• Ecrits et graph - Aide

    Cette section vous permet de consulter les galeries des joueurs, qu'il s'agisse de leurs écrits ou de leurs créations graphiques. Merci de rester courtois et constructifs dans vos échanges !

    Modérateurs de la section :

  • Cher joueur !

    Nous avons ouvert le recrutement pour faire partie de l'équipe Support/Foruum et/ou Event. Envie de te joindre à nous ? Consulte ce lien pour en savoir plus : ici !
    En cas de questions, n'hésite pas à nous contacter sur le support !

L'épopée fantastique

  • Auteur de la discussion DeletedUser1843
  • Date de début

DeletedUser1843

Bonjour tout le monde,

Parce que je me suis prise au jeu, parce que je me suis rendue compte que ça me faisait du bien, parce que ça permet de s'évader, je vous partage ici, l'histoire que je viens à peine de commencer, je me mets pas de pression, j'écris quand j'ai l'envie mais aussi et surtout le temps, donc il est possible qu'il y ai parfois 2 à 3 semaines de battements, vous verrez si ça vous inspire, si ça vous donne envie... L'idée, vous permettre de vous évadez, comme ça me le permet. :)

Introduction :

Salut,

Je me présente Jade, une jeune fille on ne peut plus banale de 19 ans. Je viens de finir mes études secondaires, avec une moyenne très médiocre. Pour faire plaisir à mes parents, je devrais entamer un cursus universitaire mais comment vous dire que je n’en ai aucunement envie !

Sinon que vous dire de plus… Je suis assez gauche, miss maladresse c’est moi ! Je suis aussi excessivement naïve, je ne suis pas Saint Thomas ça c’est sûr ! Je me pense bien souvent au pays des bisounours, tout le monde est beau et tout le monde est gentil…

De nature assez réservée, je n’ai que peu d’ami, en fait je n’en ai qu’un, les gens ont tendance à me trouver bizarre, je ne peux pas leur donner tort, c’est vrai je le suis mais je le vis bien même si dans ce monde on est très vite mis de côté lorsque l’on est différent.

Je crois beaucoup en la magie, j’adore tout ce qui s’y rapporte de près ou de loin, et jamais je ne vous regarderai d’une drôle de manière si vous arrivez en me parlant de feux follets, d’anges ou encore de fées, au contraire vous allez m’intéresser au plus haut point, au grand dam de mes parents qui voudraient me voir beaucoup plus réaliste et pas toujours la tête dans les nuages !

J’adore la nature et les animaux, je passe le plus clair de mon temps en forêt ou je rêve d’un monde meilleur entourée d’animaux plus fantastiques les uns que les autres…

Vous me cernez un peu mieux maintenant ? En sachant tout ça, vous comprenez que rester assise 8h par jour pendant encore minimum 4 ans à l’université, ce n’est tout bonnement pas envisageable !

Encore une petite chose, je vous montre ma bouille, au gré de l’histoire j’agrémenterai d’images pour rendre le texte plus vivant.

upload_2018-4-11_6-37-5.png

Je vais vous compter ici, mon histoire, elle n’est pas banale elle ! Ca je peux vous le dire ! Donc installez-vous confortablement, ça commence bientôt !
 

DeletedUser1843

Nous sommes lundi matin, un lundi matin comme tant d’autres, où le regard perdu à travers la fenêtre je regarde tomber la pluie avec cette lancinante impression de n’être à ma place nulle part...

Il me faut me préparer, ma mère tiens absolument à me présenter à son ami qui se trouve être le doyen de l’école ou mes deux parents ont fait leurs études, la très prestigieuse Université Oxfard…

Maman a bien insisté sur le choix des vêtements il faut être classe… je crois que ce n’est pas le moment de sortir mes chaussettes arc-en-ciel ni même mon sac à main licorne, elle me tuerait d’un simple regard avant que je n’aie fait un pas vers la porte d’entrée… dommage il est mignon ce sac avec toutes ces paillettes… Je me résous à enfiler ce tailleur jupe gris strict qu’elle a tenu à m’acheter, voyons le bon côté des choses, il est raccord avec le temps qu’il fait dehors… là c’est sûr, je ne vais pas dénoter !

Je descends… ma mère fait les cent pas dans le couloir :

- Il t’a fallu une heure pour te préparer et tes cheveux ne sont même pas faits ! Mais qu’à tu fais pendant tout ce temps ! Faut-il te rappeler que tu as 19 ans et que la tresse sur le côté, ça fait petite fille, bon sang viens donc ici !

Avec force elle me tira par le bras, me forçant à m’asseoir devant la commode pour me lâcher les cheveux et leur donner une allure plus féminine… Et après ça elle me dira encore que je ne suis plus une petite fille… oups j’ai levé les yeux au ciel, elle déteste quand je fais ça !

- Tu auras des rides avant l’âge, à force de toujours faire cela, je te l’ai déjà dit !

- Oh bein si ça peut me permettre de sauter la case université je vais surtout le faire de plus belle !

Le regard noir de ma mère dans le miroir, m’interrompis tout net. Ce n’était pas vraiment le bon moment pour se prendre la tête avec elle…

Le trajet fut d’une lenteur déprimante, je comptais le nombre de fois que le balai d’essuie-glace fonctionnait au rythme de cette pluie battante, en espérant que la voiture tombe en panne. Ce qu’elle ne fit évidemment pas…

Nous arrivâmes devant une grande bâtisse au moment où la pluie cessait et qu’un mince rayon de soleil faisait son apparition. La propriété était entourée d’un tas de verdure, j’avais une furieuse envie d’aller m’y perdre plutôt que de rentrer dans cette habitation prendre le thé.

Je suivis de mauvaise grâce ma mère. A l’entrée, le majordome vint nous ouvrir et nous conduisit dans un petit salon ou il nous fit patienter, monsieur Hendrik allait arriver d’ici quelques minutes le temps de finir de régler une affaire urgente.

J’alpaguai le majordome avant qu’il ne quitte la pièce, prétextant un besoin urgent, je sentis sur moi le regard courroucé de ma mère. Je le suivis la plantant dans la pièce.

Dès qu’il fut hors de portée, je ressortis de cette demeure, comme attirée, tel un aimant, vers l’environnement extérieur.

La luxuriance de la végétation me laissa sans voix, les parterres de fleurs étaient tous plus jolis les uns que les autres, le tout dans des tons harmonieux. Mon regard fut soudainement attiré par une pâle lueur bleutée à l’orée d’un chemin. Je pensais l’avoir rêvé tellement c’était subtil, mais non c’était bien là… Ma curiosité m’incita à m’avancer plus avant dans ce somptueux jardin… même si cet endroit était plus désordonné que le reste de la propriété.

En m’approchant, j’entendis une voix :

- Approche n’aie pas peur, viens me voir…

Je me retournai en tous sens pour voir si il y avait quelqu’un dans le jardin, mais je ne vis personne. Mon dieu voilà que j’entendais des voix maintenant !

- Il y a quelqu’un ?


- Approche toi, ne crains rien, viens… suis la lumière…


Suivre la lumière ? Ce n’est pas un reflet ? Il y a bien un éclat lumineux ! Qui parle qui plus est ?!?

Ouh lààààààà ça va mal ! Vite je crois qu’il vaut mieux que je fasse demi-tour et que je retourne à l’intérieur, je ne devrais pas être là…

En poussant la porte du petit salon en trombe, je m’arrêtai net au milieu de la pièce, ma mère me fusilla du regard, monsieur Hendrik s’arrêta au beau milieu d’une phrase… Merde, il était arrivé…

- Bonjour mademoiselle, avez-vous apprécié votre promenade dans notre jardin ?

Oups et en plus il m’a vue fureter !

- Euuuuh….Oui il est magnifique, j’adore les espaces extérieurs, je m’y sens bien plus à l’aise qu’enfermée à l’intérieur.

Ma mère fut sur le point de s’étrangler, j’allais sûrement passer un mauvais quart d’heure sur le chemin du retour, il fallait que j’essaie de rattraper la situation.

- Il y a plein d’endroits à découvrir, n’hésitez pas à y revenir quand vous le souhaitez, il est inutile de venir vous présenter au majordome, le jardin est ouvert à toute personne souhaitant s’y ressourcer, se promener ou pour toute autre raison.

Après avoir sorti sa tirade, il me fit un clin d’œil. Mon esprit ne fit qu’un tour, est-ce que ça avait à voir avec la lumière bleue !

- D’accord, c’est très gentil merci monsieur Hendrik. Y a-t-il un parc autour d’Oxfard ?

Ma mère choisit ce moment pour se manifester :

- Merci de ta très gentille proposition Charles, mais Jade ne va pas venir t’importuné ainsi de la sorte…

- Mais pourquoi ? J’adooore les jardins et si monsieur Hendrik me l’a proposé c’est que ça ne le dérange pas !

Bim nouvelles œillades meurtrières.

- Ne t’en fais pas Grâce, cela ne me gêne nullement, comme je l’ai dit, elle n’est pas la seule à qui je donne cette autorisation, rares sont les jeunes qui aiment encore la nature et savent en profiter, ce serait une erreur de l’en empêcher. Et pour te répondre jeune fille, non, Oxfard est une université très réputée pour son sérieux et son cadre très strict, c’est pourquoi je te conseille de profiter des vacances pour venir te ressourcer en ces lieux, car après cela sera très compliqué, tu verras plus les murs de la bibliothèque que le bleu du ciel…

Je l’aimais bien ce Charles, lui au moins il connaissait les vraies valeurs ! Mais alors son université comment dire, qu’il ne la vendait pas du tout, j’avais juste envie de prendre mes jambes à mon cou !

Après avoir pris congé, nous prîmes le chemin du retour, ma mère était sans surprise passablement énervée, et n’avait aucunement l’idée ni l’envie d’être clémente avec moi, tout le trajet fut ponctué de piques plus méchantes les unes que les autres sur mon savoir vivre et la bienséance, je lui faisais honte et bien évidemment il était tout à fait exclu que j’envisage ne fusse qu’une seule seconde de retourner dans ce jardin et d’aller déranger monsieur Hendrik.

