dans l’asile serait celle de la « Matrone Sharpe ». Sa première apparition s’est produite dans la partie réservée au dortoir. D’autres personnes, témoins de cette manifestation fantomatique l’auraient vu également dans l’escalier de granit du bâtiment et dans une des salles de classe. Selon des récits d’époque, Madame Sharpe était connue pour être très proche des ses patients, ce qui était perçu comme inhabituel en cette période. Des infirmières ont même rapporté l’avoir vu assise auprès des patients subissant des séances de lobotomie dans l’aile Grevillia. Cet témoignage nous prouve que même pendant la période d’activité de l’hôpital, des phénomènes paranormaux étaient dore et déjà à l’œuvre.

Le deuxième fantôme qui hanterait les lieux ne serait d’autre que celui d’un patient décédé nommé Tommy Kennedy. Très apprécié par le personnel médical, il aurait eu à sa charge la gestion de la cuisine et des repas. Il serait d’ailleurs mort dans cette même cuisine, mais les raisons concernant son décès sont restées inconnues. En tout cas c’est dans cette partie de l’hôpital que plusieurs personnes ont eu l’étrange sensation que quelqu’un tirait sur leurs vêtements ou s’amuser à appuyer sur leurs côtes. Nous serions donc face à un esprit farceur tentant de montrer sa présence à travers ses faits.


Hantu.jpg
Voici à présent 3 photos prises semblant montrer une silhouette féminine se manifestant à plusieurs reprises et à plusieurs parties de l’hôpital. Pourrait-il s’agir de Madame Sharpe ? A vous de forger votre ressenti et votre opinion sur ces photos.

Le troisième esprit semblant montrer qu’il est toujours présent même après sa mort serait Arthur qui aurait été le jardinier de Beechworth pendant de longues années. Il avait la fâcheuse manie de garder sa veste d’hiver en été et ne voulait la retirer pour rien au monde selon des témoignages rapportés de cette époque. On découvrit plus tard la raison pour laquelle il ne voulait pas qu’on lui prenne sa veste, il aurait secrètement caché son salaire dans la couture. Les infirmières qui ont découvert ce secret rapportèrent qu’il y avait au moins 140 livres, soit 4 ans de son salaire ( Arthur était payé 10 shillings par semaine pour l’entretien des jardins). Bref, son fantôme se manifeste le plus souvent au crépuscule et plusieurs personnes affirment l’avoir vu par les fenêtres de l’hôpital entrain de porter sa veste verte. Continuerait-il de surveiller les jardins de Beechworth ? Il est fort probable que cela soit le cas étant donné que l’essentiel de son temps était d’entretenir les extérieurs du complexe hospitalier.

La dernière apparition courante relevée serait celle d’un autre patient dont l’identité demeure inconnue. Un jour, un pensionnaire aurait tenté de s’enfuir de l’hôpital, malgré tous les efforts déployés par les infirmières pour le retrouver, personne n’a su exactement où il se trouvait désormais. Jusqu’au jour où le chien du gardien de l’hôpital nommé Max, soit surpris entrain de mâcher une jambe près de la maison de son maître. Suite à cela des recherches ont été menées pour tenter de découvrir le corps du patient ayant tenté de prendre la fuite. On le retrouva dans un arbre dans un état de décomposition tellement avancé qu’une jambe s’était détachée du reste du corps. En tout cas, la manifestation de ce patient sans nom se déroulerait le plus souvent dans les premières heures de la matinée et non loin de l’entrée de l’asile, d’après les observations faites par les témoins. Une seule question s’impose, comment ce patient est-il mort ?

Bien sûr ce ne sont pas les seules apparitions de cet hôpital psychiatrique, mais ce sont les plus connues et les plus régulières parmi les autres entités présentent sur le lieu. On a relevé ainsi de nombreuses présences :

  • Celle du visage d’un homme apparaissant le plus souvent près de la cave avant de disparaître subitement.
  • Une silhouette encapuchonnée aurait également été relevée parmi les nombreuses apparitions, malheureusement on sait très peu de chose à son sujet hormis qu’elle porte un costume d’époque.
  • Un homme d’un certain âge aurait été vu dans la tour de cloche de la chapelle.
  • Le fantôme d’une femme fumeuse apparaîtrait souvent debout près d’une fenêtre, où à ce que l’on dit elle aurait été poussée par la fenêtre par un autre patient de son vivant. Plusieurs personnes auraient d’ailleurs réussies à la prendre en photo.

ob_50029a_real-ghost-pictures-the-boy-in-the-win.jpg
Voici une photo prise semblant montrer une silhouette féminine debout, près d’une fenêtre. Pourrait-il s’agir du fantôme de la femme fumeuse ?

Et ce n’est pas tout ! D’autres phénomènes ont été relevés parmi lesquels des portes semblant s’ouvrir et se refermer toutes seules, des cris mystérieux venus de nulle part, des ouvriers restaurant le lieu ont même affirmé avoir entendu des rires d’enfants. J’ai pu également retrouvé le témoignage d’un parent racontant qu’il aurait surpris son fils de 10 ans parlé tout seul. Après lui avoir demandé à qui parlait-il ? Ce dernier lui révéla qu’il parlait avec un autre garçon nommé James qui aurait vécu dans cet hôpital.

Difficile de savoir avec exactitude ce que nous cache encore ce lieu mais une chose est sûre, au vu du nombre important de phénomènes paranormaux relevés, tout porte à croire qu’il y aurait bel et bien une vie après la mort dans l’asile de Beechworth.
 

DeletedUser12488

La fille aux larmes de verre

Lafilleauxlarmesdeverre.png


Les spécialistes n’en croyaient pas leurs yeux: une jeune libanaise de 12 ans, nomméeHasna Muslmanib et habitante de la ville de Fakiha au Nord-Est du Liban, était capable de verser des larmes…de verre. Le phénomène a était rendu public grâce à la presse libanaise à l’automne 1996.

En effet, un jour alors que le père d’Hasna a malheureusement cassé un verre sur le sol de leur maison, la jeune Hasna décida de partir chercher une balayette. Or, à son retour, les débris de verre avaient disparu, comme par enchantement. La famille témoin de l’événement, oublia rapidement cette étrange histoire et tout le monde parti se coucher peu de temps après. Mais dès le lendemain matin, la jeune fille se plaignait d’une vive douleur à l’oeil, ce qui poussa tout le monde à se poser d’importantes questions.

Encore septiques, les parents emmenèrent rapidement leur fille consulter un médecin qui pendant la consultation extraya de son œil un petit fragment de verre !

Mais depuis lors, Hasna a continué à « pleurer » des centaines de larmes sur une période de six mois. Un spécialiste local de renom, F. Maalouf, diagnostiqua une malformation glandulaire; Hasna demeure quant à elle persuadée qu’il s’agit là plutôt du signe de la bénédiction d’Allah.

Le château de Fougeret

images


Il est connu dans le milieu du paranormal comme étant le château le plus hanté de France. Découvrons ensemble l’histoire et les phénomènes paranormaux constatés du château de Fougeret.

L’histoire de Fougeret :

Situé à Queaux dans le département de la Vienne, le château de Fougeret fut mentionné pour la toute première fois en 1337. Au tout début de la guerre de Cent ans (1337-1453), le fort était essentiellement utilisé pour assurer les défenses contre les lignes ennemies. Étant localisé sur une falaise, cela lui donne un net avantage contre tous types d’envahisseurs puisqu’il pouvait les voir arriver à plusieurs kilomètres. D’ailleurs le nom du château serait associé à celui d’une famille noble répondant au nom de Fougères ou Fougeré.

Sous l’Ancien Régime, Fougeret était utilisé comme lieu de haute justice. Lorsque la Révolution française éclata en 1789, son propriétaire (très probablement un noble ou un aristocrate) pris la fuite et il fut récupéré par le maire de la commune de Queaux de cette époque Louis-François Bonaventure qui s’en sert comme lieu de résidence.

Puis lorsque la période du Second Empire arriva, la famille Robain-Médard (nouveaux propriétaires de la demeure) prirent la décision de restaurer Fougeret pour lui donner l’aspect que nous connaissons aujourd’hui.

A partir du 20ème siècle, Paul Robain décida de faire du château de Fougeret un lieu de rassemblement des hautes sphères de la bourgeoisie et de l’aristocratie. L’objectif étant de montrer et de mettre en scène l’importance et la richesse des propriétaires.

Au fur et à mesure que les années défilèrent, Fougeret fut progressivement laissé à l’abandon jusqu’à ce que les propriétaires actuels du lieu entament des travaux de rénovation en mars 2009 pour redonner toute sa splendeur d’antan.

