• Ecrits et graph - Aide

    Cette section vous permet de consulter les galeries des joueurs, qu'il s'agisse de leurs écrits ou de leurs créations graphiques. Merci de rester courtois et constructifs dans vos échanges !

    Modérateurs de la section :

Pauvre garçon ! ♫

  • Auteur de la discussion Membre supprimé 12596
  • Date de début

DeletedUser12058

Si t'aime tant que ça les poèmes Robin:),
viens donc lire les miens ici:

https://fr.forum.elvenar.com/index.php?threads/les-poèmes-et-romans-de-snotra-antares.13913/
bye,
A plus !
Snotra Antares :kp:
Ah ça alors l'art d'attirer à soi les lecteurs, si c'est pas du placement de produit :D c'est bien imité.

Je travaille sur un récit assez imposant et je recherche des personnes pouvant corriger les fautes mais aussi être disponible pour donner un avis sur les morceaux que je donnerai avant de pouvoir publier ici quelque chose de bien mise en forme.
Se déroule de nos jours, exposera la vie d'un jeune garçon des plus malheureux qui partira vers un monde fantastique, qui va changer beaucoup à sa vie si ce n'est plus ...
(Fantastique ne rime pas avec joyeux :rolleyes:)

Très pratique et surtout très simple d'utilisation : https://www.scribens.fr/
En tout cas de très beaux textes, je reviendrai dans le coin.
 

Membre supprimé 12596

Merci pour vos soutiens ;) Mais un correcteur d'orthographe en ligne ne corrigera pas l'ensemble des fautes ;)

Hâte de vous dévoiler mon prochain poème.
 

DeletedUser12058

Merci pour vos soutiens ;) Mais un correcteur d'orthographe en ligne ne corrigera pas l'ensemble des fautes ;)
C'est que t'es pas aller voir car la grammaire aussi ainsi que la conjugaison.
Fait donc un essai avec un texte où tu fais exprès des fautes de grammaire, conjugaison et d’orthographe.
 

Membre supprimé 12596

Mon seul problème

J'entends ta colère
Je la vois, je la ressens


Comme si la mienne
S'ajoute à la tienne

Que tu gémisses ne me fait,
Ni chaud, ni froid ...
Je te connais bien
Avec les années, j'ai su
Mais je n'ai point pu
Empêcher les jours malheureux

Des poignards qui ne ressortent
Jamais sans peine !
Qui jamais ne se ressemblent

Car demain est un jour nouveau
Mais Hier, est un jour ancien !
Qui vieillit au fond de la cour

C'est depuis cette cour, que nous avons
Lancer nos dès !
Il y a bien des années.
Sans savoir ou mène ...
Les chiffres, chemins infinis

Ce chemin qui fait brèche
Dont les nuages garderont souvenir

J'entends ta colère
Je la comprends, je la ressens

Mais je n'ai rien pu faire, de plus !
Que te regarder souffrir en silence ...
Mais, les dès avaient fait leur choix ...
Seul, je ne peux les défier

Si tu savais, comme tu me manques
J'aurai aimé piocher tes cartes
Pour me laisser un semblant d'humanité.

Nous nous reverrons en l'au delà !
 
Dernière édition par un modérateur:

Membre supprimé 12596

J'aurai aimé poursuivre.
L'instant en fuite, dévoiler.
J'aurai aimé baisser les armes.
Laisser les larmes couler.

Pour en finir avec la poésie.
D'hier, d'aujourd'hui, d'une joie.
Vers un chemin de courtoisie.
Qui me laissera sans voix.

Pour suivre mes fantômes.
Qui me suivent malgré tout.
Dans l'ombre d'un homme.
Qui se cherche à bout.

Un souffle venteux.
Qui ne laisse présager.
Ni plus, qu'un Adieu.

Je m'envolerai avec l'instant en fuite.
Jouer avec mon âme.
Qui affrontera le blâme ...