A peine étions nous arrivées à la maison, que je sortis de la voiture sans demander mon reste et allai m’enfermer dans ma chambre, non sans prendre soin de claquer toutes les portes au passage…

Une fois seule, je commençai par pleurer toutes les larmes de mon corps, en voulant à ma mère comme ce n’était pas permis. Comment pouvait-on être aussi méchant avec son propre enfant ! Je me jurai que jamais je ne ferais subir cela à mon fils ou ma fille !

Elle avait réussi une chose en tout cas, le mince espoir que je rejoigne cette école, venait d’être définitivement anéanti ! Jamais je n’y mettrais les pieds !

Par contre dès demain, j’irais de nouveau dans ces jardins, il fallait que j’aie le cœur net sur cette voix, j’étais sûre et certaine de ne pas l’avoir rêvée, elle était réelle et même si j’avais eu peur tout à l’heure, il faudrait bien que j’éclaircisse ce mystère et je comptais bien y arriver !
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser1843

Je me suis réveillée aux aurores, j’avais mal dormi, le comportement de ma mère, m’avait profondément touchée et blessée. On aurait dit que l’apparence et le paraitre était plus important que sa fille. Et ça me désolait vraiment. Cette impression de lui faire honte et de ne pas pouvoir être moi-même m’avait tourmentée toute la nuit.


Je ne voulais pas être ce que je n’étais pas, je ne voulais pas changer pour entrer dans un moule… J’étais comme j’étais que ça plaise ou non et même si ça donnait envie à ma mère de me renier, et bien qu’elle le fasse !


Je me suis préparée en vitesse, je ne voulais pas tomber sur elle… du coup j’ai enfilé les premiers trucs qui me sont tombés sous la main : un jean’s troué au genou, un t-shirt sur lequel était inscrit : « Keep cool and be a unicorn », mes chaussettes fétiches multicolores et mon petit sac à paillettes. Une paire de baskets dépareillées une jaune et une rouge ! J’étais kitch à souhait et j’adorais ça !


Je suis descendue, scrutant le moindre bruit pour pouvoir me sauver au cas où…, j’avalai un petit déjeuner frugal, avant d’attraper mon vélo et de me diriger vers ces magnifiques jardins.

Embarquée sur ma bicyclette, je profitais du temps clément, j’allais passer une merveilleuse journée à jouer les apprentis Sherlock Holmes ! L’objectif du jour, découvrir ce qu’était cette voix et cette lumière bleue.

Arrivée aux abords de la propriété de monsieur Hendrik, je posai mon vélo et j’essayai tant bien que mal de le mettre dans un buisson à l’abri des regards, ma mère serait encore capable de venir voir si je ne suis pas dans les parages…

Le propriétaire était justement devant chez lui.

- Ah, je suis heureux de vous revoir Jade, par contre vous allez abîmer ce joli berbéris avec votre bicyclette. Dois-je en déduire que Grâce ne sait pas que vous êtes ici ? Ne vous évertuez pas à la mettre là, venez la mettre au garage, et laissez donc ce buisson en paix, il n’a rien demandé...

- Je suis désolée pour le buisson, ma mère ne voulait pas que je revienne, j’ai fait le choix de ne pas l’écouter mais je sais que si elle me trouve ici, ça ne va pas bien se passer…

- Vous êtes majeure non ? Il faut savoir voler de ses propres ailes et faire front et oser affirmer ses opinions. Avez-vous l’impression de faire quelque chose de mal en venant ici ?

- Non puisque vous m’avez donné la permission…

- Alors pourquoi vous cacher ? Que pourrait faire votre mère pour que vous ayez aussi peur d’être vue ici ?

- Visiblement je fais honte à ma mère, elle pourrait donc envisager de me renier et à l’heure actuelle on ne peut pas dire que j’aie vraiment les moyens de faire autrement…

Mais qu’est-ce que j’étais en train de faire, je dénigrais ma mère devant son ami !

Enfin je veux dire, elle est très dure avec moi, j’imagine que c’est pour mon bien, mais bon je ne suis pas vraiment d’accord avec tout ça… Ce ne sont que des jardins, je ne vais pas me droguer au coin d’une rue…

- Grâce n’a jamais compris la beauté de la nature, et ce aussi jeune fut-elle, elle préférait les fêtes et les sorties entre amis… Elle espère sans doute que tu suives la même voie, une voie pleine de soirée mondaine, entourée de tas de gens… la popularité et tout ce qui va avec…

Ma porte te sera toujours ouverte jeune fille, il faut que je te laisse, j’ai encore beaucoup de choses à gérer, mets ton vélo dans le garage et profite de ce lieu.

Sur ces mots il tourna les talons, et reparti en direction de la maison.

J’étais tranquillement entrain de ranger ma bicylcette quand le majordome de monsieur Hendrik se présenta à mes côtés :

- Monsieur Hendrik, m’a demandé de vous donner ceci.

Je me tournai vers lui, il tenait dans ses mains une sorte de pique-nique improvisé…

- C’est très gentil monsieur… humm je ne pense pas avoir eu votre nom…, merci beaucoup, mais j’ai prévu ce qu’il faut, je ne veux pas vous déranger, il ne fallait pas vous donner cette peine…

- Vous pouvez m’appeler Henri. J’ai également une lettre à vous remettre, la voici.

Il me la tendit ainsi que le panier et repartit vaquer à ses occupations…

Je regardais la lettre avec circonspection, je venais de le voir, pourquoi me faisait-il parvenir un courrier ?

Je me suis installée sur une caisse en bois qui était là et ouvrit l’enveloppe, elle contenait un très joli parchemin (ça existe encore ça !?!) sur lequel monsieur Hendrik avait écrit ces mots :

lettre charles.jpg

Mon intuition ? Ma voie ? Mais de quoi est-ce qu’il parle ? Ca ne peut pas avoir un rapport avec la lumière bleue tout de même ! Quelle jolie écriture en tout cas ! Voilà je venais chercher des réponses, et je me retrouvais avec encore plus de questions…
 

DeletedUser1843

Je mis le parchemin dans le sac à dos que j’avais pris avec moi, ainsi que la collation apportée par Henri. Je me levai et me dirigeai vers le lac que j’avais entraperçu hier, il trônait majestueux au beau milieu du jardin.

Il y avait des haies de roses de chaque côté, de jolis bancs de part et d’autre, je m’installai sur l’un d’eux, le soleil me chauffait les épaules, j’étais bien… Je devais dénoter dans cet environnement si romantique avec ma tenue multicolore, mais je m’en fichais, j’écoutais les petits oiseaux gazouiller, et je m’imprégnais de l’odeur des fleurs qui flottait dans l’air. Deux cygnes se prélassaient sur l’eau, je les y aurais bien rejoints.

Je rêvassais sur le banc quand tout à coup, mon regard fut de nouveau attiré par un reflet bleu/mauve… Localisé au même endroit. Je n’avais pas osé y aller directement j’avais choisi de me délecter du jardin avant.

Quelque chose me disait que je n’avais rien à craindre de cette lumière, je le sentais au plus profond de moi, j’en étais même convaincue… comment vous expliquer, je la ressentais comme bienveillante, et les mots de Charles me revenaient en tête sans cesse, suis ton instinct…

Je me levai et parti en direction de la source lumineuse, je n’avais plus peur, il faut dire qu’hier, j’avais ma mère qui était là et j’avais été largement rassurée par monsieur Hendrik, sa lettre de tout à l’heure était suffisamment parlante…

J’étais maintenant sûre qu’il savait ce qui se tramait dans ce jardin, ça ne faisait aucun doute, par contre il avait pris soin de me faire parvenir une missive pour éviter que je ne puisse le bombarder de question… et que je me débrouille seule.

Je continuais d’avancer vers la lumière quand la voix se fit entendre de nouveau :

- Avance, n’aie pas peur, tu ne crains rien, viens approche…

J’avais même passé le moment de stupeur, je trouvais cela juste normal, j’étais maintenant nettement plus intriguée qu’effrayée.

Je suivis sur plusieurs mètres le rai bleu, je m’étais enfoncée très profondément dans ce qui ressemblait de plus en plus à une forêt qu’autre chose, l’entretien du jardin n’était clairement pas fait par ici, la nature avait repris ses droits, je trouvais cela magnifique malgré tout. L’ambiance était très apaisante, je suis arrivée près d’une petite rivière, je choisis de la longer, toujours guidée par la voix :

- Tu y es presque, bientôt tu vas me rencontrer, n’aie pas peur, tu as été choisie, ne crains rien…

Une personne censée aurait pris ses jambes à son cou, être choisie par une lumière bleue ? Faudrait être dingue pour croire à cela ! Mais moi, je me dirigeais on ne peut plus sereine vers la source de plus en plus lumineuse.

Je m’arrêtai net ! Je venais d’arriver à la source de la rivière, c’était très étrange, elle se trouvait dans le creux d’un arbre, la lumière bleue était posée au centre.

lumière bleue.jpg

C’était juste splendide, digne d’un décor de cinéma ! Je ne croyais pas ce que je voyais, c’était tellement somptueux ! La voix reprit :

- Tu es arrivée à bon port, tu as suivi sans peur la lumière, laisses moi prendre ma forme humaine.

Forme humaine ? M’étais-je fourrée dans un guet-apens ? Allais-je me retrouver dans une secte, j’étais loin des jardins de monsieur Hendrik, j’aurais beau crier, personne ne m’entendrais, personne ne savait que j’étais dans cette partie de la propriété, y étais-je seulement encore…. Suivre mon instinct hein !

Je fus tirée de mes réflexions par la lumière intense qui se dégageait du creux de l’arbre, on aurait dit qu’elle allait exploser, la lumière en devint aveuglante, je me cachai les yeux c’était devenu insupportable…

Lorsque quelque chose me toucha l’épaule, j’enlevai mes mains et me redressai lentement, devant moi se tenait une magnifique jeune femme aux longs cheveux auburn, dans une élégante robe turquoise. J’eu un mouvement de recul… il n’y avait plus de lumière bleue… d’où sortait elle ?

elfe bédélia.jpg

- N’aie pas peur, je me présente, je suis Bédélia la grande déesse des elfes. Nous appelons vers nous les personnes que nous jugeons apte à nous rejoindre, tu as toutes les qualités requises pour : un instinct infaillible, un courage hors norme, une fidelité à toute épreuve et surtout un cœur en or.

- Des elfes ? Vous rejoindre ? Où ça ? Mais de quoi est-ce que vous parlez ? C'est une blague c'est ça ? Si c'est le cas, elle est de très mauvais goût !