Enfin, en 2010 le château de Fougeret fut inscrit par la DRAC dans la liste des monuments classés historiques.

Phénomènes paranormaux constatés à Fougeret :

En dehors de son histoire richissime, Fougeret est surtout connu et considéré dans le milieu du paranormal comme le lieu le plus hanté de France. Grand nombre d’équipes d’enquêteurs du paranormal ont récolté des résultats montrant qu’il y a des activités étranges en ce lieu. Plusieurs médias ont également joué un grand rôle dans la réputation d’hantise du château à travers de nombreux reportages. Mais venons-en aux faits, quels sont les phénomènes paranormaux relevés à Fougeret et considérés comme étant récurrents et/ou officiels ?

Tout commence lorsque les propriétaires actuels du château : Monsieur et Madame Geffroy achetèrent ce dernier afin d’y démarrer une nouvelle vie. Madame Geffroy constata alors un jour lorsqu’elle descendit les escaliers du château avoir aperçu une mystérieuse silhouette noire masculine semblant glisser rapidement d’un salon à un autre sans provoquer le moindre bruit.

Et il semblerait que son mari ait lui aussi été témoin de manifestations étranges. En effet, Monsieur Geffroy était entrain de travailler à l’extérieur du château et a eu la sensation d’être touché à l’épaule. Naturellement, ce dernier s’est retourné et fut surpris de constater qu’il n’y avait personne d’autre que lui. Ce qui a perturbé pendant un moment Monsieur Geffroy qui est connu pour être cartésien. Il a même révélé qu’un jour pour une raison qu’il ignore qu’il s’est senti obligé d’expliquer alors qu’il était entrain de couper des arbres morts à quelqu’un ou quelque chose qui l’observait pourquoi il devait les couper.

ob_2810d5_capture-plein-ecran-09082014-221749.jpg
C’est cette femme que la fille des époux Geffroy a aperçu non loin de la cuisine du château.

Et cela ne s’arrête pas là car leur fille à elle aussi été témoin de phénomènes paranormaux. Un jour alors qu’elle était tranquillement assise devant la cheminée, elle vit les rideaux du couloir de la cuisine bougés comme s’il y avait un courant d’air et elle aperçue complètement tétanisée, une femme habillée de manière élégante avec une coupe de cheveux au carré des années 20. Des recherches ont été alors menées et il s’est avéré que cette mystérieuse femme était de son vivant au tout début du 20ème siècle une amie de la famille Robain (propriétaires de cette époque du château) qui passait tous ses étés à Fougeret à faire la fête et des pique-niques.

Mais le phénomène le plus troublant est le suivant. Un soir alors que Madame Geffroy et sa fille restèrent dormir au château après avoir travaillé la journée dans la restauration du château, sa fille ne se sentait pas bien et avait 40 degrés de fièvre dans la chambre où elle passait les nuits à Fougeret et où cette dernière constatait également des sentiments d’oppression. Dès lors, Madame Geffroy l’emmena de toute urgence à l’hôpital et les médecins lui annoncèrent qu’elle souffrait d’une double infection : une infection rénale et la tuberculose. Des antibiotiques furent alors prescris pour la soigner. Jusque là rien d’anormal mais le plus étrange reste à venir. En effet, Madame Geffroy étant une historienne apprit qu’une fille de 22 ans répondant au nom de Alice était morte le 13 novembre 1924 des mêmes symptômes dont souffrait sa fille dans la même chambre où elle passait ses nuits. Bien sûr à cette époque, il n’y avais pas les moyens médicaux que nous connaissons aujourd’hui qui auraient permis à Alice de survivre. Et il semblerait que d’autres jeunes filles du même âge ont vécu ce même phénomène, dans la même pièce du château.

ob_f03abc_capture-plein-ecran-09082014-222324.jpg
Photo de Alice, la jeune femme morte d’une infection rénale et de la tuberculose à Fougeret et qui hanterait la chambre où la fille de Madame Geffroy à vécu les mêmes symptômes.


D'autres manifestations étranges ont été constatées par les propriétaires, notamment des voix émanant des escaliers du château ou encore des sensations de toucher.

Tout s’enchaîne tellement rapidement au niveau des phénomènes paranormaux que Monsieur et Madame Geffroy font appel à plusieurs médiums pour en avoir le coeur net sur ce qui se passe dans leur château. Très vite les rumeurs d’hantise à Fougeret prennent considérablement de l’ampleur que les propriétaires doivent sélectionner les médiums ayant la réputation d’être « fiable » pour ne pas tomber sur des escrocs. Plusieurs d’entre eux ont pu ainsi rapporter d’autres éléments indiquant une hantise.

Une médium du nom de Nadège a révélé avoir été en contact avec l’esprit d’un homme répondant au nom de Félix et qui aurait vécu il y a deux siècles au château et qui souffrait de son vivant de chagrin.

L’esprit d’une jeune fille a également été aperçue dans les couloirs de Fougeret qu’elle fréquente régulièrement. Plusieurs médiums ont affirmé même l’avoir entendu à plusieurs reprises courir.

Depuis tous ses événements, Fougeret est devenu malgré lui un lieu de rencontre entre les vivants et les morts. Aussi, les propriétaires ont décidé de recueillir un maximum de preuves de la hantise de leur château par l’intermédiaire d’enquêteurs, de médiums ou d’organisation d’événements pour tenter de comprendre et de cohabiter avec les âmes errantes de leur demeure.

La légende du grimoire maudit de Ahriman


upload_2018-4-16_22-10-48.jpeg


La légende du grimoire d’Ahriman, serait apparu (pas crée, mais apparu la « première » fois) vers le 9ème, suite à la mort d’une personne considérée comme sorcière et qui pour certains à l’époque, aurait pactisé avec Satan. De ce fait elle fût brûlée vive, par la suite un mystérieux sorcier inconnu aurait ramassé les restes d’Ahriman, ce qui créa la légende.



upload_2018-4-16_22-10-57.jpeg


Selon la légende, une certaine sorcière nommée « Ahriman » serait morte dans d’atroces souffrances. Cette histoire se serait déroulé dans les pays du nord ou de l’est (le pays exact reste inconnu à ce jour) au bûcher, accusée de sorcellerie et pour avoir pactisé avec le diable. Suite à cet événement, un sorcier dont le nom reste inconnu auraient récupéré les cendres ainsi que les restes du corps de la sorcière. La légende dit que lors de la récupération des restes, le sorcier inconnu montrait un visage rempli de haine et de douleur », ce qui peut faire pousser à croire qu’ils se connaissaient.

Par la suite, un livre qui avait un aspect repoussant à la couleur noire cendre fait signe de lui, sur la première page du livre se trouvait noté « Grimoire d’Ahriman ».

Toujours d’après la légende, le livre serait un concentrer de recettes en rapport et d’invocations avec la magie noire, écrit en lettres gothique, ce qui de par son contenu, en fait un grimoire (l’écriture gothique est en vérité apparue à la 11ème siècle publiquement et adoptée par Charlemagne. Mais rien dans l’histoire de cette écriture ne nous permet de dire qu’elle n’est pas apparu plus tôt et utilisée « discrètement » au 9ème siècle).

Ce qui rend ce grimoire encore plus terrifiant, c’est que par la texture couverture de celui-ci, serait fait de peau humaine. C’est de là que, l’on supposa que le sorcier inconnu, aurait fait des restes de la sorcière Ahriman la principale structure du grimoire.

upload_2018-4-16_22-10-36.jpeg


L’histoire de ce grimoire ne s’arrêta pas ici, puisque par la suite on le retrouva sur un marché de la ville d’Aix-la-Chapelle (Allemagne), celui-ci fût racheté par un magistrat de la ville lors du couronnement d’un certain empereur nommé Charlemagne (800 après J.C). Ce magistrat l’offre à l’empereur qui mourra 14 ans plus tard d’une pneumonie.

index-3.jpg
Charlemagne

Lors de la réception de ce présent, Charlemagne fut ravi et décida de l’enfermer précieusement dans une vitrine. Mais qu’elle ne fut pas la surprise lorsque Charlemagne découvrit le livre au sol le matin à son réveil et de voir la vitrine brisée. Un de ses loyaux sujets aurait même dit la chose suivante :

« On dirait que ce livre maudit a cherché à s’échapper, qu’il a cassé la vitrine de l’intérieur. De toute manière, la salle est hermétiquement close, et absolument personne ne peut y pénétrer durant la nuit. »

Suite à cet incident et malgré que le palais soit extrêmement bien gardé, l’empereur demanda à que le grimoire soir placé dans une « armoire » faite de fer, mais quelques jours plus tard seulement, une porte de ce meuble imposant avait semble-t-il était forcé, de ce fait le livre avait aussi disparu. Les suspicions se sont immédiatement faite sur la question suivante : pourquoi voir seulement voler un grimoire dans un palais qui est recouvert de richesse bien plus honorable ?
Cet événement noircira encore plus la légende du grimoire, qui se donna l’avenir de se taire pendant les plusieurs siècles avenir.