Laisse moi grandir, maman !
Dévorer l'instant en fuite.
Sans en laisser une couture.
Par les vents matures.

Seul face à mon destin.
J'écrirai ton récit, tes aventures.
Pendant que j'écrirai mon histoire.
Face à l'horloge ...
Nourrir les oiseaux de l'espoir.

Assis sur un banc à danser avec toi.
Sans même devoir.
Écraser les notes d'une fois.
D'un passage de grimoire.

Vous partirez tous sans moi.
Me laissant face à mes esprits.
Je m'en souviendrai.
Pendant, que l'instant en fuite.
Vers de nouveaux horizons.

Partira à l'abordage d'une autre âme déchu.
Je me planterai un sabre pour m'en séparer.
Si j'avais encore l'espoir de mon côté.
Alors laisse moi, me salir contre soie.

Pour ce cacher derrière des traits inconnus.
D'un espace en fuite ...
Avant qu'il m'attrape et m'ensorcelle.
 
Dernière édition par un modérateur:

Membre supprimé 12596

Je me permets un petit up, sachant que je recherche des personnes motivées pour la relecture d'un texte : Avis / Correction Orthographe ;)

Merci d'avance
 

Membre supprimé 12596

Laissant ma mère
Au pied de l'espoir
Je prends la mer
Alors, laissons les pleures
A ceux qui les sèmes

J'aurai écrit des histoires
Que sans le vouloir
Vous oublierez, encore et encore
Le portrait qui sur nos corps
Prendra racine...

Ce moment, intime
Où tout va aller mieux
On se regarde ennuyeux
Avant que l'un jette les bras
Jette ce qui croise son chemin

Hisse les voiles !
Nous partons pour ne pas revenir.

Nous tournerons en rond
Pendant que vous...
En l'espace du temps et du lieux
Quelque chose qui nous rend fou
Qui nous fait chanter

Que vif soit le corbeau
Qui fait le beau
Au milieu de la foule
Navire qui coule
Navire qui tourne en rond !

Il finit toujours par sombrer
Se noyer au milieu, apeuré
Il finira en panade dans cet ensemble.
De choses, de vies ou d'espoirs
Tout ce joue dans le noir.

Qui assombrit les espérances
Tout en laissant en apparence
Une larme que l'on a semé plutôt.
 
Dernière édition par un modérateur:

Membre supprimé 12596

Boire à la bouteille, ce qui me reste d'espoir.
En somme une goutte mortelle
Qui te mènera au bout du chemin
Si je reste debout en vain, devant toi.
C'est pour écouter tes histoires

Pour mêler le fantastique, le réel
La frontière se fait très loin
Je ne vois même pas la différence
Je bois ce qui me reste d'espoir

Avant que tu m'emportes à ton tour
Dans ton paradis secret
Que je vois s'approcher discrètement
Comme lumière à la fin d'une épopée
Sans faille, ni même sens

Quand tu débarques !
Je laisse tomber les litres
J'accepte de vieillir, insouciant je t'écoute
Avec tes histoires mélancoliques.

Tu me rappelles ma jeunesse
Moi aussi, je voulais changer le monde
Mais il n'en est rien qu'un peu de poussière.

Certains te diront que c'est mieux que rien
Qu'il n'y a pas à s'en faire
Que tout va pour le mieux.

Moi je reprends ma bouteille !
Je te regarde qui m'observe
Comme un malade ayant pour seul ami
Sa solitude, qui se résume en des flots
Qui s'écoule au sein de ce qui lui reste.

J'aurai aimé écrire un putain de bouquin
Pour qu'on se souvienne de celui que je fus.
Avant de me laisser dévorer
Par tout ce qui me tombe sous la main.

Jeunesse judicieuse
Jeunesse anxieuse.

Je ne veux pas mourir
Ni même vieux encore.
Je veux écouter tes histoires
C'est ce qui m’apaise.