- Nous donnons l’opportunité à certains humains de devenir des elfes et de venir vivre dans notre monde. Pourquoi ? Pour que notre race perdure, et parce qu’il y a des personnes ici, comme toi qui ne se sentent pas à leur place dans ce monde. Nous leur offrons la possibilité de recommencer ailleurs.

Monsieur Hendrik est un ami, il est totalement au courant de ce qui se passe dans ce sous-bois, il me prévient régulièrement quand des jeunes gens viennent demander à visiter ses jardins, la sensibilité envers la faune et la flore, est un des premiers signes pour devenir un elfe, nous avons en effet énormément de bienveillance envers les animaux et leurs habitats. Tu as cette bienveillance, je le sens en toi. Et non jeune fille, ce n'est pas une farce.

- Etes-vous en train de me dire, que vous me demandez de vous rejoindre dans votre monde ?

- Ecoute-moi jeune Jade, il te reste une étape à franchir avant, et il n’y a aucune obligation. Je vais te remettre un manuscrit scellé, tu ne pourras l’ouvrir qu’une fois chez toi, il contient une énigme, c’est un test, uniquement les gens ayant une logique elfique peuvent la résoudre, prends le temps qu’il te faut pour la solutionner, prends également le temps de repenser à tout ce que j’ai pu te dire ici… Si tu décryptes l’énigme et que tu te sens prête à vivre une grande aventure et je peux te dire que s’en sera une. Et bien reviens ici, mon amie Fëanturi sera là pour entendre ta réponse et te donner plus d’explication, si tu viens nous saurons que tu acceptes notre proposition… Si maintenant tu résous l’épreuve mais ne donne pas suite, nous aurons sans doute perdu une recrue de choix mais nous respecterons ta décision. Ton avenir est entre tes mains…

- Mais attendez, je ne peux pas poser des questions maintenant ? Ne pouvez-vous pas m’éclairer un peu ?

Le temps que je finisse ma phrase, la jolie elfe avait disparu dans un reflet bleu… J’étais seule au milieu de cette forêt, sans plus aucune lumière si ce n’est celle du soleil qui filtrait à travers les arbres… Je me suis endormie et j’ai rêvé… ça ne peut-être que ça… pourtant la rivière avec sa source dans un arbre était belle et bien là. Je me rendis compte que je tenais en main un manuscrit scellé… Tout cela était donc réel…

Je me mis en route et regagnai la beauté des jardins organisés de monsieur Hendrik, je n’y prêtais pas vraiment attention, mon esprit était totalement omnubilé par ce que je venais de vivre, c’était tellement insensé et en même temps excitant ! Je n’avais plus qu’une hâte maintenant rentrer chez moi, découvrir l’énigme et voir si réellement je pouvais envisager de devenir une elfe !
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser1843

J’étais arrivée près de mon vélo, lorsqu’Henri m’interpella :

- Mademoiselle Jade, veuillez m’excuser de vous importuner, auriez-vous l’amabilité de venir avec moi s’il vous plait ? Monsieur Hendrik aimerait vous voir.

Hummm il me croise ce matin, il me fait parvenir une missive et maintenant il veut me voir, non de non il n’arrive plus à se passer de moi ou quoi !?! Je n’avais pas fort envie d’aller le voir, tout en moi ne voulait qu’une seule et unique chose, ouvrir le manuscrit et découvrir cette énigme… Cependant je savais aussi que ça n’aurait pas été raisonnable de décliner l’invitation, c’est grâce à lui que j’avais ce document entre les mains.

Docilement, je suivis donc le majordome, il me conduisit dans une véranda, qui donnait sur le jardin, une partie dans laquelle je ne m’étais pas aventurée bien trop occupée par une lumière bleue… il y avait là en buis taillés un magnifique labyrinthe, l’entrée était face à la pièce, un jeune homme finissait d’y pénétrer. Les sculptures du buis représentaient différents personnages du livre « Alice au pays des merveilles ». Ca donnait envie d’y aller, ce jardin recelait tellement de trésors.

- Magnifique n’est-ce pas ? C’est probablement une de mes plus belles réussites de ce jardin.

Je ne l’avais pas entendu arriver

- Oui c’est une pure merveille, votre jardin recèle bien des mystères monsieur Hendrik, mais je ne vous apprends rien… Vous souhaitiez me voir ?

- Oui, je voulais assouvir ma curiosité… Avez-vous trouvé dame Bédélia ?

- Je l’ai trouvée en effet, elle m’a remis un document à résoudre.

- Ah oui je vois, ce fameux manuscrit… je n’ai jamais résolu cette énigme, un de mes plus grands regrets sur cette terre. Mais c’est ainsi ! J’espère que tu y parviendras, personne n’y est jamais arrivé dans cette ville, de mon vivant en tout cas. J’aimerais voir ça avant de quitter ce monde.

- Je l’espère aussi, plus tôt je rentre à la maison, plus tôt je peux m’y atteler. Je ne suis pas sûre d’être la bonne personne pour devenir une elfe mais bon puisque j’ai été choisie…

- Tu devrais croire en toi, tu as toutes les capacités pour, ne laisse pas tes doutes te faire penser le contraire…

Et tu as raison, je crois qu’il est temps pour toi, de rentrer maintenant.

- Je vous remercie monsieur Hendrik, pour tout. Même si je n’ai pas la réponse me permettrez-vous de continuer de m’évader dans vos jardins ?

- Bien entendu. Promet moi juste une chose…

- Laquelle ?

- Promet moi que si tu as la réponse, tu accepteras l’offre de Bédélia. C’est une occasion unique j’espère que tu en es consciente. Si tu la refuse, tu sais que ta mère te forcera à rejoindre Oxfard… C’est une excellente façon de changer ta voie. Penses-y et ne prends pas de décision hâtive.

- Je vais réfléchir monsieur Hendrik, mais je ne veux pas vous faire de promesse que je ne tiendrai peut-être pas. J’ai trop de choses en tête pour l’instant, que pour pouvoir vous donner une réponse honnête.

- Je le conçois tout à fait. Rentre chez toi et reposes toi jeune fille. A bientôt.

Je pris mon vélo et me mis en route, j’arrivai à la maison, pile au moment où ma mère rentrait.

- Tu tombes bien ! Viens donc m’aider à rentrer les courses !

- Bonjour maman, tu as passé une bonne journée ? Bah quoi on oublie les bonnes manières ?

- Oh ne commence pas, j’ai eu une mauvaise journée, aide moi à rentrer tout ça, c’est tout ce que je te demande !

Bon gré mal gré, je vidai la voiture et rangeai les emplettes de ma mère, je me réfugiai ensuite dans ma chambre pendant qu’elle allait travailler encore un peu.

Une fois seule, je sorti le contenu de mon sac à dos sur mon lit, le pique-nique d’Henri tombait à point nommé, j’avais faim. Je l’avalai en quatrième vitesse, il avait mis un morceau de tarte aux pommes que je mis de côté pour un peu plus tard. J’avais le manuscrit en main, il n’était plus scellé… j’avais un peu peur de le dérouler…

Allons, secoue toi un peu Jade, me dis-je.

Je n’allais quand même pas avoir peur d’un papier après tout ce que je venais de vivre quand même !

Je dépliai lentement le manuscrit, le papier était tellement fin que je craignais qu’il se désintègre…

Quelle ne fut pas ma surprise en découvrant l’énigme ! Elle était écrite en elfique !

énigme.jpg

Mon programme de demain était tout tracé, je le passerais en partie à la bibliothèque pour le traduire, inutile de préciser j'imagine que je ne parlais pas l'elfique...
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser1843

Je me couchai tôt ce soir là, et je rêvai de ce que pouvait être la vie d’une elfe. Le réveil fut douloureux, je me sentais tellement bien dans mon rêve, que j’eu beaucoup de mal à émerger…

La matinée était bien avancée, il était déjà 10h ! Dis donc j’avais fait le tour de l’horloge ! Je me préparai, et j’allai déjeuner, je profitais du calme de la maison, mon père et ma mère étant déjà parti au travail. Je me disais que j’aurais pu demander à monsieur Hendrik s’il n’avait pas la traduction du texte, mais quelque chose me disait que même si ça avait été le cas il ne me l’aurait pas donné, et qui plus est, j’avais envie d’y arriver par moi-même.

Arrivée à la bibliothèque, je demandai à la bibliothécaire, s’il y avait un dictionnaire d’elfique, elle me regarda comme si j’étais une extra-terrestre et me répondit que le rayon ésotérique se trouvait au bout à droite.

Je n’étais pas sûre du tout de trouver mon bonheur dans ce rayon mais bon il fallait bien commencer quelque part !

Je me dirigeai vers le rayon, il était plus fourni que je ne l’aurais pensé… il allait me falloir une semaine ne fusse que pour éplucher tous les titres qu’il y avait…

Bon, il fallait que je réfléchisse, ils étaient sûrement placés par thèmes, tout ne pouvait pas être mélangés… En y regardant de plus près, je remarquai de petits codes couleurs à certains endroits, cool me dis-je ! Il me reste à trouver à quoi se rapportaient-ils… Ou peut donc bien se trouver cette légende ! Je farfouillai partout dans le couloir sans rien trouver.

Je finis par me décider et retournai voir l’antipathique bibliothécaire, quand j’arrivai à sa hauteur, elle me regarda par-dessus ses lunettes double foyer :

- Hummmm, oui ?

- Je m’excuse de vous importuner. Dans la section ésotérisme, j’ai repéré des codes couleurs pouvez-vous me dire à quoi ils servent ? Je pensais que c’était pour catégoriser les livres, mais je ne trouve aucune légende donc ça ne doit pas être ça…

- Il s’agit bien d’une légende elle se trouve attendez que je réfléchisse…. Dans un des livres de la section

- QUOI ?!? mais enfin comment voulez-vous qu’on retrouve une légende dans tous ces livres, il y en a des centaines !

- Mais j’ai le nom du livre jeune fille que croyez-vous donc ?

- Auriez-vous l’amabilité de me dire lequel est-ce alors et ou je peux le trouver ?

- Ah oui je le peux, il s’agit du livre : « Comment devenir un elfe » de Bradley Showman, inscrit en elfique sur la page de gauche, si j’ai bonne souvenance, avec sa traduction sur la page de droite. Comme si ce genre de foutaise pouvait être possible… Il y a vraiment des gens crédules partout…

- Oh mais c’est formidable c’est exactement ce qu’il me faut ! Ou puis-je le trouver s’il vous plait ?