Il sera retrouvé de nouveau dans la maison d’un brocanteur, qui aurait ensuite totalement brûlé.
C’est un dignitaire juif, en 1566 à Amsterdam aux Pays-Bas qui possédera par la suite le triste grimoire d’Ahriman, il aurait d’ailleurs déclaré :

« J’ai voulu nettoyer mon grimoire. La reliure était toute maculée de fumée. Mais à peine avais-je commencé à le frotter que le livre s’est échappé de mes mains et qu’il a littéralement plongé dans une cuve d’eau qui était devant moi. Cette eau, qui l’instant d’avant était toute fraîche s’est mise à bouillonner… »

Bien plus tard, le dignitaire juif lui aussi était volé et même frappé pour le grimoire déjà maudit.
C’est presque 200 ans plus tard à Prague (République tchèque) que l’on endenta à nouveau parler de l’ouvrage avec deux frères, qui en sont devenus les propriétaires. Selon les rumeurs à leurs propos, ils étaient en permanence en train de se chamailler, pour que l’un des deux est une emprise unique sur le grimoire.

Ils tenaient tellement tous deux à avoir ce livre qu’ils se lancèrent dans une compétition qui donnera la mort à l’un des frères. Le deuxième frère apporta son précieux dans sa maison située dans la rue des alchimistes, toujours à Prague.

Malheureusement pour lui, sa maison brûla le lendemain (cause inconnue) et déclara un énorme incendie sur plusieurs maisons de la ville, ce qui a forcé les villageois à créer un « chaine humaine » pour éteindre ce gigantesque incendie, probablement causé par le grimoire d’Ahriman. Ensuite la légende se s’estompa encore et à nouveau 200 ans.

Au 20ème siecle, le grimoire semble encore là puisque nous le retrouvons dans les registres d’assurance de le compagnie « Lloyds ». Plus précisément, c’est John Jacob Astor (alias JJ. Astor ou John J. Astor) qui posséda le grimoire en 1912, nous ne savons d’ailleurs pas comment le livre lui est arrivé entres les mains.

Dans la même année celui-ci décida de parcourir un long voyage maritime avec tous ses objets de valeurs ainsi que le fameux grimoire maudit de Ahriman. C’est dans un paquebot transatlantique britannique construit à Belfast et réputé pour être le plus gros navire de l’époque et pour être insubmersible que décida John J. Astor de faire son voyage.

Ce navire a malheureusement démontré qu’il n’était pas insubmersible puisqu'il heurta un iceberg pour naufrager dans les flots glacés de l’Atlantique avec 1513 passagers trouvant la mort dont Astor. Depuis ce tragique événement, on n’a plus entendu parler du grimoire maudit d’Ahriman dont beaucoup de personnes pensent qu’il est le responsable de ce qui s’est passé ce jour-là.

upload_2018-4-16_22-10-13.jpeg
Le Titanic, réputé pour être insubmersible mais qui a eu la malchance de croiser le chemin d’un icerberg et du grimoire.


La question que l’on peut se poser est la suivante : retrouverons-nous un jour le grimoire de Ahriman ? Je pense qu’il vaut mieux le laisser dormir dans les eaux profondes de l’Atlantique car si une personne avait la malchance de tomber sur ce livre, elle risque de faire parti des nombreuses personnes victimes de la malédiction de ce grimoire. D’ailleurs d’où cette malédiction est née ? Probablement de Ahriman qui se serait juré même pendant sa mort de se venger. Mais cela n’est qu’une simple analyse et vous êtes bien sûr libre de forger votre opinion sur cette histoire.

Le presbytère hanté de Borley

upload_2018-4-22_21-41-1.jpeg


Un presbytère est connu pour être le lieu de résidence du prêtre d’une paroisse situé non loin du lieu de culte. Qui puisse imaginer que celui de Borley ait la réputation d’être hanté ? Si aujourd'hui il ne reste plus grand chose de la maison d’un fidèle serviteur de Dieu, les phénomènes paranormaux s’y déroulant ne semblent pas vouloir s’arrêter. Découvrons ensemble ce que les ruines de ce lieu ont à nous cacher.

upload_2018-4-22_21-42-35.jpeg


C’est dans le Comté d’Essex en Angleterre, que se trouve le presbytère de la paroisse de Borley, une grande résidence de style néo-gothique. Construit en 1862, en pleine période victorienne par le révérend Henry Bull, il aurait apparemment été bâtit sur d’anciens édifices, certains ont parlé qu’initialement il y avait un presbytère géorgien et d’autres prétendent que c’était un monastère de l’Ordre des Bénédictins. En tout cas ce qui est troublant, c’est qu’à peine un an après sa construction, il y a déjà des manifestations étranges qui furent constatées. Parmi les témoignages relevés de cette époque, des bruits de pas ont pu clairement se faire entendre et il paraitraît même que les 4 filles du pasteur auraient aperçu l’esprit d’une nonne à moins de 40 mètres de leur lieu d’habitation.

Avant même que le pasteur ne prenne place à son domicile avec ses 4 enfants en 1863, il y avait déjà une légende circulant sur ce lieu.


RevBull-189x300.jpg
Photo d’époque du propriétaire des lieux, le révérend Henry Bull.

En effet, selon cette dernière un moine serait tombé amoureux avec une religieuse du couvent de Bures, situé dans le Comté de Suffolk. Leur amour étant proscrit dans les croyances de leur religion, les deux amants auraient tenté de prendre la fuite dans une calèche. Malheureusement pour eux, ils furent rattrapés, mis aux arrêts et condamnés à mort à l’issu d’un jugement éclair. Le moine fut ainsi pendu et la nonne fut emmurée vivante dans son couvent. Naturellement, l’histoire de cette légende est connu dans toute la région en cette époque et elle fut d’ailleurs accompagnée de témoignages troublants. Plusieurs personnes ont rapporté avoir entendu des hurlements étranges venu de nulle part, vu des chevaux fantômes tirés une calèche ou comme on disait en ce temps un cab. D’autres affirment avoir vu des objets se déplacer tout seul ou de voir de sinistres apparitions comme celle d’un moine sans visage ou celle d’une religieuse vêtue de vêtements noirs. Tous ces témoignages renforçant grandement l’hantise du lieu ont été rapportés en 1929 dans un article du journal « Daily Miror ». Cet article annonçait par la même occasion la mort de Henry Bull ainsi que tous les membres de sa famille, propriétaires du presbytère de Borley depuis 67 ans.

Les lieux resteront inhabités durant une année entière jusqu’à ce que le révérend Guy Smith et son épouse reprennent le presbytère. Il semblerait qu’ils aient eux aussi été témoins de phénomènes paranormaux. Une nuit alors qu’une forte tempête faisait rage, le révérend aurait été tiré de son sommeil par le tintement d’une cloche à l’entrée. Lorsque ce dernier s’empressa de se lever afin de voir qui pouvait venir lui rendre visite à une heure aussi tardive, il fut surpris de constater au moment d’ouvrir la porte qu’il n’y avait personne. Il se mit alors à penser que ce n’était qu’un plaisantin, pourtant le même phénomène s’est reproduit peu de temps, mais il n’y avait toujours personne. Et ce n’est pas tout, d’autres phénomènes furent observés par les Smith dont des bruits de pas, des lampes s’allumant et s’éteignant toutes seules, ainsi que des petits cailloux projetaient sur les carreaux de leurs fenêtres. Il paraitrait même qu’un jour Madame Smith aurait vu une calèche dans l’allée de leur propriété avant que celle-ci ne disparaisse. Le révérend aurait même entendu une fois dans sa chapelle, une voix lui murmurant « Non, Carlos, Non ! ». Exténués par l’ampleur des phénomènes le couple déménage après 9 mois d’habitation.