Je bois à la bouteille ce qui me reste d'espoir
Si je me lève, c'est pour ne pas tomber plus bas.
Je ne veux qu'écouter des histoires
Avant que la mort ne nous emporte.
Il n'y aura pas justice simplement un meurtre.
 

Membre supprimé 12596

Je me permets de up, j'ai mis à jour le premier post du sujet et y est ajouter le début d'un récit qui se nomme "Procès de l'Océan", qui est à ce jour en pause ainsi qu'une mise en bouche à mon nouveau projet d'écriture qui porte le nom "Instauration D21" . Celui-ci va avancer très rapidement dans les jours, semaines à venir et j'ai ainsi besoin de volontaire pour corriger les fôtes ainsi que donner des avis constructifs sur la chose en elle-même.

Merci de m'avoir lu ;)
 

Membre supprimé 12596

Se découvrir
Prendre l’air
D’un souffle venteux
Se laisser emporter


Il l’emportera mais toi tu le sais
Il n'emportera point son vêtement
Sa seule couverture...


Mais si il le voulait, je l'emmènerai
Se promener au milieu des gens
Pour une danse qui ne laisse pas indifférente.

Suivant les courants du vent
Pencher d’un côté ou de l’autre.
Entre un bien et un mal
Se regarder profondément et longuement


Comme si l’air courait autour de nous.
Pour nous étouffer de sa hargne.
Nous nous envolerons après une danse.
Dont le monde se souviendra bien heureux


Ils ne voulaient pas nous laisser partir
Pourtant, il le fallait, nous devions.


Couche toi sans rien dire
Mettant un terme à ton existence
Pourtant, tu ne voulais qu’un toit
Une lumière, une dernière espérance.


Je ne me retournerai pas quand tu partiras
Bien qu’il me restera ce goût amère.
Nous chanterons cette mélodie
Pour un monde un peu meilleur que celui d’hier

,Que tous ceux qui n'ont qui n’ont pas peur des mots qui font pleurer.
Se détache à l’horizon.


Qu'on avance sourire aux lèvres
En se souvenant de nos heures sombres.
En pensant toujours à ceux…


Qu'il emportera, je n’y pourrai rien...
 

Membre supprimé 12596

La Raison

Chapitre I (partie 1) :
Grinch Grinch, murmura t'il voyant son espoir, sa lumière, sa voie disparaître. Le voici seul contre tout le monde, le regard perdu dans un monde sombre, il était en effet déjà plus de minuit. La main qui dominait sur un vieux grimoire tout poussiéreux , il comptait la bonne époque ainsi que de nombreux très bons souvenirs qui ont rendu le temps fluide et l'univers mouvant. Vous savez, c'est le genre de choses qui nous font tomber encore plus bas que la colline sur laquelle on se berce depuis des années sans chemin. Alors, à ce moment même la bougie s'éteignit et je lâcha les armes que j'avais à ce jour conserver en tant que protecteur de mon esprit et de mon âme déroutante. Je m'étais réfugié dans un coin de la veille bibliothèque que l'on a abandonné, j'y avait griffonné sur les murs, mes pensées, des calculs ou bien même des phrases émouvantes venant de mes lectures les plus passionnantes. J'ai des croyances, dont certaines qui m'impose de croire que la mort m'observe et me torture, en attendant que je trèbuche encore plus bas, toute souriante elle m'attendra avec son air amical. J'avais beau lâcher mes larmes, j'écrivait des listes de rimes. Je criais pour défier mon destin "Je t'attends !", mais ma seule réponse fut le souffle du vent. Peut-être que la raison ne m'avait pas encore quitté ? Il n'y a d'amures plus robuste permettant de résister à toutes formes de magies et de natures.