- Allez-vous donc arrêter de crier ? Ne vous ai-je pas dit que nous étions dans un lieu où le silence prime sur tout le reste ?

- Veuillez m’excuser, mon enthousiasme a dépassé ma pensée, donc ou puis-je trouver ce livre s’il vous plait ?

- Il est en prêt pour l’instant, il doit revenir dans 3 semaines.

- 3 semaines ! Mais ce n’est pas possible ! J’en ai besoin tout de suite !

- Et bien mademoiselle, je n’ai qu’un exemplaire de ces sornettes, il faudra donc revenir dans 3 semaines….

Sur ce elle se leva, me plantant au comptoir plus frustrée que jamais… Ce livre aurait été parfait, j’aurais pu rechercher les mots semblables afin de déduire l’énigme…

Je sortis de la bibliothèque dépitée, je rentrai à la maison, attrapai mon vélo et me rendit en direction du jardin de monsieur Hendrik, j’avais besoin de m’apaiser, j’étais très énervée avec cette histoire… Et nul autre endroit que ce jardin ne parviendrait à me calmer suffisamment…

A peine arrivée, je me rendis près du lac, cet endroit avait un effet tellement apaisant sur moi. Il y avait déjà quelqu’un, en m’approchant je pus constater qu’il s’agissait de Charles.

- Bien le bonjour Jade ! Je suis étonné de te voir ici, ne devrais-tu pas être en train de déchiffrer l’énigme ?

- Tout le problème est bien là monsieur Hendrik ! Je ne parle pas elfique et le seul livre intéressant de la bibliothèque est en prêt pour trois semaines…

- Je vois… et de quel livre s’agit-il ?

- Comment devenir un elfe de Bradley Snowman je crois version traduite.

- C’est Showman. Comment réagirais-tu si je te disais que j’en possède un exemplaire ?

- Je crois que je serais excessivement jalouse !

- Et que dirais-tu si je te proposais de te le prêter ?

- Oh ! Sérieusement ? Je crois que je ne saurais comment vous remercier !

- Viens avec moi, il est dans la bibliothèque, et il ne faut pas chercher à me remercier, si ça te permet de réussir là où j’ai échoué, ce sera mon plus grand cadeau.

Je le suivis à l’intérieur, il me fit entrer dans une pièce toute en boiserie, avec de jolies moulures, j’en eu le souffle coupé, moi qui n’était pas fervente des lieux clos, j’aurais pu passer des heures ici ! Il y avait dans les coins deux escaliers en colimaçon permettant d’atteindre une deuxième rangée de livres. Au centre trônait deux magnifiques fauteuils en velours rouges et une table de travail. Le tout donnait une impression de sérénité extrême et le style pourtant ancien ne me gênait absolument pas tellement tout était agencé avec harmonie.

bibliothèquehendrik.jpg

- Ce lieu à l’air de t’inspirer tu peux venir y travailler si tu le souhaites sinon voici le livre.

Je le regardai bouche bée, le livre qu’il me tendait était une pure merveille ! Sa couverture en cuir avait été travaillée avec tellement de doigté que le rendu en était tout simplement époustouflant ! Elle représentait un oiseau aux ailes déployées et il y avait deux pierres en haut et en bas ainsi que des détails dorés, que ça aurait été de l’or et de véritables turquoises que ça ne m’aurait même pas étonnée !

Aucun titre sur la tranche du livre, j’aurais pu le chercher pendant des heures sans jamais le trouver !

comment devenir un elfe.jpg

Je sautai dans les bras de monsieur Hendrik, en le remerciant chaleureusement. Je lui dis aussi que même si l’environnement de sa bibliothèque était juste envoûtant, je serais plus à l’aise dans ma chambre pour faire mes recherches. C’est donc un peu à regret que je quittai la pièce et regagnai mon vélo.
 

DeletedUser1843

Je rentrai à la maison, et montai directement dans ma chambre, la journée était déjà bien entamée mais je voulais à tout prix avancer sur cette énigme, le tout n’étant pas de la décrypter, il fallait encore la résoudre… Les énigmes ne sont clairement pas ma tasse de thé… Si vraiment j’étais coincée, je pourrais peut-être demander l’aide de mon amie Abby, elle est très douée dans ce domaine. J’avais une furieuse envie de l’appeler pour pouvoir tout lui raconter, mais je savais aussi qu’elle était très terre à terre et qu’elle n’hésiterait pas à me dire que quelqu’un me faisait tourner en bourrique…

Je sorti le précieux ouvrage et le déposai sur mon lit, c’était plus prudent vu l’état de mon bureau, il me fallait manier ce livre avec énormément de précaution, connaissant ma maladresse légendaire et le bazar qui régnait sur la table de travail, ça allait finir en catastrophe.

Ma mère choisit ce moment pour m’appeler, qu’est-ce qu’elle me voulait encore !

Je descendis à regret :

- Oui ?

- Tu n’as rien fait dans cette maison aujourd’hui, tu as été en balade toute la journée et depuis que tu es rentrée tu es enfermée dans ta chambre ! Prépare donc le repas, pendant que je vais rechercher ton père à la gare !

- Mais je n’ai pas le temps maman !

- Ah non, tu es en vacances pourtant il me semble ! Fais donc ce que je te demande !

Sur ces mots, elle tourna les talons et s’en alla, me plantant là…

Grrrrrrrrr ! Préparer le souper ! J’avais une énigme à décoder moi ! J’aurais bien fait exprès de cramer le repas pour qu’elle m’oublie un peu !

Qu’avait-elle donc prévu ? Je farfouillai dans le frigo, pas de viande, hummm génial du poisson ! J’avais ça en horreur… Les poissons je les aimais dans un aquarium ou dans la mer mais pas dans mon assiette !

Je fis exprès de ne pas l’assaisonner, après ça ma mère ne me demanderait plus jamais de faire la cuisine !

Quand mes parents rentrèrent, le tout était prêt. La table était mise, le poisson découpé et mis dans les assiettes, le risotto attendait sagement dans la poële. Visiblement tout cela était normal car ma mère ne me dit même pas merci.

Mon père profita de ce moment en famille, pour me demander comment s’était passée la rencontre avec monsieur Hendrik, je ne l’avais pas revu depuis, vu qu’il était en déplacement.

- T’es-tu décidée à rejoindre cette université ? Monsieur Hendrik a-t-il su trouver les mots qui nous ont fait défaut apparemment ?

- J’ai découvert un homme charmant, par contre il ne vend pas son université, je réfléchis encore… Ne m’en veux pas papa, maman m’a déjà assez pris la tête avec ça…

- Chérie, nous ne voulons que ton épanouissement et tu le trouveras dans cet établissement je peux te l’assurer… Mais bon les vacances ne sont pas encore terminées, je te donne 10 jours pour prendre ta décision, j’attends une réponse pour le 20 août. Dernier délai !

- D’accord papa, j’aurai pris ma décision pour le 20 au plus tard ! Je peux sortir de table maintenant ?

N’attendant pas la réponse, je débarrassai mon assiette, mes couverts et mon verre et montai à l’étage dans ma chambre.

Je me mis directement au travail, j’avais perdu assez de temps…. Lorsque je relevai la tête, il était passé minuit, je tombais de fatigue, il était temps d’arrêter, j’avais décrypté la moitié de l’énigme, ce n’était pas si mal même si pour l’instant ça n’avait ni queue ni tête…

Je rangeai le précieux livre dans mon sac à dos, reculai le reste à même le sol et m’enroulai dans ma couette, il ne me fallut pas bien longtemps avant de sombrer dans un sommeil réparateur.
 

DeletedUser1843

Je me réveillai en sueur, je venais de faire un cauchemar dans lequel je ne résolvais pas l’énigme et je me retrouvais trainée à Oxfard par un monstre hideux… ou j’étais enfermée dans le fond d’une cave, et ou les professeurs venaient me donner cours, tour à tour, pour être sûre que je ne m’évade pas !

Il était 6h du matin, la journée allait être longue… Etant plus prolifique le matin, je ressorti le livre et repris le décryptage de l’énigme… J’entendis vaguement mes parents sortir… cela voulait dire qu’il y avait déjà deux heures qui s’étaient écoulées…

Je travaillai d’arrache-pied, je m’étais fixée comme objectif de déchiffrer et de résoudre l’énigme aujourd’hui au plus tard, il fallait avancer. J’avais perdu assez de temps !

C’est mon estomac qui me rappela à l’ordre, je levai la tête vers le réveil, il était 13h ! Plus que temps de faire une pause sandwich. Il ne manquait plus que la dernière phrase de l’énigme, j’approchais !

Je repris mes recherches et fini par l'avoir… mais ma joie fut de courte durée quand je découvris l’énigme… Qui pourrait trouver la réponse à ça ! Elle n’avait ni queue ni tête…

Il était 15h30, si je voulais la résoudre aujourd’hui, je n’avais pas d’autres choix que de contacter mon amie, elle saurait m’aider ! J’attrapai mon téléphone et appelai Abby, elle me proposa de la rejoindre.

J’attrapai ma veste, ma charade que j’avais écrit à la va-vite sur une feuille et filai chez elle.

Elle avait sorti sa boite à cookies et avait préparé du café, nous nous sommes installés sur l’ilot central de la cuisine et avons commencé à papoter, j’avais une furieuse envie de tout lui raconter mais je me retins de justesse… Si je passais du côté elfique, Abby serait sûrement la personne qui me manquerait le plus…

- Alors tu me montres cette énigme ? Tu l’as trouvée où ?

- Hummm c’est une longue histoire, disons que je cherchais tout à fait autre chose et je suis tombée sur un parchemin à décrypter, je me suis bien amusée à le faire, mais alors la résoudre, je ne vois pas du tout…

Je lui montrai l’énigme que j’avais traduite :

énigme décryptée.jpg


Nous nous mirent toutes deux à réfléchir tout haut à la solution, parfois en partant dans des délires totalement incongrus.