En 1930, c’est une autre famille qui s’installe dans les lieux dont le patriarche n’est autre que le révérend L.A. Foyster. Accompagné par sa jeune épouse répondant au nom de Marianne, ils furent également victimes des manifestations étranges de Borley. Comme se fut le cas pour la famille Smith, des bruits de cloche se sont également fait entendre tout comme des bruits de pas et des jets de pierre contre les vitres. Cependant, d’autres faits mystérieux ont été relevés et ont été soigneusement notés dans le carnet du pasteur en plus de ceux décrits plus hauts. Comme par exemple de l’eau qui aurait projeté sur le couple au moment du coucher et qui est venue de nulle part. Un autre jour, Monsieur Foyster fut tiré de son sommeil après avoir reçu un coup sur la tête, lorsque celui-ci s’est réveillé il constata que l’objet en question qui l’a réveillé était sa brosse à cheveux. Tout ceci montrait des manifestions d’un esprit frappeur ou poltergheist. Le couple affirme avoir vu des apparitions d’une nonne ainsi que celle d’un pasteur qui s’est révélé être le premier occupant du lieu, le révérend Bull. D'étranges inscriptions sont également apparues réclamant une messe et de manière inexplicable de la « lumière » ? Serait-ce un message des entités du lieu voulant de l’aide pour rejoindre l’autre monde ? Ou au contraire, ce message est-il destiné à se moquer de la fonction de Monsieur Foyster ? Nous ne connaitrons probablement jamais les réponses à ces questions.

Afin d’être sûr que Monsieur et Madame Foyster n’étaient pas devenus fous ou d’être les seuls témoins de ces phénomènes, ils invitèrent des amis à les rejoindre à Borley. Parmi les invités y figurait le juge de paix Guy L’Estrange qui a d’ailleurs rédigé un rapport détaillé durant son séjour chez les Foyster. On a pu relever dans ce compte rendu, de la vaisselle retrouvée en milles morceaux sur le sol de la cuisine, alors qu’il n’y avait personne dans cette pièce, des bouteilles semblant voler toutes seules d’un coin à l’autre de la cuisine alors qu’elles étaient à la base dans un cellier fermé à double tour, toutes les sonnettes de la maison se mirent à tinter alors que les cordons les reliant été coupés. L’Estrange affirme même qu’au moment où il dormait dans la chambre d’amis, il a ressenti une baisse inexplicable de température dans la pièce et il aurait vu une forme se matérialiser devant lui dans un halo de lumière. Il a tenté de se dirigeait vers cette mystérieuse lumière mais a senti une force invisible lui barrer la route, il alors tenté d’entre en contact avec cette apparition mais cette dernière disparu lentement devant ses yeux. Les Foyster ne pouvant plus supporter l’ampleur de ses phénomènes quittèrent définitivement les lieux en 1935.

Le presbytère restera inoccupé durant de nombreux mois jusqu’à l’arrivée en mars 1936 du pasteur Henning. Mais comme ses prédécesseurs, il quittera lui aussi le lieu après 6 mois d’occupation. Par la suite, le chasseur de fantômes Harry Price mena une enquête dans ce lieu afin de confirmer les nombreux phénomènes recensés. Il fut accompagné dans sa tâche par une cinquantaine de collaborateurs et vont mener des recherches intensives pendant plus d’un an.


index.jpg
Harry Price, chasseur de fantômes britannique ayant intervenu au presbytère de Borley.

Les phénomènes suivant ont été constatés par Price et son groupe d’enquêteurs. Lors d’une séance de spiritisme, ils auraient découvert l’identité d’une entité féminine, une religieuse du nom de Marie Lairre. Après s’être renseigner à son sujet, elle aurait été de son vivant une nonne française du 17ème siècle qui aurait été contrainte de quitter son couvent de la ville de Le Havre afin de rejoindre son époux, Henry Waldergrave un homme riche et influent de Borley. Ce dernier aurait assassiné sa femme et enterré son corps dans la cave de son manoir. Ce qui est troublant, c’est qu’avant que le presbytère de Borley ne soit construit, certains mentionnés un ancien presbytère géorgien ou d’autres un monastère bénédictin. Ces personnes seraient-elles tromper sur toute la ligne ? Possible. En tout cas l’âme de cette personne défunte semble être condamné à errer dans les lieux. Une séance de ouija fut menée beaucoup plus tard, et ce coup ci l’équipe tomba sur l’esprit d’un homme nommé Sunex Armures qui aurait révélé aux médiums qu’un terrible incendie ravagera plus tard le lieu. Une prédiction qui s’est avérée être vrai puisque le presbytère de Borley fut complétement ravagé par un gigantesque incendie durant la Seconde Guerre mondiale en 1944, ne laissant derrière lui que des ruines. Ces dernière furent d’ailleurs détruites la même année par le nouveau et dernier propriétaire connu des lieux, le capitaine W.H. Gregson. Malheureusement, nous ne savons pas si comme les anciens propriétaires avant lui, il a vécu des phénomènes étranges ou non. Peut-être n’est ce qu »une simple légende destinée à faire peur aux enfants ou aux passants voulant pénétrer dans ses lieux, seulement si tel était le cas, pourquoi autant de personnes ont décrit les mêmes phénomènes en différentes périodes ? Le fruit d’une imagination collective ? J’en doute. En tout cas la seule chose dont on est sûre, c’est qu’on appelle pas par hasard le presbytère de Borley « la maison la plus hantée d’Angleterre » pour rien.

 
Dernière édition par un modérateur:

Hygie

Equipe Forum & Support
Equipe d'Elvenar
Equipe forum & support
Bonsoir,

j'ai procédé comme indiqué en MP à la fusion de ton nouveau sujet avec celui-ci pour une meilleure visibilité de la section Coin des artistes.

Dorénavant, il serait préférable de poster à la suite de ce sujet en utilisant la première page comme index et en y joingnant le lien de chaque message sur ce sujet avec un titre pour y accéder facilement ;)

- Hygie
 

DeletedUser12488

En route pour un autre voyage ...

La Baie du Mont-Saint-Michel

Le Mont Saint Michel s’admire de mille lieues à la ronde. Voir la « Merveille », c’est envisager une distance à parcourir, une baie à traverser « au péril de la mer ».

Depuis le Moyen Âge, les Miquelots, nom que donna Rabelais aux pèlerins, traversèrent l’Europe tout entière pour s’y rendre. Le Mont St Michel s’envisage aussi dans une extrême proximité, voire immédiateté, pour qui croit aux miracles où est saisi par le ravissement, l’instantanée beauté de cette immense sculpture de pierre sauvée des siècles, des eaux et du sable.


Le tout premier pèlerin dont on ait la trace est un jeune homme matricide du IXème siècle, Ratbert, venant expier son crime. Puis vinrent les pastoureaux et gentilshommes voyageurs. Les sentiers de pèlerinage d’hier recoupent les grandes voies de communication actuelles. Aller à la rencontre du Mont Saint Michel revêt une dimension atemporelle, une recherche de transcendance.

La baie du mont Saint-Michel ou baie du Mont-Saint-Michel est une baie située entre la Bretagne (au sud-ouest) et la péninsule normande du Cotentin (à l'est) au fond du golfe normand-breton, la baie appartient au club des plus belles baies du monde. La baie s'étend sur 40 000 hectares et est traversée par trois rivières : le Couesnon, la Sée et la Sélune. La baie est balayée deux fois par jour par les marées.

Elle abrite le Mont-Saint-Michel, un îlot rocheux granitique situé à l'est de l'embouchure du Couesnon.

images


Patrimoine Protégé

La Baie du Mont-Saint-Michel est un site exceptionnel classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979. Immense grève rythmée par les plus grandes marées d'Europe, elle se dévoile sous un ciel changeant selon les heures et les saisons, avec en perspective la silhouette fière de la célèbre abbaye bénédictine.

La Baie du Mont-saint-michel est considérée comme une des plus belles baies du monde. Mondialement réputée pour son rocher granitique qui abrite des vestiges du Moyen-Age, la baie du Mont-Saint-Michel accueille près de trois millions de touristes chaque année. Une destination culturelle qui offre des possibilités de randonnée dans un décor inédit et surprenant.

La Baie connaît un climat océanique tempéré avec des hivers assez doux et des étés plutôt frais. Les précipitations sont abondantes dans la région. La baie du Mont-Saint-Michel s'étend sur environ 500 km².


Le saviez-vous ?

Evitez de vous aventurer seul loin dans la baie. Quand la marée monte, l'eau avance à la vitesse d'un homme marchant à bon pas et des courants peuvent parfois vous encercler.

La beauté à perte de vue


Partout où votre regard se pose, il vous confirme que la baie du Mont Saint-Michel est une merveille. Les sables, les herbus, la mer, le ciel se partagent l'horizon. La lumière joue avec les éléments, dans un paysage changeant où se reflètent le Mont Saint-Michel et les alignements des bouchots.

Au top des sites

"Le Couesnon, dans sa folie, mit le Mont Saint-Michel en Normandie" mais cela n'empêche pas la baie d'être en Bretagne. Plusieurs phénomènes admirables sont ainsi reconnus : un paysage maritime magnifique, des marées détenant le record de France avec 14 m d'amplitude, un patchwork de polders, des alignements mytilicoles, un joyau architectural mythique se reflétant sur l'immensité iodée.