J'étais seul et dans l'abus, j'attendais mais je ne sais point ce qui me faisait attendre... Mais pour la première fois depuis bien 10 années, j'entendis une seconde créature humaine qui avait l'air totalement perdu. Je ne sus pas directement comment réagir, prendre la fuite, prendre la rencontre. Il aurait fallu que je communique, mon choix fut vite fait, je me mis à courir. La lueur du soleil sur mon front me fit une impression de redécouverte et bientôt sera la cause de mon essoufflement. Je ne lâchais rien, avec mes grosses joues gonflées et rouges. J'avais l'air de sortir de nul part, au milieu de tant d'infrastructures. Je trouve rapidement une ruelle sombre pouvant me servir de couchage pour la nuit... Et dès lors, les souvenirs coulent en flot au dessus de ma tête, de mon enfance à la source de mes maux.

Je me souviens du tout début, de l'école, du son des pas en rang frappant le sol et de la voix résonante de l'instructeur aussi pertinent soit-il. Mais quand je me souviens de la cours de récréation, je me souviens surtout d'une pièce théâtre ou chacun joue un personnage dans le but de se trouver, de détruire l'ensemble de nos différences pour se joindre au groupe homogène dominant de ces principes au sein de la cour aux ordres d'un leader ayant su ce démarquer par sa personnalité envahissante..

 
Dernière édition par un modérateur:

Membre supprimé 12596

Père, mère
Vous vous souvenez de quand je vous ai dit que j'étais malheureux.
Quand j'y repense je me dis que je m'étais perdu.
Au fond, je ne suis ni aveugle, ni muet, ni sourd.
J'entendais que le son de mon petit monde.
Qui résonnait sur les tréfonds des temps .


Amertume du regret peut paraître violente et injuste
Mais malgré tout l'on en ressort grandi
Merci pour les milles joies
Merci pour les milles colères
Merci pour les milles tristesses
Quand je pense que la vie pourrait s'enlever à moi.
Chaque seconde qui passe, retenant nos émotions.
Me donnent envie de sombrer, dans cet océan de pénombre.
La tête dans les étoiles d'un jour étincelant
Folie meurtrière
Je me dis encore une fois, que le vie peut se perdre à chaque instant
L'on m'a dit de garder le cap !
Sans jeter un seul regard vers la nostalgie.
De tenir bon, de ne pas abandonner le gouvernail.
Les heures auraient voulu me voir sombrer.
La seule chose qu'elles ont vu, c'est un homme qui garde la tête hors de l'eau.

J'aurai pu me poser un instant pour observer le ciel.
Si seulement...
La chute m'était moins fatale.

Alors d'une signature en tandem.
Je me tiens loin des ouvertures à la haine.
Pour les secondes que ce portrait mélancolique n'a pas encore dévorer.

Terre en vue ! Fit-on sur le navire.
 

Membre supprimé 12596

Je recherche des gens qui ont quelques heures à offrir à me relire sur un nouveau projet. (correction, avis ect...)

Je ne le poste pas directement ici car il s'agit d'un gros projet qui prend assez de place. Merci d'avance.
 

Membre supprimé 12596

Laisser une unique chance
C'est comme perdre la danse
Croire en des histoires
Sorti d'une armoire à croire
Trouverons nous la solution
Pour venir à bout des interrogations

La volonté pourrait-elle surpasser
Les capacités d'un espoir s'envolant
Se poser les bonnes questions
Laisser le passé à ceux qui le sème
Nous finirons en poème ou bohème
Les pourfendeurs de mon âme.
Ils ne feront pas d'amalgames
Les regrets qui se mêlent à la raison
Ne sont rien de plus qu'une saison
Un temps qui glisse dans les larmes
Une rivière qui s'écoule tout en calme.

Nous mènerons peut-être la danse
En serons-nous heureux pour autant ?
Surmonter les bas murs
C'est ce qui fait quelqu'un

L'amène à penser que le monde n'est pas perdu
Qu'il est toujours possible d'en tirer leçon.

Je ne suis ni aveugle ni sourd !
J'avance à grands pas
Sans me soucier du reste
Bien qu'il me faille retourner ma veste.
 
Haut