(Et vous ? Avez-vous résolu l'énigme ? )
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser1843

Après plusieurs heures de travail et un nombre incalculable de fous rires nous sommes arrivées à solutionner l’énigme. Non sans mal, car le moins que l’on puisse dire c’est que c’était tarabiscoté, encore maintenant je me demande si la solution est bien la bonne… Mais bon nous avons épuisé toutes les pistes alors j’allais tenter et si j’échouais je n’aurais plus que mes larmes pour pleurer…

Je regrettais qu’il soit déjà si tard, j’avais tellement envie de découvrir si j’avais la bonne réponse que j’aurais bien été voir Fëanturi tout de suite… mais bon il me fallait me raisonner, il était tard, il valait mieux avoir une bonne nuit de sommeil avant, histoire d’être bien reposée et dans de bonnes dispositions pour la suite de l’aventure. Oui je m’imaginais déjà avoir la bonne solution et que ma vie allait être transformée, je voulais y croire.

Ma mère choisit ce moment pour faire irruption dans ma chambre. Son regard se posa sur le fatras qu’il y avait dans la pièce.

- Quand vas-tu donc grandir et ranger un peu sans qu’on soit obligé de te le dire ? Ce n’est pas croyable d’accumuler autant de bazar en si peu de temps…

- Maman, tu es dans MA chambre ici, la pièce que je nettoie de toute façon seule depuis déjà de nombreuses années, alors si ça me plait ces amas de fringues et de bazars ça ne regarde que moi !

- Je te rappelle que tu vis ici et tant que ça sera le cas, tu feras ce que je te demande et en l’occurrence tu vas me ranger tout ce désordre et vite ! Ne m’oblige pas à venir te le répéter demain !

- Et quoi ? C’est donc juste pour ça que tu as franchi ma porte ? Pour me faire une enième leçon que je ne veux pas entendre ?

- Jade, tu vas cesser immédiatement et baisser d’un ton pour qui te prends-tu exactement ?

- J’en ai juste plus qu’assez des reproches incessants maman, alors si tu n’as rien d’autres à me dire, je vais me coucher… il se fait tard.

- Je m’en vais mais ne crois pas que tu vas t’en tirer comme ça, je suis ta mère et je fais ça pour ton bien !

Sur ce, elle tourna les talons et me laissa seule. Je m’effondrai en pleurs sur mon lit, il fallait que cette solution soit la bonne, je ne supporterais plus ça très longtemps.

Je finis par sombrer de fatigue. Je me suis réveillée que le soleil filtrait déjà par la fenêtre, il était 9h, tant mieux me dis-je, de cette façon je ne croiserais pas mes parents aujourd’hui. Puis soudain, une réalité fit son chemin dans mon esprit, peut-être, n’aurais-je plus jamais l’occasion de les voir. Peut-être que mon destin allait basculer à tout jamais… et le dernier souvenir de ma mère serait une engueulade pour une chambre non rangée…
En même temps elle ne savait pas qu’elle risquait de me perdre... pourquoi aurait-elle changé son habitude ?

Je me levai, avalai un déjeuner copieux, il valait mieux prendre des forces avant de partir, je préparai également un pique-nique que je mis dans mon sac à dos.

J’attrapai mon vélo, et me mit en route pour les majestueux jardins de monsieur Hendrik.

Une fois sur place, au lieu de me diriger directement vers fëanturi, j’allai frapper chez Charles.

Henri m’ouvrit un sourire radieux sur les lèvres :

- Cela fait quelques jours que nous ne vous avions pas vue, je suis ravi de vous voir.

- Merci Henri c’est très gentil. Est-ce que monsieur Hendrik est là ?

- Il a dû sortir pour régler un souci d’électricité à Oxfard. Voulez-vous que je lui laisse un message ?

- J’imagine qu’il en a pour un long moment ?

- Je ne peux vous répondre, c’est le genre de chose sur lequel nous n’avons que peu d’impact, cela dépends de la gravité de la panne…

- Hummm je comprends, dites-lui simplement qu’il saura assez rapidement si j’ai la bonne réponse, il saura de quoi je parle.

- Je vois… Je vous souhaite bonne chance dans votre quête et tout comme monsieur Hendrik, j’espère que vous y arriverez.

- Vous êtes donc dans la confidence ?

- Oui, il se fait que j’ai tenté moi aussi, sans succès malheureusement. J’ai un peu fait un esclandre chez moi avant de partir voir Fëanturi, donc il était inconcevable que je puisse rentrer chez moi, monsieur Hendrik m’a offert un travail et un toit…

- Oh… Ca à l’air vraiment compliqué… j’en viens à douter d’avoir la réponse maintenant.

- Ne doutez pas jeune fille, ayez confiance en vous.

- Merci Henri, allez, je file, direction mon destin.


Je le saluai et parti en direction de l’endroit où j’avais trouvé Bédélia, il y a de cela trois jours maintenant.

La source au creux de l’arbre avait disparu, ainsi que la lumière bleue, à la place trônait maintenant une souche d’arbre entourée d’un halo de lumière verte et une petite fleur poussant en son centre.

souche fëanturi.jpg


J’en déduisis qu’il devait s’agir de fëanturi, je m’approchai, quand je fus à 2 pas de la souche, la fleur se mit à parler :

- Si tu es ici, j’en déduis que tu as solutionné l’énigme et que tu viens vérifier si tu as la bonne réponse. J’espère que tu as pris le temps nécessaire à la réflexion car tu n’as qu’un seul essai. Si tu es sûre de toi, déposes le parchemin que nous t’avons confié près de moi.

- Comment saurai-je que j’ai la bonne réponse ?

- Tu le sauras crois-moi. Alors prends-tu encore le temps de la réflexion ou es-tu suffisamment sûre de toi ?

- Je ne suis pas sûre de moi non, mais cependant je pense avoir épuisé toutes les pistes, je ne vois pas d’autres raisons qui auraient pu pousser la musicienne à offrir la place à cette personne hormis celle que je vais vous soumettre.

- Alors, allons-y Jade.

Je fis les deux pas qui me séparait encore de la souche et déposai le document sur lequel j'avais inscrit cette réponse : "En indiquant sur le papier « l’instrument dont tu joues », la musicienne n’avait pas le choix de lui donner raison..".

Je reculai ensuite de quelques pas et attendit… De longues minutes s’écoulèrent sans que rien ne se passe…
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser1843

Dépitée, je faisais face à la souche, regardant cette fleur qui ne bougeait pas, qui ne parlait pas… Plus rien ne se passait tout semblait être figé… Je me résignai à faire face à l’horrible vérité, j’avais échoué, il ne me restait plus rien… Qu’allais-je devenir…

Je commençais un demi-tour, lorsque j’entendis un bruissement, je me retournai pour voir de quoi il s’agissait. A ma stupeur, sur le tronc venait d’apparaitre une très jolie elfe verte, sa chevelure était en fait une magnifique fleur violette.

feanturi.jpg

- Bonjour, Jeune Jade. Je pense qu’il est inutile que je me présente, tu auras compris que je suis Fëanturi et si j’apparais comme cela devant toi, c’est parce que tu as résolu l’énigme. Tu t’apprêtes donc à vivre une grande aventure.

- Mon dieu ce n’est pas vrai ! J’ai réussi vous êtes sûre ? Oh là là, oh là làààààààààààààààà !

Je m’étais mise à sauter partout en criant comme une sotte, tellement cela me semblait improbable.

- Il faut te calmer jeune fille, oui je suis sûre. Tu es une des élues. J’espère que tu as pris le temps de dire au revoir aux personnes qui te sont chères, car à partir de maintenant nul retour en arrière n’est possible. Il te reste 3 heures à partir de maintenant pour trouver la porte donnant sur notre monde. Et cela ne sera pas simple, tu n’as donc pas de temps à perdre.

- Nous sommes plusieurs à avoir été choisis ? Dans cette ville ? Monsieur Hendrik m’a pourtant dit que depuis longtemps personne n’y était parvenu ! 3h ? Mais je pensais que la résolution de l’énigme suffirait !

- L’énigme est une façon de voir ta logique elfique rien de plus. Dis-toi que tu n’es qu’au début de l’aventure, que des tas de choses magnifiques t’attendent. Cependant elles ne vont pas te tomber dans les bras comme cela sans effort. Devenir une elfe se mérite. Et en effet, cela fait de nombreuses années que nous tentons notre chance dans ces contrées, sans succès. Et cette année, vous êtes deux à y être parvenus. La deuxième personne est un jeune homme, à l’heure où nous parlons, il doit être arrivé à l’académie.

- L’académie ?

- Oui à ton arrivée, tu vas rejoindre l’académie « Linaewen », ou tu seras formée à l’art d’être une elfe, tu découvriras quel est ton pouvoir et tu apprendras à l’utiliser. Tu feras également connaissance avec ton animal de compagnie.

- Tout ça fait rêver j’ai vraiment du mal à y croire ! Vous pouvez me pincer pour me confirmer que c’est bien réel ? J’ai tellement de questions que je ne sais pas par où commencer !

- Je ne vais pas pouvoir répondre à toutes tes questions pour la simple et bonne raison que tu n’as pas beaucoup de temps comme je te l’ai dit.

- Que se passera-t-il si je ne trouve pas la porte endéans les trois heures ?

- Ne pense pas trop à cela, ce n’est pas agréable, concentre toi sur ta réussite. Jade il te faut prendre confiance en toi, tu n’as pas été choisie par hasard… Je vais te donner quelques informations complémentaires.

As-tu remarqué qu’il y avait un labyrinthe dans ce jardin ? La porte se trouve en son centre, tu rencontreras plusieurs obstacles sur ton chemin, qui seront libérables en répondant à des questions sur le thème du film d’animation : « Alice au pays des merveilles ». Prends ceci c’est une carte, elle ne se révèlera qu’une fois la porte franchie, elle est régie par la magie qui n’existe qu’en infime quantité ici, elle a besoin de tout son potentiel pour pouvoir faire apparaitre les choses importantes. Cette carte te fera accéder à l’académie, il te faudra rencontrer trois personnages au détour de ta pérégrination, ils t’aideront à trouver ton pouvoir.

Une fois la porte franchie, tu t’appelleras Saellin et tu seras définitivement devenue une elfe. Ne t’inquiète pas la transformation est totalement indolore, tu ressentiras juste quelque chatouillis au niveau des oreilles quand elles vont pousser.

As-tu des questions ?