Participez à l'observation des grands dauphins

image_content_general_20522222_20160510111141.jpg


Un paisible hameau, une petite plage baignée d'eaux turquoise et au loin la silhouette inimitable du Mont-Saint-Michel... C'est à Port-Mer, à Cancale, dans un décor enchanteur, que Gaël de l'association Al-lark vous attend pour une virée en mer à la rencontre des grands dauphins. Une expérience que vous n'êtes pas prêts d'oublier.

C'est parti pour 4 heures de navigation !

participez-a-l-observation-des-grands-dauphins_1_200x133_medium.jpg


Quelques pas dans l'eau vivifiante de la Manche et voilà notre petit groupe à bord du Tursiops II. La mine réjouie, les gilets de sauvetage enfilés, les consignes de sécurité données, Gaël nous explique que " 70 % des sorties se soldent par l'observation de quelques-uns des 300 grands dauphins qui transitent dans la baie. Dauphin ou pas, j'espère que vous passerez un chouette moment. Il y a une foule d'autres curiosités à découvrir ici ! "

Mais comment allons-nous trouver les dauphins ?

Les dauphins peuvent parcourir 100 km par jour. Cap au nord, les yeux rivés sur la ligne d'horizon ! Gaël nous avoue que les grands dauphins ne sont pas les êtres pacifiques que les aventures de Flipper nous ont longtemps fait croire." Il n'y a qu'à voir les entailles de leur nageoire dorsale.

Ailerons à bâbord !

participez-a-l-observation-des-grands-dauphins_4_200x133_medium.jpg


Bien qu'à bord pour la première fois, c'est Yannick qui repère le groupe de dauphins filant vers le nord-est. Nous gardons nos distances. Pas question de les déranger ! " S'ils le souhaitent, les dauphins se rapprocheront du bateau ",explique notre spécialiste. L'émotion est vive à bord. Deux, quatre, six ailerons fendent la mer." Ils doivent être une bonne dizaine ! " Soudain, deux dauphins s'élancent dans les airs sous nos yeux ébahis. Quelle puissance ! A les voir évoluer ainsi en toute liberté, je me promets de ne jamais mettre un pied dans un delphinarium. Le groupe de cétacés change alors de cap, s'agite en rond. Une partie de chasse ? " Probablement, il est parfois difficile de le savoir, même après 9 ans d'observation ". Les dauphins obéissent à des codes, à des rythmes qui ont encore de nombreux secrets pour la logique humaine.

Dauphins de la Baie du Mont Saint Michel


Le Mont-Saint-Michel redevient une île, une première depuis 1879


media_xll_6010817.jpg


L’événement ne s’était pas produit depuis 1879. Mercredi 24 juillet au soir, quelques centaines de chanceux perchés sur le Mont-Saint-Michel ont pu assister à la grande marée qui a entièrement entouré l’îlot rocheux. Un événement qui devrait pouvoir se répéter grâce aux travaux menés depuis 2005.

Un moment historique

Tous les curieux venus admirer la grande marée au coucher du soleil, étaient conscients du caractère historique de ce mercredi 24 juillet. En regardant l’eau de cette marée de coefficient 108 lentement recouvrir la baie sablée, les touristes et les habitants ont pu s’extasier sur la vue unique qu’offre la mer ceinturant le Mont.


De superbes paysages

Les parcs de bouchots veillent sur la beauté de ce paysage intemporel, véritable royaume du silence à l'équilibre fragile qui transforme votre itinéraire touristique.

Les Bouchots à moules AOP de la Baie du Mont-Saint-Michel

images


Au cœur de la baie du Mont-Saint-Michel se dressent, sur 271 kilomètres en mer, les bouchots, ces pieux utilisés pour l'élevage des moules. L'accès au site est limité ; la Maison de la Baie au Vivier-sur-Mer organise des visites accompagnées du site. (Renseignements auprès de la Maison de la Baie.)

La zone d’élevage des moules de bouchot AOP de la baie du Mont-Saint-Michel s’étend exactement de la partie de l’estran de la baie située au sud de l’alignement du clocher de Carolles et de la pointe de la Chaîne, et à l’ouest de la limite entre les départements de l’Ille-et-Vilaine et de la Manche.

Les moules de bouchot AOP de la baie du Mont-Saint-Michel représentent 25 % de la production de moules françaises et 13 % des moules vendues en France (importations comprises), soit 10 000 tonnes de moules produites par an.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

La Baie du Mont-Saint-Michel suite

Là où les moules poussent sur des "arbres"


index.php


Émergeant de champs de sable, des lignes de 110 pieux sont plantées sur des longueurs de 100 mètres. Ces kilomètres de piquets, où évoluent de curieux bateaux à roues, sont le lieu d'élevage des moules de bouchot. Les bivalves se fixent et se développent en grappes sur cette forêt de mâts. Avec cette technique introduite en 1954 et un milieu particulièrement favorable, le Vivier est devenu le premier port mytilicole de France. Pour en savoir plus sur l'activité de ces pêcheurs-éleveurs et sur les secrets de ce lieu magique, la Maison de la Baie vous propose une exposition permanente et des sorties à pied ou à bord de la Mytili-mobile. Une formidable occasion de changer d'horizon ou d'assister au mascaret, onde étonnante qui se crée à la surface de l'eau lors des grandes marées.

La Maison de la Baie du Mont-Saint-Michel

images
images


Venez découvrir la baie du Mont-Saint-Michel dans sa partie sauvage. Loin des sentiers battus, nous vous proposons de pénétrer dans l'immensité des paysages de la Baie et de sa biodiversité exceptionnelle, avec différents types de randonnées, de 2 heures à 6 heures, à la découverte des prés salés, des sables mouvants, du récif des hermelles, des oiseaux et bien d'autres choses encore. Sorties possibles le dimanche selon les conditions de marée. La Maison de la Baie au Vivier-sur-Mer vous propose également une exposition sur le patrimoine naturel et humain de la baie.

Le rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel


Les travaux de rétablissement du caractère maritime du Mont-Saint-Michel auront duré dix ans pour s’achever en 2015, offrant un nouveau visage à ce site unique. C’est une nouvelle page de l’histoire du Mont qui se tourne. Si rien n’avait été entrepris, à l’horizon 2040, le Mont-Saint-Michel aurait été entouré de prés salés.

Or, c’est l’environnement maritime qui avait déterminé le choix des moines du Moyen Âge de s’installer à cet endroit précis et d’y bâtir ce qui allait devenir l’un des plus extraordinaires édifices de l’architecture religieuse. Aubert, évêque d’Avranches, aurait en fondé un sanctuaire sur le Mont-Tombe en 708, après trois apparitions successives de l'archange saint Michel. Surplombant l’immensité de la baie, l’abbaye du Mont-Saint-Michel est le point d’orgue de la visite.


Histoire de l' Abbaye


L’architecture de l’abbaye du Mont-Saint-Michel témoigne de la maîtrise et du savoir-faire de plusieurs générations de maîtres d’œuvre. Sur un site inhospitalier, durant 1300 ans, son édification représente une incontestable prouesse technique et artistique.

Le rocher qui s'élève, majestueux, au milieu de l'immense estuaire qui s'étend des côtes de la Normandie à celles de Bretagne, fut nommé le Mont Saint Michel dès le VIIIe siècle.

Auparavant, il était connu sous le nom de mont Tombe, et était déjà un lieu de cultes druidiques pour les peuplades qui occupaient la forêt de Scissy. Selon l’historien du XVIIIe siècle, Gilles Deric, le rocher était dédié au dieu gaulois du soleil sous le nom de Mons vel Tumba Beneni : Mont ou Tombe de Belenos.

Dom Jean Huynes, dans son ouvrage "Histoire générale du Mont Saint-Michel au péril de la mer"consacre quelques unes de ses pages à la fondation du sanctuaire chrétien primitif. Selon ses écrits, Saint Aubert, Evêque d'Avranches, éleva dans les premières années du VIIIe siècle une église à Saint Michel qui lui était plusieurs fois apparu en songe.

Au niveau de l’église paroissiale commence le Grand Degré( 350 marches environ) qui conduit à l’abbaye. Edifiée dès le Xe siècle siècle, l’abbaye bénédictine abonde en merveilles architecturales édifiées dans les styles carolingien, roman et gothique flamboyant.

grand-degre.jpg


Elle est divisée en deux parties majeures : l’abbatiale et la Merveille.