- Mon dieu j’en ai des milliers ! Par où commencer, j’ai bien aperçu le labyrinthe mais il est immense ! Y a-t-il un raccourci quelque part ? Si je réponds correctement aux questions peut-être ? Donc une fois la porte franchie je serai transformée ? Si je ne passe pas la porte il va se passer quoi ? Je vais me désintégrer ? 3 personnages ? Je vais les reconnaitre comment, je vais devoir les aider en faisant quoi ?

- Jade, tu poses trop de questions, il n’y a pas de raccourci, la patience est une vertu elfique, ne l’ignore pas.

Tu reconnaitras les trois personnages je peux te l’assurer, tu le sauras. Pas de désintégration en cas d’échec non, une porte apparaitra devant toi et tu seras obligée de la franchir, tu seras de toute façon indéniablement attirée vers elle. De l’autre côté se trouve le néant, une vie à errer sans but. Nos élus n’ont jamais dû prendre cette porte, donc enlève toi de la tête que tu vas être la première… Je vais maintenant disparaître, courage jeune fille, tu vas réaliser des miracles elfiques sois en sûre !

Elle s’envola dans une sorte de brouillard vert. Il me restait 2h40 pour retrouver le labyrinthe et surtout parvenir en son centre. Ce qui ne serait pas chose aisée.

Je cherchais à m’orienter dans le jardin en faisant travailler ma mémoire pour me souvenir ou j’avais vu ce fameux labyrinthe, j’étais dans la véranda de monsieur Hendrik, je l’avais vu de l’intérieur, il me fallait donc regagner la bâtisse pour le retrouver.

Je m’étais mise à courir, je ne voulais pas perdre de temps. J’arrivai toute essoufflée à l’arrière de la maison, heureusement j’étais du bon côté très proche de la véranda. Mes souvenirs étaient corrects le labyrinthe étaient juste devant moi.

labyrinthe.jpg

Il m’avait déjà paru très grand lorsque je l’avais entraperçu mais là devant l’entrée j’étais juste dubitative… Il allait me falloir des heures pour le parcourir… Un certain accès de désespoir m’envahit, mais je repris vite du poil de la bête, ce n’était pas le moment de sombrer, je n’avais pas le temps pour cela. Ma montre m’indiquait que j’avais mis 20 minutes pour revenir vers le labyrinthe, il me restait exactement 2h20 pour répondre aux questions sur le thème d’Alice et trouver cette porte vers le nouveau monde.

Je me tournai une dernière fois vers la demeure de monsieur Hendrik, j’aurais voulu le saluer une dernière fois, après tout c’est grâce à lui que j’avais accès à tout cela. Il était debout dans sa véranda, un sourire franc sur les lèvres, je sentais sa fierté, visiblement il savait que si on entrait dans le labyrinthe il y avait une raison autre que le plaisir de s’amuser. Je lui fis un signe de la main et m’engouffrai dans ce dédale qui n’attendait que moi.

Au départ, rien de bien compliqué, un seul chemin à suivre pas de bifurcation, je me mis à courir pour gagner du temps. J’arrivai rapidement à une première barricade, le lapin blanc était taillé dans le buisson et un écriteau portait la question suivante : « Comment Alice se retrouve-t-elle au Pays des Merveilles ? » Dis ta réponse à haute voix.

- Hummm si mes souvenirs sont bons, elle s’y retrouve après avoir suivi un lapin blanc…

La haie devant moi se fendit en deux m’ouvrant un passage me permettant de continuer ma route. Deux voies possibles maintenant, ça se compliquait… Comment savoir par ou aller ?

J’ai toujours eu un bon instinct, ce n’était pas le moment de ne pas l’écouter. Je me dirigeai donc vers le chemin de droite, toujours en courant, le temps filait à une allure de dingue. J’arrivai à une nouvelle barrière de buis, avec une nouvelle sculpture il s’agissait de la reine de coeur et sur l’écriteau se trouvait : « Quelles sont les fleurs préférées de la Reine ? » Facile ! Les roses rouges ! Un nouveau trou dans le feuillage se fit me libérant le passage vers trois choix différents mais surtout devant un jeune homme qui avait l’air complètement affolé !

eric.jpg

- Bonjour qui es-tu ?

- Je m’appelle Eric mais je n’ai pas le temps pas le temps

- Ooooooh, on dirait le lapin blanc !

Et sur cette magnifique sortie je m’esclaffai à gorge déployée trouvant ce jeu de mot tellement approprié ! Son teint livide me fit m’arrêter sur le champ.

- Pas le temps pour quoi Eric ?

- Je suis déjà passé plusieurs fois dans ce labyrinthe je me suis perdu un nombre incalculable de fois et je devrais déjà avoir trouvé la porte, la mauvaise va arriver et m’emmener avec elle dans le néant, je ne comprends pas que ça ne soit pas encore fait…

- Tu es le deuxième élu ? Mais comment est-ce possible ? Fëanturi m’a dit que tu devais déjà être à l’académie ! il y a donc plus de 3h que tu es dans ce labyrinthe !

- Je ne comprends pas mais je ne veux pas de cette porte !

- Je comprends, calme toi, je suis là je vais t’aider. On va y arriver ensemble ok ?

- Tu risques d’être aspirée avec moi si la porte arrive…

- On va s’en sortir ne t’en fais pas. Viens mon instinct me dit qu’il faut aller par là, je me dirigeai vers le chemin de gauche sans réfléchir, l’attrapant par la main pour l’entrainer à ma suite.

Il avait l’air réellement terrifié, et ça me chamboulait, je pouvais très bien comprendre ce qu’il ressentait, j’avais moi-même peur de cette prison… Je ne le laisserais pas tomber, c’était hors de question.

Nous courrions à en perdre haleine, je ne voyais plus de sculpture plus d’écriteau, me serais-je trompée de route ? Au moment où nous arrivions à une nouvelle bifurcation de trois chemins, je choisi de partir à droite, c’est à ce moment qu’un portail s’ouvrit au milieu de l’allée, je compris de suite ce que c’était, nous n’étions pas au milieu du labyrinthe, ça ne pouvait être que pour Eric. Le pauvre tétanisé était, tel un aimant, attiré vers la spirale…

Je l’attrapai par le bras et le tirai de toute mes forces, ça ne pouvait pas finir comme cela ! En unissant nos forces nous réussîmes à bifurquer dans une autre allée, il fallait que l’on se dépêche, nous n’avions sans doute pas beaucoup de temps avant qu’elle ne réapparaisse…

Enfin nous sommes arrivés près d’une sculpture représentant le chat. La question s’y rapportant était : « Quelle est la particularité du chat de Cheshire ? » Mon compagnon d’infortune ne me lâchait pas la main, c’est grâce à cela que je sus avant même de le voir que le portail était de nouveau derrière nous.

Je criai de toutes mes forces :

- Il peut se rendre invisible !

La barrière feuillue s’effaça laissant apparaitre une magnifique porte sculptée, nous y étions arrivés, la porte était là !

porte elfique.jpg

Je me sentis soudainement attirée vers l’arrière, Eric avait été aspiré par le tourbillon, il n’y avait plus que ses bras et et sa tête en dehors. Je l’aggripai de toutes mes forces.

- Lâche-moi, tout est fini! Je n’ai pas été à la hauteur ne fais pas la même erreur que moi ! Franchit cette porte !

- Je ne te laisserai pas ici, tu viens avec moi ! On va trouver un moyen de s’en sortir !

Je regardais désespérément de tout côté, personne ne pouvait nous venir en aide, nous étions seuls, seuls et en danger. Je cherchais quelque chose que je pourrais utiliser comme levier pour nous hisser mais il n’y avait strictement rien. Je voyais le corps d’Eric s’enfoncer de plus en plus dans le trou, et j’étais inexorablement entrainée vers lui. Je ne voyais pas d’issues mais je me refusais à laisser Eric sombrer…

Je senti tout à coup une aura autour de nous, une sorte de halo lumineux. Je cherchais d’où pouvait provenir cette chose, quand je vis un petit dragon vert marmonner une sorte d’incantation, je me retournai vers Eric pour voir si il voyait la même chose que moi, il était entrain de sortir du trou par je ne sais quel miracle !

Ce petit dragon était occupé à nous sauver la vie, une fois le corps de mon compagnon d’infortune complètement sorti de la spirale, nous nous retrouvâmes dans une sorte de bulle transparente de protection, plus rien ne pouvait nous atteindre, mais est-ce que ça suffirait à faire disparaitre le portail ? Je n’en étais pas si sûre.

- Eric est-ce que ça va ?

- Autant que ça peut aller… Qui est ce dragon vert et pourquoi nous aide-t-il ?

- Je n’en ai pas la moindre idée, mais heureusement qu’il était là !

Soudainement le portail disparu comme il était arrivé… Un peu sonnée, je mis néanmoins moins de temps à me redresser qu’Eric, il était affaibli et avait du mal à tenir sur ses jambes.

- Dépêche-toi, nous n’avons sûrement pas beaucoup de temps ! Il faut qu’on franchisse la bonne porte rapidement, un coup d’œil à ma montre m’appris que même à mon niveau je n’avais plus que 5 minutes.

Je me retournai vers la porte, elle était sculptée de note de musique et une lumière violette filtrait à travers, il y avait également des sculptures de dragons de chaque côté. Je remarquai le jeune dragon près de la porte et m’adressai à lui.

- Bonjour toi ! Merci pour ton aide, sans toi nous aurions fini aspirer dans ce tourbillon !

- Guoerh ! jbhoifae ! ohoihe !

- Ouh là quoi ? Je n’ai rien compris !

- C’est normal, intervint Eric, c’est un être elfique nous ne pouvons pas encore le comprendre, mais regarde son langage corporel, il nous presse le pas, il sent le danger lui aussi.

- Alors allons-y, tu es prêt ?

- Plus que jamais ! Je ne te remercierai jamais assez pour ton aide !

- On verrra pour les remerciements plus tard, regarde, le portail reviens, dépêchons nous !

Nous franchîmes tout les deux la porte. Je venais de dire adieu à une vie d’un ennui mortel, pour une aventure pleine de joie et d’excitation !

Voilà fin de la première partie. :) J'espère que ça vous a plus autant que j'ai pris de plaisir à l'écrire ! :) Il y aura une suite ne vous en faites pas ! A bientôt pour de nouvelles aventures ;)
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser1843

Vous la vouliez, vous l'attendiez ? Voilà le début de la deuxième partie :)

Je sentis quelque chose qui me reniflais le visage, dans un mouvement de panique je me reculai me demandant ce que ça pouvait bien être. Une licorne, toute aussi effrayée que moi s’était reculée de quelques pas et me regardait d’un air intrigué.

Une licorne ? Qu’est-ce que je raconte !?! Tout me revint en mémoire d’un coup, la course poursuite dans le labyrinthe et le saut in extremis à travers la porte ! Où était Eric ? Je scrutai les alentours, nous avions atterris dans une magnifique clairière ou paissaient tranquillement de magnifiques licornes blanches ainsi que de somptueux pégases blancs également, la vision était juste splendide et ces animaux mythiques que je pensais imaginaires étaient bel et bien là devant moi nullement effrayés par notre intrusion.

clairière.jpg


Je continuais de chercher Eric, ne le trouvant nulle part… par contre il y avait là un elfe allongé qui semblait bien mal en point… Je m’approchai et lui tapotai doucement l’épaule…

- Bonjour, est-ce que ça va ?

- Jade ?

- Euuuuuuhhh oui, on se connait ?

- Tu ne me reconnais pas je suis Eric, tu m’as sauvé du labyrinthe, sans toi j’étais voué à une vie de perdition.

Eric ? Il débloque ou quoi ?!? Je le reconnaitrais si c’était lui quand même !

Un flashback me rappela la conversation eue avec Feantüri :

« Une fois la porte franchie, tu t’appelleras Saellin et tu seras définitivement devenue une elfe. Ne t’inquiète pas la transformation est totalement indolore, tu ressentiras juste quelque chatouillis au niveau des oreilles quand elles vont pousser. »

Eric avait dû subir le même sort, lui m’avait reconnue directement, pourtant lui était très différent de sa forme humaine, il avait de longs cheveux noirs, un regard envoutant bleu avec des reflets violets qui contrastaient avec son regard brun que j’avais connu, au niveau vestimentaire, il avait une sorte de veste noire ouverte, laissant entrevoir son torse. Rien ne laissait présager que j’avais pu le connaitre avant ce moment. N’aurais-je pas subi la transformation pour qu’il m’aie reconnue directement ?

astaldo.jpg

Je touchai mes oreilles ce qui pour moi était le plus évident à vérifier, elles s’étaient allongées et je sentais du métal dessus… j’étais tout d’un coup bien impatiente de voir le nouveau moi mais ça devrait attendre un peu…

- Désolée Eric ou comment dois-je t’appeler d’ailleurs maintenant ? Quel est ton nom elfique ?

- Astaldo mais pourquoi es-tu désolée ?

- Je ne t’ai pas reconnu, ta transformation elfique t’a complètement métamorphosé !

- A ce point-là ? Ca ne doit pas être si terrible, tu es bien reconnaissable toi malgré tes yeux et tes cheveux plus pâles.

Au même moment, nous avons eu le réflexe de nous lever pour voir notre changement. Je m’avançais déjà vers la rivière, quand j’entendis un bruit sourd derrière moi, Eric venait de retomber lourdement sur le sol.

- Est-ce que ça va aller ? Tu as quelque chose de cassé ?

- Non je ne crois pas mais je suis faible, on dirait que ce portail a aspiré une partie de mon énergie, je ne tiens pas sur mes jambes.

- Je vais t’aider, viens agrippe toi à moi.

Je le trainais plus que je ne le soutenais… il faudrait du temps j’imagine… Arrivés au niveau de la rivière, il se pencha, et eu un mouvement de recul en voyant son reflet.

- Oh ! Je comprends que tu ne m’aies pas reconnu, on dirait que je ne suis plus moi….

- Détrompe toi Eric, ton âme n’a pas changé c’est juste ton apparence physique, mais je te retrouve dans ton regard.

A mon tour, je me penchai et me regardai, effectivement je n’étais pas très différente, il avait raison mes yeux étaient plus clairs mais rien de plus conséquent. Je portais maintenant les cheveux détachés, je ne pus m’empêcher de penser à ma mère, elle aurait été ravie. Une sorte de diadème ornait mon front, ainsi que des hummmm, comment décrire ça ? Des bijoux d’oreilles ? Ma robe dénudait mes épaules, elle était noir et or assez longue, les manches s’évasaient aux extrémités.

saellin.jpg

Je me trouvais plus jolie que sous ma forme humaine, pourtant il n’y avait pas de changement flagrant.

Après discussion avec Astaldo, il avait été convenu que nous resterions un jour ou deux dans cette paisible clairière, pour qu’il puisse se remettre.

Heureusement, dans ma jeunesse, j’avais fait divers camps et notamment un en forêt ou on nous avait appris à faire du feu, je le fis rapidement. Il ne fallut pas longtemps à mon compagnon de voyage pour s’endormir.

De mon côté j’admirais ces magnifiques animaux qui continuaient à paitre ici comme si nous n’étions pas là…

La licorne qui m’avait réveillée tout à l’heure était revenue se coucher près de moi, tout semblait paisible.

J’ouvrirais la carte avec la suite de notre périple demain, là il était plus que temps de se reposer un peu.
 
Dernière édition par un modérateur:

DeletedUser1843

Deux jours s’étaient écoulés, j’allais régulièrement fureter aux alentours, cherchant principalement des fruits pour nous nourrir, je ne voulais pas tuer d’animaux, d’autant que je ne voyais que des petits écureuils et lapins tout mignons et qu’il m’était tout bonnement impossible de leur faire du mal.

Je n’avais pas encore ouvert la carte, elle était toujours précieusement dans mon sac à dos. Eric avait repris des forces, il serait bientôt temps de quitter ce lieu si tranquille. Ca allait être un déchirement de partir d’ici, je m’étais vraiment liée à Nuage, cette magnifique licorne affectueuse. Elle allait me manquer…

J’avais espéré revoir le petit dragon qui nous avait si courageusement aidé, malheureusement il avait disparu tout comme la porte, bien souvent je repensais à lui, me demandant pourquoi ils nous étaient venus en aide… Cela dit heureusement, sinon nous ne serions pas là pour en parler…

Nous étions assis près du feu en mangeant des pêches, lorsque un éclair violet apparu à l’orée de la forêt.

D’un seul mouvement, nous nous sommes relevés prêt à prendre la fuite au moindre danger, je savais que Nuage me laisserait monter sur son dos en cas de besoin. Nous vîmes approcher une silhouette qui n’était autre que Feantüri.

- Bonjour jeunes gens !

- Bonjour Feantüri !

- Je pense qu’un petit recadrage s’impose… Vous n’êtes pas en vacances, vous avez un objectif à accomplir, celui de rejoindre l’académie « Linaewen » et ce sans tarder, pour ce faire vous avez chacun reçu une carte avec trois tâches à accomplir. Elles sont différentes pour chacun, et il faut que vous les réalisiez seuls. Comme cela aurait déjà dû être le cas pour le labyrinthe. Eric tu as eu beaucoup de chance, j’espère que tu es conscient que nous avons été très cléments avec toi, en te laissant franchir la porte. Il n’en sera pas de même ici, c’est pourquoi maintenant que tu es rétabli, je t’emmène avec moi, je vais te laisser dans une autre clairière à partir de laquelle tu devras faire tes preuves.

- Mais pourquoi ? m’écriai-je
Est-ce que les elfes ne viennent pas en aide à leur prochain quand ils sont en difficultés ? Etais-je censée le laisser là, seul et en danger ?

- Saellin, ne devient pas elfe qui veut. Ces tests sont importants pour la pérennité de notre race. Nous ne pouvons pas prendre le risque de faire entrer des personnes qui pourraient être des menaces pour nous.

- Mais enfin ! Eric ne ferait pas de mal à une mouche ! D’ailleurs pourquoi l’appelez-vous encore par son nom humain alors que vous employez le terme elfique pour moi ?

- Parce que nous sommes sûrs de tes valeurs jeune elfe, ce n’est pas encore le cas pour ton compagnon de route, il doit encore faire ses preuves, nous attendons l’épreuve de la carte pour décider de son sort.

- Comment ça de son sort ? C’est vous qui ouvrez les portails démoniaques !?!

- Je te l’ai dit Saellin, nous protégeons notre peuple, et toute personne jugée indigne de nous rejoindre, subira le courroux.

- Je ne suis pas d’accord avec cette façon de faire, vous jugez les gens sur des épreuves difficiles sur un laps de temps très réduit.

- Les elfes sont l’élite jeune fille, il va te falloir te faire à l’idée et vite ! Et arrête de remettre en doute nos procédés ! Eric vient avec moi maintenant !

J’étais furieuse, je m’étais attachée à lui je n’avais pas envie de continuer sans savoir ce qui allait lui arriver…

Eric vint me serrer dans ses bras et me souhaiter une bonne continuation. Il me dit aussi qu’il savait que j’accomplirais de grandes choses et me demanda de ne pas m’inquiéter pour lui, de suivre ma propre route. Il me remercia une dernière fois et rejoignit rapidement Feantüri sans plus se retourner.

J’avais les larmes aux yeux lorsque l’elfe ajouta :

- Saellin, à partir du moment où tu ouvriras la carte, tu auras 24h par tâche, ne perds pas de temps inutilement la rentrée à l’académie est prévue dans 4 jours, l’heure n’est plus à l’amusement !

Dans un nuage de fumée, Eric et elle disparurent, me laissant seule, triste et en colère.
 

DeletedUser1843

La nuit tomba rapidement, je me couchai contre Nuage, ma seule compagne ici, profitant des derniers instants au près d’elle. Demain je devrais lui dire au revoir.

Je sorti la carte, je n’étais pas sûre d’avoir envie de l’ouvrir, le côté insouciant des elfes et fées qui me faisait tant rêver semblait bien loin maintenant…

Je devais garder en mémoire que je n’étais qu’une apprentie elfe, et que cela changerait sans doute une fois tous ces tests passés. Il fallait aussi que j’occulte Eric de mon esprit, je devais croire en ses compétences. Je le retrouverais à l’académie !