Notre-Dame Sous-Terre

En 1898, lors de fouilles sous le plancher de l’église abbatiale actuelle, l'architecte Paul Gout redécouvre Notre-Dame-Sous-Terre, l’abbatiale originale fondée en 966. Mais Notre-Dame-Sous-Terre ne sera complètement dégagée qu'en 1959, lorsque l’architecte Yves-Marie Froidevaux aura installé une poutre en béton précontraint.

Les agrandissements successifs de l’abbaye du Mont Saint Michel avaient en effet fini par absorber la totalité de la première abbatiale jusqu'à la faire oublier pendant plusieurs siècles. Restaurée, elle offre désormais un magnifique exemple d’architecture préromane.

L’église abbatiale actuelle

abbatiale_facade.jpg


L'abbatiale actuelle fut construite pour accueillir les pèlerins qui venaient chaque jour plus nombreux, et en remplacement de Notre-Dame-Sous-Terre, l'église originelle. La nouvelle église abbatiale comportait trois cryptes, soit la chapelle des Trente-Cierges, la crypte du chœur et la chapelle Saint-Martin (bâties entre 1031 et 1047). L’abbé Ranulphe commença ensuite l’édification de la nef en 1060. En 1080, trois étages de bâtiments conventuels sont édifiés au nord, comprenant la salle de l’Aquilon, le promenoir des moines et le dortoir.

Le cellier et l’aumônerie de la future Merveille sont également entamés. Les nouvelles constructions recouvrent alors entièrement Notre-Dame-Sous-Terre qui demeure néanmoins utilisée pour le culte.

Mal consolidées, trois travées occidentales de la nef s’écroulèrent sur les bâtiments conventuels, en 1103. L’abbé Roger II les fait reconstruire mais, en 1421, c'est au tour du chœur roman de s’écrouler. Il sera reconstruit en style gothique flamboyant entre 1446 et 1523.

Enfin, suite à un incendie en 1776, il sera décidé de démolir les trois travées occidentales de la nef et, en 1780, la façade classique actuelle sera édifiée. Malheureusement, les soutènements nécessaires à cette dernière nécessiteront la coupure en deux de Notre-Dame-Sous-Terre.


La Merveille

facade_merveille.jpg


Les façades Est et Nord de la Merveille sont d'une puissante beauté en raison même de leur extrême simplicité. Elles présentent l'image de la force et de la grandeur par leur aspect imposant. Ces immenses murailles de granit sont renforcées extérieurement, au droit des poussées des voûtes intérieures, par de puissants contreforts qui ajoutent encore à l'effet général.

Au Mont Saint Michel, la Merveille était l’endroit où vivaient les moines. Vue de l’extérieur, elle correspond à la partie gothique, c’est-à-dire à la face nord, et a été construite en 25 ans, à partir de 1211. Elle s'élève sur trois étages.

La Merveille est elle-même organisée en deux parties : la partie est et la partie ouest. La partie est fut la première à être construite et comprend trois salles : l’Aumônerie, la Salle des Hôtes et le Réfectoire. La partie ouest, quant à elle, a été érigée sept ans après et comporte également trois salles : le cellier, la salle des Chevaliers et le cloître.

En haut de la Merveille, se trouve un cloître exceptionnel, aux colonnes de granit rose.


L'Aumonerie

L'Aumonerie du Mont Saint Michel est composée de deux nefs. Les voûtes d'arêtes, de forme ogivale, reposent sur une épine de fortes colonnes dont la base et le chapiteau sont carrés. Elle est éclairée par huit fenêtres à voussures profondes, percées entre les contreforts.

Le Cellier

Le Cellier est formé de trois nefs dont les voûtes d'arêtes, ogivales et très aiguës dans les deux nefs latérales, reposent sur des piles carrées supportant les colonnes de la Salle des Chevaliers, au dessus. Vers l'ouest, une grande porte s'ouvre sur les terrasses et jardins en contrebas. A droite de la porte, un escalier pratiqué dans l'épaisseur du mur conduit à la Salle des Chevaliers.

La Salle des Chevaliers

salle_chevaliers.jpg


La Salle des Chevaliers du Mont Saint Michel fut bâtie entre 1215 et 1220. Elle ne prit ce nom de Salle des Chevaliers qu'après l'institution de l'Ordre de Saint-Michel, fondé par Louis XI en 1469.

Selon l'architecte Viollet-le-Duc, cette salle n'avait pas à l'origine une mission aussi noble, mais n'était probablement au XIIIe siècle que le dortoir de la garnison.

La Salle des Chevaliers est formée de quatre nefs d'inégales largeurs, les deux premières rangées de colonnes reposant sur les piles du Cellier, la troisième sur le rocher.


Les voûtes ornées à leur point de rencontre d'une clé sculptée, retombent sur des colonnes à bases octogonales très finement taillées.

Le Réfectoire

Le Réfectoire, achevé vers 1215, est sans doute la plus belle salle de la Merveille. Il se compose d'une double nef dont les voûtes formées par des arcs-doubleaux, des arcs-ogives ornés à leur jonction d'une rosette sculptée, retombent sur une épine de colonnes fondées sur celles de l'Aumonerie.

Le Réfectoire est éclairé par neuf grandes fenêtres qui s'élèvent sur toute la hauteur du vaisseau et sont divisées par un meneau supportant un linteau intermédiaire. Elles sont munies d'un banc en pierre à leurs bases.


Le Dortoir

Le Dortoir est une vaste salle élevée au dessus du Réfectoire, et dont il a les dimensions générales. Il est éclairé, au nord et au sud par de petites fenêtres longues et étroites, en forme de meurtrières. Elles sont ébrasées à l'extérieur et leurs couronnements semblent être, par leur forme particulière, en nids d'abeille.

Le cloître

cloitre-saint_michel.jpg


D'après les écrits de l'éminent architecte Viollet-le-Duc " Le Cloître de l'Abbaye du Mont Saint-Michel en mer est l'un des plus curieux et des plus complets parmi ceux que nous possédons en France... Les profils de l'ornementation rappellent la véritable architecture normande du XIIe siècle..."

Le superbe Cloître de l'abbaye du Mont Saint Michel, commencé par Thomas des Chambres, fut achevé par Raoul de Ville dieu, en 1228. Sa forme générale est celle d'un quadrilatère irrégulier, composé de quatre galeries qui entourent le Préau découvert, ou Aire du Cloître.

Le Cloître s'orne de colonnes de granit rose, et trois arches sont étonnamment ouvertes sur la mer et le vide. Ces trois ouvertures devaient constituer l'entrée de la salle capitulaire qui ne fut jamais construite.

Dans les galeries, les écoinçons entre les archivoltes présentent de belles rosaces sculptées en creux, des figures, l'agneau surmonté d'un dais ; puis, au dessus des arcs, une frise d'enroulements ou de petites rosaces très élégantes.

detail_cloitre.jpg


Dans la galerie sud du Cloître du Mont Saint Michel, le lavatorium permettait aux moines de faire leurs ablutions obligatoires et d'accomplir, mutuellement, les cérémonies du lavement des pieds qui, selon la règle bénédictine, devait s'accomplir le jeudi de chaque semaine.

Le cloître abrite un jardin médiéval recréé en 1966 par frère Bruno de Senneville, moine bénédictinféru de botanique. Il est centré par un motif de buis rectangulaire bordé de treize rosiers de Damas. Les carrés de plantes médicinales, d'herbes aromatiques et de fleurs symbolisent les besoins quotidiens des moines au moyen-âge. Les angles sont marqués par des cinéraires maritimes.

Les bâtiments monastiques de Robert de Torigni

chapelle_aubert.jpg


Robert de Torigni fut élu Abbé du Mont Saint Michel en 1154, par le sufrage unanime des moines, rétablissant ainsi la paix parmi les moines divisés depuis plusieurs années.

L’abbé Robert de Torigni fit édifier, à l’ouest et au sud-ouest du site un ensemble de bâtiments comportant de nouveaux logis abbatiaux, une officialité, une nouvelle hôtellerie, une infirmerie, la chapelle Saint-Etienne ainsi que la chapelle Saint Aubert, dédiée au fondateur de l'abbaye.

Il fit également remanier les chemins de communication desservant Notre-Dame-Sous-Terre, afin d’éviter un trop grand contact entre les pèlerins et les moines de l’abbaye.

On y trouve également une roue servant de treuil, installée lors du fonctionnement de la prison, destinée à approvisionner le mont en denrées et à l’intérieur de laquelle marchaient des prisonniers pour la faire tourner.


La salle de Belle Chaise

Les bâtiments de la belle-chaise et des logis abbatiaux intègrent les fonctions administratives de l’abbaye aux fonctions cultuelles. L’abbé Richard Turstin édifie, à l’est, la Salle des Gardes (qui sera depuis l’entrée de l’abbaye) ainsi qu’une nouvelle Officialité, où est rendue la justice relevant de l’abbaye (1257).