Je déployai la carte, elle n’était guère détaillée, ça parlait d’un pays de Ghnom… nom étrange si il en est un… J’étais à la lisière du village de Gorn dans le comté de Gobor. C’est dans ce comté que j’aurais a effectué la première tâche, il me faudrait trouver un arbre en forme de dragon, la carte n’indiquait pas par contre les créatures que j’allais rencontrés. En deuxième lieu, il me faudrait me rendre dans le comté de Porkh, au lac de Strom ou il faudrait que je trouve un puit. J’avais une peur phobique de l’eau, cela n’augurait rien de bon… pour terminer je me rendrais dans le comté de Bohrm, ou il me faudrait trouver un temple. L’académie se trouvait dans le comté de Yorgon, dans une contrée qui s’appelait Tyorgot.

Sur la carte se trouvait également des symboles, une sorte de marteau, un cœur et une sorte de loup. Je ne voyais pas du tout à quoi cela pouvait se rapporter… Mes pensées divaguèrent et me revinrent en mémoire la phrase de Feantüri, me disant que ces trois quêtes me permettraient de savoir mon pouvoir et mon animal de compagnie… du coup le loup et le marteau pourrait s’expliquer, mais qu’est-ce que le cœur venait faire là… J’avais beau réfléchir, je ne voyais pas à quoi cela pouvait se rapporter. Les gardiens de ces lieux pourraient s’en doute m’en dire plus. Nous verrions ça en temps voulu.

carte.jpg

Je m’endormis rapidement près du feu et collée contre ma belle amie. Un craquement de branche me réveilla en sursaut, le feu s’était éteint, il faisait nuit noire… j’agrippai Nuage, j’étais déjà sur son dos quand j’entendis une voix :

- Non, n’aie pas peur c’est moi !

- Moi ? Qui ça moi ?

- Le dragon qui t’a aidé pour franchir la porte.

Il s’approcha, effectivement c’était bien lui. Je descendis de ma licorne et m’approchai :

- Comment se fait-il que je puisse te comprendre maintenant ?

- Tu es une elfe voyons ! Ils ont la particularité de comprendre le langage de tous les peuples y compris le mien.

- Oh ! D’accord, voilà une excellente nouvelle ! Je tenais à te remercier de nous être venu en aide. Rassure moi ça ne t’a pas causé d’ennui ?

- Oh un peu mais ne t’en fais pas, je vais bien. Saellin, je voulais te mettre en garde, les elfes courent un grave danger, leur race est menacée par une sorcière nommée Dihwana, elle a des pouvoirs très puissants et veux anéantir les elfes qu’elle exècre ! T’a-t-on prévenu des dangers que tu encoures ?

- Non… mais tu sais ça ne change rien pour moi, bien au contraire si je peux les aider je le ferai avec grand plaisir !

- Tu es très courageuse, elle me fait peur moi…

- Tu sais hummm comment tu t’appelles ?

- Azet, tu peux m’appeler comme ça, c’est mon surnom, mon nom entier étant bien plus long.

- D’accord Azet, je disais donc, de là ou je viens, il n’y a rien qui me retenait si ce n’est mon amie Abby, elle me manque déjà beaucoup mais elle reste dans mon cœur à jamais.

- Mais et tes parents ?

- Comment t’expliquer… Je pense que je leur faisais honte donc ils seront plus heureux sans moi, je ne serai jamais à la hauteur de leurs espérances…

- Tout cela est bien triste… je dois filer avant de m’attirer de nouveaux ennuis, on m’a fait promettre de ne pas chercher à te recontacter tant que tu ne serais pas officiellement une elfe, même si ça ne fait aucun doute que tu en es une. Fais bien attention à toi et à bientôt à l’académie !

- Merci pour l’avertissement je serai prudente je te le promets !

Il disparut alors que l’aube faisait son apparition. Il était temps de se lancer à l’attaque de la première tâche. Et dire adieu à Nuage… J’avais l’impression que depuis mon arrivée ici, je ne faisais que ça, dire au revoir ou adieu…

***********************************************************************************************************

@Abbylechat, je prends note de ton souhait ma belle, je verrai si vous êtes sages :p :p :p :D
 

DeletedUser1843

Je me retournai en direction de Nuage, elle n’avait pas l’air de comprendre que j’allais devoir partir et la laisser là… je mis ma tête dans son cou et laissai les larmes ruisseler sur mon visage, je lui murmurai à l’oreille n’arrivant pas à m’en détacher.

· Je t’aime beaucoup tu sais, c’est difficile pour moi de te laisser ici, c’est vraiment avec beaucoup de regrets que je pars, mais tu es mieux ici avec les tiens.

J’attrapai mon sac à dos, lui tournai le dos et m’enfonçai dans la forêt, quand elle me rattrapa au trot.

· Je ne peux pas t’emmener ma belle, il faut que tu restes ici.

Elle se mit à hennir, s’ébrouant en tous sens, elle ne comprenait pas que je ne veuille pas d’elle… Si elle savait à quel point j’aimerais l’emmener… Et après tout ? Personne ne m’avait interdit d’emmener quelqu’un avec moi. Et elle le souhaitait alors ? Je la regardai, je lisais une profonde tristesse dans son regard, j’étais moi aussi très triste de la laisser, je pris la décision, advienne que pourra, de partir avec elle. Je grimpai sur son dos et avec légèreté nous prîmes la route.

Après 300 mètres, nous fûmes arrêtées net, pourtant rien ne barrait le passage… qu’est-ce qui se passait encore !?! Je descendis et m’avançai sur le chemin, je pouvais continuer sans encombre. Je me remis sur ma monture mais impossible d’avancer… Une sorte de mur invisible, empêchait Nuage d’aller plus avant… J’aurais dû m’en douter, elle était coincée dans cette clairière et ne pouvait pas m’accompagner, je m’écroulai pleurant de rage, pourquoi fallait-il toujours que je me sépare des personnes que je rencontrais sur mon chemin…

Je lui fis un énorme câlin, je n’arrivais pas à me persuader de la lâcher, mais je savais que je ne pourrais pas continuer comme cela éternellement, chaque minute passée était du temps en moins pour chercher cet arbre dragon, et le moins que l’on puisse dire c’est que les indices ne grouillaient pas sur la carte… Je parti en courant et sans me retourner, je ne pouvais pas voir son regard triste, ça me déchirerait complètement…

Une fois à bonne distance, je m’arrêtai et essayai de me calmer, il me fallait réfléchir pour ne pas m’égarer, le tout n’étant pas de trouver l’arbre, il fallait aussi résoudre la quête autant dire que c’était loin d’être gagné… J’ouvris la carte et regardai ou je me situais par rapport au point repaire, il fallait que je monte vers l’ouest pour contourner des pics rocheux qui s’étendaient à perte de vue. Je distinguais effectivement des montagnes là devant, j’espérais ne pas avoir à escalader tout ça…

Je choisis pour commencer de les longer on verrait après pour l’escalade d’après le marteau, l’arbre ne se trouvait pas en hauteur. Je courrais pour ne pas perdre de temps, je passai au-dessus d’un ruisseau, j’étais sur la bonne voie, je l’avais remarqué sur la carte, le point repère était encore loin de là, j’étais essouflée, je regardai ma montre pour voir le temps écoulé, elle s’était arrêtée … c’était bien ma chance tiens ! Je n’avais jamais rien compris à ce système pour se repérer avec le soleil, donc je fis une estimation rapide dans ma tête, j’avais couru de longues heures je pense et vu que mon estomac demandait à être rassasié, ça me confirmait qu’il ne devait pas être loin du milieu de journée déjà ! J’attrapai dans mon sac, une des pommes que j’avais cueillies avant mon départ et la croquai tout en continuant d’avancer.

Et mince, le chemin se séparait en deux, bon voyons voir… sur la carte pas de bifurcation d’indiquée évidemment… pourquoi me simplifier la tâche hein… mais les montagnes sont vers l’intérieur de la carte donc, prenons la direction de droite. Bien m’en pris, après plusieurs minutes de course, j’arrivai dans une clairière ou trônait là, majestueux cet arbre magnifique et ce que je pris pour un elfe, ce qui en était bien un mais de bois lui aussi… Il me restait à trouver maintenant, comment faire venir la créature que je devais aider…

arbre dragon.png
 

DeletedUser1843

Je posai mes affaires contre la colline c’était assez impressionnant cette sculpture en bois qui la terminait.

Et l’œuvre était impressionnante de beauté, tout laissait penser que le dragon était juste endormi… J’étais soulagée qu’il n’en soit rien.


Je m’adossai au flanc de la colline pour réfléchir, sur la carte à ce niveau était représentée une sorte de marteau, ce qui voulait donc dire que j’allais découvrir quel allait être mon pouvoir… ça me faisait vraiment drôle de me dire que j’en avais un… je me demandais bien lequel et comment j’allais le découvrir, je ne cacherai pas que ça me stressait beaucoup… J’imaginais déjà les pires trucs…. Et je savais que tout ça ne serait pas simple…

Je me surpris à penser à Eric, me demandant s’il était déjà arrivé à la première tâche, et qu’est-ce qui l’attendait de son côté…


C’est à ce moment que la terre se mit à trembler… Je me mis debout, le sol venait de s’ouvrir en deux, j’eu juste le temps d’attraper mon sac avant qu’il ne sombre dedans, je me reculai, la faille était de plus en plus longue, je crus que jamais ça ne s’arrêterait… le tremblement cessa enfin après ce qui me sembla être une éternité alors que ça ne devait faire que quelques minutes… je regardais à droite et à gauche il ne se passait plus rien, je m’approchai du gouffre lorsque je ressenti une vague de chaleur, une fumée jaunâtre en sorti et s’éleva dans les airs, d’abord épaisse puis de plus en plus clair, la température avait grimpé .


De l’autre côté de cette colonne, je distinguais une forme ou plutôt une ombre, serait-ce la creature que je suis censée aidé ? La faille s’était ouverte sur toute l’étendue de la plaine, comment allais-je faire pour rejoindre l’autre côté ?


Alors il fallait résoudre une tâche mais en plus il fallait batailler pour trouver comment traverser avant de la realiser !


Cette histoire se corsait de jour en jour… dites
donc le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas simple de devenir un elfe…
******************************************************************************************************************
Voilà, l'histoire évolue je vous donne l'opportunité en mp de travailler sur l'histoire. Alors n'hésitez pas vous avez jusqu'à mercredi soir pour me dire en mp comment Saellin pourrait traverser ce mur de fumée ;) Je ferai une sélection voir une combinaison de vos propositions pour la suite. :)
 
Dernière édition par un modérateur:
Haut