Tours et logis

Vers 1393 sont édifiées les deux tours du Châtelet, puis ensuite la tour Perrine et une Bailliverie. Le tout sera complété, à l’initiative de l’abbé Pierre Le Roy, par un logis personnel complétant les fortifications de l’abbaye même.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

Le Mont-Saint-Michel suite

6 choses que vous ignoriez sur le Mont-Saint-Michel


Surnommée "Merveille de l'Occident", le Mont Saint-Michel est un lieu unique situé au coeur d'une immense baie, à la frontière entre la Bretagne et la Normandie. Connu pour être envahi par de grandes marées, le Mont, terre de légendes et d'histoire, cache de nombreux secrets... Lomig Guillo est un amoureux du Mont-Saint-Michel. Rédacteur de chef du magazine Management, il a écrit un ouvrage sur « Les Secrets du Mont-Saint-Michel », paru aux éditions Prisma. Il nous dévoile 6 anecdotes croustillantes sur ce lieu légendaire.

Avant d’être un lieu touristique par excellence, le Mont-Saint-Michel était… une prison ! Après la révolution française, l’abbaye est récupérée par l’Etat qui transforme le lieu en sorte d'« Alcatraz normand ». Y sont enfermés des prisonniers politiques dans des cellules construites au sein même de l'abbaye : dans le cloître de l’Eglise, le réfectoire.... Pendant leur incarcération, les prisonniers confectionnaient lors d’ateliers des chapeaux de paille ! Une activité originale mais non sans conséquence pour la prison, qui connu un important incendie causé par l’embrassement d’un stock de paille dans le bâtiment…

Le Mont-Saint-Michel n’a pas toujours été une île. Ce n’est que vers - 8000 que le Mont-Saint-Michel se retrouve séparé du continent suite à un tremblement de terre, suivi d’un raz-de-marée. Au 19e siècle est construit un polder, gain de terre sur la mer. L’objectif : réunir le mont par la route pour faciliter les transports. C’est seulement en 2014 que la digue a été détruite et que le Mont-Saint-Michel devient désormais une île… mais seulement quelques heures par an !

L’achat de souvenirs est une tradition pour les touristes visitant le Mont-Saint-Michel. Mais les premiers marchands n’étaient autres… que les moines de l’abbaye ! Outre la rumeur selon laquelle d’horribles choses arriveraient aux pilleurs du Mont qui repartaient avec des bouts de pierre comme souvenirs, les moines ouvrirent au 14e siècle, une fonderie. Ils y créaient alors des petites médailles en plomb, portant des gravures de l’archange Saint Michel qu’ils vendaient ensuite aux pèlerins et aux touristes. Jusqu'au 19e siècle, seuls les moines pouvaient prendre des photos de l’intérieur de l’abbaye. Une manière de contrôler l’image des lieux mais aussi; d'être les seuls à pouvoir vendre ces fameux clichés sous forme de cartes postales.

Avez-vous une idée du nombre de personnes vivant sur le Mont-Saint-Michel ?Bien loin des trois millions de touristes annuels, ils ne sont en réalité que 20 à vivre à l’année sur le Rocher. La nuit, les touristes sont d'ailleurs 10% plus nombreux à dormir sur place que les habitants eux-même, du fait de l'explosion du nombres de chambres - près de 130 - dispersées sur le Mont. Autre anecdote : il y a plus d’électeurs que de Montois (103 en 2014) !

Comment ne pas penser à l’histoire de la Mère Poulard quand on parle du Mont-Saint-Michel ? Célèbre pour sa recette d’omelette, la Mère Poulard est une véritable institution sur le Mont. Mais savez-vous où trouver sa première auberge ? Oubliez les 20 restaurants portant le macaron de l’entreprise et rendez-vous… à la poste !

upload_2018-4-17_19-1-21.jpeg
images


http://www.patrimoine-normand.com/article-128146-mere-poulard-mont-saint-michel.html


C’est en effet dans ce bureau que vous pourrez admirer l’impressionnante cheminée grâce à laquelle elle préparait ses fameuses omelettes. Selon la légende, pour réussir ses omelettes, la cuisinière battait les blancs des œufs à part pour les rendre plus mousseux. Elle utilisait ensuite beaucoup de beurre et une poêle en cuivre très chaude… A bon entendeur !


Enfin, derrière le Mont-Saint-Michel se trouve l’île de Tombelaine. Si elle sert désormais de réserve naturelle pour les oiseaux, on raconte qu’elle abriterait également un trésor… L’origine de cette légende vient du fait que Nicolas Fouquet, sur intendant du Roi, Louis XIV y aurait fabriqué de la fausse monnaie sur place. Selon les rumeurs, il y aurait donc un trésor enterré sur l’île. On dit aussi qu’il existe un passage souterrain entre l’île de Tombelaine et le Mont-Saint-Michel…

Grande marée au Mont Saint Michel en avril 2017


Mont-Saint-Michel : le nouveau pont-passerelle ouvert aux piétons

Un ouvrage d’art élégant

images


Grâce à sa structure légère et transparente aux courants de marée, le public peut prendre la dimension d’un site qui redevient peu à peu maritime. L’ensemble du nouvel accès a été dessiné et réalisé par une équipe pilotée par l’architecte Dietmar Feichtinger.

Le pont-passerelle offre une chaussée centrale circulable (6,50 m) et une allée recouverte de chêne pour les piétons (4,50 m)sur une longueur totale de 760 mètres.

Il s’articule avec une route d’accès sur 1 km depuis le continent. L’extrémité du pont vient se poser sur la partie supérieure de l’esplanade d’entrée au Mont (2,5 ha).


Cet espace modelé en épaisseur sert à la fois à la protection des assises des remparts contre les mouvements d’eau et à l’accueil du public.

Pont-Passerelle-Mont-Saint-Michel_highlighted.jpg


Le parc de stationnement est désormais situé à 2.5 kilomètres du Mont Saint-Michel intra-muros. Des navettes de transport gratuites et des cheminements piétonniers mènent les visiteurs jusqu'au Mont. La navette hippomobile est une sympathique alternative pour se rendre au Mont.

index.php


À pied, les visiteurs empruntent le nouveau pont-passerelle, qui se fond à merveille dans le paysage. En navette, la dépose des passagers se fait à 400 mètres du Mont-Saint-Michel, pour réserver aux seuls piétons une vue dégagée sur le Mont et la baie.

87238311_p.jpg


L’esplanade permet un recul visuel de 300 mètres par rapport au monument, délibérément voulu par les commissions compétentes (Sites et Monuments Historiques) et assure aussi les fonctions nécessaires à la vie du Mont (livraisons, dépose des navettes dédiées, sécurité).

L'intérieur du Mont voire les rues

upload_2018-4-17_19-7-4.jpeg
images
upload_2018-4-17_19-8-52.jpeg


Au passage levez les yeux vers l’enseigne de la poste qui s’est installée en lieu et place de la première adresse de la Mère Poulard dont la grande cheminée rappelle le succès culinaire de sa cuisinière.

10036950-16309482.jpg


Entre courtines et chemins de ronde

upload_2018-4-17_19-12-4.jpeg
upload_2018-4-17_19-12-14.jpeg
images


Le village du Mont-Saint-Michel, implanté sur le mont en 709, s'est développé à l'ombre de son abbaye médiévale. L'économie du Mont a donc été tributaire, pendant douze siècles, des nombreux pèlerinages à Saint Michel, notamment jusqu'à la Révolution française.

On venait de toute l'Europe du Nord en pèlerinage à l'abbaye du mont Saint-Michel : depuis l'Angleterre, la France du Nord et de l'Ouest, etc. Un réseau de routes montoises a été récemment étudié et remis en valeurs, notamment à cause de l'attrait touristique important que représente le site et sa baie.

Déjà depuis le XIXe siècle, les auteurs et les peintres romantiques venaient au Mont-Saint-Michel, pour son charme unique et ses qualités pittoresques, tel Guy de Maupassant. A la fin du siècle, plusieurs hôtels sont établis au mont. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, la mutation du site en un lieu de visite de rang mondial a fait de la petite commune normande l'une des premières destinations touristiques de France. On compte aujourd'hui trois millions de visiteurs annuels, et le temps moyen de visite est de 2 à 3 heures et il y a jusqu'à 20 000 visiteurs par jour en période estivale.


Le patrimoine religieux

statue_saint_michel.jpg


Par ordre d'importance, c'est bien sûr l'abbaye du Mont Saint Michel elle-même qui impose sa fière allure et sa magnifique architecture à plusieurs dizaines de kilomètres alentour. Mais il existe d'autres monuments religieux sur le rocher comme par exemple l'église paroissiale Saint-Pierre.

A l'origine, c'était l'église des habitants du Mont, les Montois. Saint-Pierre a conservé son titre de paroisse et se distingue encore aujourd'hui de l'abbaye. L'église a gardé quelques vestiges du XIe siècle, dans ses piliers, mais d'une manière générale, elle appartient aux XVe et XVIe siècles. Sa nef ne possède qu'un seul bas-côté, ce qui décentre son chœur vers la gauche.

Munie d'un petit clocher, elle est riche de beaux objets cultuels : un vitrail du XVe siècle, un gisant médiéval décapité, un autel et son rétable à colonnes daté de 1660. On y trouve également des fonts baptismaux primitifs du XIIIe siècle; une Vierge à l'Enfant et une Education de la Vierge (Sainte Anne enseignant à Marie) des XVe-XVIe siècles. Enfin, une copie de la statue de saint Michel. L'église Saint-Pierre, qui est encore entourée de son cimetière, est inscrite depuis 1909 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.


Des remparts classés monuments historiques

upload_2018-4-17_19-16-47.jpeg
montstmichelremparts1.jpg


upload_2018-4-17_19-18-34.jpeg


En dehors du patrimoine religieux, la ville actuelle du est l'une des rares villes françaises à avoir conservé l'ensemble de ses fortifications médiévales datant
Mont-Saint-Michel des XIIIe et XVe siècles. La muraille se compose de courtines flanquée de tours semi-circulaires et d'une tour bastionnée, elle est classée aux monuments historiques.

Le chemin de ronde et les parapets sont du XVe siècle ainsi que divers ouvrages de défense comme la porte du Roi, ou le Corps de garde des Bourgeois (XVIe siècle).


L'enceinte des Fanils, qui continue les murs du Monteux, de Cantilly et de la Pillette, date du XVIe siècle, avec la tour Gabriel, qui porte en son chef un moulin à vent.

Des touristes par millions

mont-parking.jpg


Les cars et les voitures sont pour quelques années encore garés au pied du Mont Saint Michel. Les touristes ou les pèlerins en descendent, et se répandent dans les rues, émerveillés. La cité du Mont-Saint-Michel se doit de les accueillir avec tout le confort possible.

Magasins de souvenirs, magasins d'alimentation... pour répondre à vos besoins. L'accueil des touristes est un des points forts du Mont-Saint-Michel qui sait organiser au mieux les visites de ces millions de personnes venues de toutes les régions du monde.

La foule est énorme, souvent, mais on parvient pourtant à profiter des richesses du lieux en prenant son temps dans le dédale des ruelles.

Et puis, rassurez vous, plus vous montez haut sur le Rocher, moins vous croisez de monde : un tiers seulement des visiteurs monte jusqu'à l'abbaye !

A l’entrée du village, dans l’ancien Corps de Garde des Bourgeois, vous trouverez l'Office du Tourisme, et donc tous les renseignements nécessaires à votre visite du Mont Saint Michel

Alors, courage !

 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

Histoires et légendes Mont-Saint-Michel

La légende de la forêt de Scissy

mont-st_michel.jpg


Au temps des Gaulois, le Mont-Saint-Michel de même que le rocher de Tombelaine voisin s'élevaient, prétend la légende, "au milieu de la forêt de Saint-Pair-sur-Mer, car à cette époque, le rivage englobait Chausey, à plus de 48 kilomètres de distance". D'après cette légende, le niveau du sol environnant se serait progressivement affaissé, engloutissant la forêt de Scissy à partir du IIIe siècle. Selon un manuscrit du XVe siècle, la marée d'équinoxe de 709, particulièrement violente, aurait porté le coup de grâce à la forêt. Les études scientifiques menées par le Centre de Recherche Archéologique d'Aleth et le Centre de Documentation des Historiens Locaux de Gévezé ont aujourd'hui démontré que l'existence de la forêt de Scissy relève du mythe.

Le Loup et l'âne

Avant même de devenir le Mont Saint Michel, le Mont Tombe accueillait des moines qui vivaient là en ermites. Ces moines étaient nourris grâce à la générosité d'un prêtre d'un village proche qui leur envoyait son âne, chargé de provisions.

Mais un jour que l'âne accomplissait sa tâche, il fut surpris par un loup qui l'attaqua, et le tua.

Au bout de quelques temps, les moines allaient périr de faim et s'en remirent à Dieu qui leur envoya, pour toute réponse à leurs prières, le loup. Les moines comprirent alors ce qui s'était passé et ordonnèrent au loup de remplacer le pauvre âne.

C'est ainsi que le loup termina sa vie, portant aux moines leurs provisions, et choyé par tous les habitants de la baie.

Saint-Michel et le Diable

saint-michel.jpg


Satan venait de terminer la construction du Mont et, sûr d'avoir accompli là une oeuvre inégalable, il mit au défi Saint Michel de parvenir à construire une oeuvre aussi spectaculaire. L'Archange se rendit alors au Mont Dol et, en une seule nuit, il bâti un immense palais de cristal, pur et magnifique.

Le Diable furieux voulut alors détruire le Mont, mais l'archange Saint-Michel lui proposa d'échanger leurs oeuvres, et le Diable s'empressa d'accepter. Mais il comprit rapidement comment l'Archange venait de le berner.

Les remparts du palais n'étaient pas d'un pur cristal, mais tout bonnement de glace, une glace qui fondait au fur et à mesure de la montée du soleil dans le ciel...

Le Diable tenta alors de tuer l'Archange et, souvenir de leur bataille, les griffes du Diable restent à jamais inscrites dans le Mont Dol. Saint-Michel parvint à remporter la victoire, il projeta le Démon au bas du Mont Dol et ouvrit d'un coup d'épée une faille dans laquelle il fut aussitôt englouti.


L'Archange et l'Evêque

crane-aubert.jpg


Dans la nuit du 16 octobre 708, l'évêque Aubert d'Avranches est visité par l'archange Saint-Michel qui lui ordonne d'édifier un oratoire au sommet du Mont Tombe. Au matin, cependant, l'évêque doute de la réalité de cette visite, et n'obéit pas...

L'archange Saint Michel viendra par trois fois visiter Aubert. Mais l''évêque, toujours en proie au doute, lui demandera à la fin une preuve de son apparition. Pour toute réponse, l'Archange posera son doigt sur le crâne de Saint Aubert.


A son réveil, l'évêque constatera qu'à l'endroit où l'Archange l'a touché, son crâne a un trou... Il le conservera toute sa vie.

Depuis cette date, l'archange Saint Michel est considéré comme le saint tutélaire de la Normandie. Quant à l'église Saint Gervais d’Avranches, elle conserve la relique du crâne de Saint Aubert, avec son trou là où le doigt de Saint Michel l’avait touché.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser12488

La Fête Des Normands au Mont Saint Michel !

affiche_268989-thumb53700-1501685224.png


La Fête Des Normands arrive au Mont Saint Michel ! Plusieurs animations, un jeu d’enquête grandeur nature sont prévus à travers tout le Mont… Plus de 20 personnages à découvrir, des énigmes, des indices, élucidez les Mystères du Mont Saint Michel… Ambiance médiévale et délicieusement normande…

Pour la 5e édition de la Fête Des Normands, l‘Office du Tourisme Mont-Saint-Michel Normandie vous propose de venir participer à un grand « jeu d’évasion » (escape game) grandeur nature sur le thème de la Guerre de Cent Ans. Organisé par Le Camp du Dragon et Gnome Prod, ce jeu d’enquête grandeur nature vous ramènera dans le passé, nous rappelant avec brio que le Mont Saint Michel a été un enjeu majeur à cette époque, alors que toute la Normandie était occupée par les Anglais. Toute ?…


« Entre amis ou en famille, vous serez plongés dans un scénario sur mesure où vous devrez mettre à l’épreuve votre perspicacité de détective : retrouver les indices, les analyser et les mettre en relation pour avancer dans l’enquête. Au Mont, de nombreux lieux seront animés par des comédiens d’époque »

Alors ? Saurez-vous déjouer les embûches et résoudre les énigmes qui vous seront proposées, au fil du parcours, par des personnages sortis tout droit du Moyen-âge ?

Voilà bien une occasion exceptionnelle de venir (re)découvrir la Normandie et son Histoire, tout en s’amusant, au cœur d’un lieu mythique qui fait rêver la France et la planète entière.


pour vous donner un avant goût ...


Alors : bonne Saint Michel à toutes et à tous !

Ainsi se termine ce nouveau voyage !!!
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut