• Cher joueur !

    Nous avons ouvert le recrutement pour faire partie de l'équipe Support/Foruum et/ou Event. Envie de te joindre à nous ? Consulte ce lien pour en savoir plus : ici !
    En cas de questions, n'hésite pas à nous contacter sur le support !

tranches d'une vie

  • Auteur de la discussion DeletedUser8770
  • Date de début
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

DeletedUser8770

il m'arrive de rimer entre deux écrits. :p

Blessure


l'épine vénéneuse
amère, douloureuse
distille son poison
et détruit la passion.
elle s'enfonce dans l'âme
faisant des ravages
qui déferlent en lames
cruelles et sauvages.

l’insidieuse douleur
s'immisce dans cette vie
déjà saturée de malheur
faite de rêves anéantis.
Elle détruit froidement
les tendres chimères
teintées inexorablement
de joies éphémères..

L'été lumineux carillonne
dans les cœurs exaltés
Trop tôt vient l'automne
et l'amour délaissé.
Reste l'humeur chagrine
nostalgie des jours d'avant,
de complicité libertine
et de regards aimants

l'hiver impassible
se joue de ce moment..
Il attend paisible
que passe le temps
Mais viendra enfin
dans ces yeux éperdus,
emperlés de chagrin,
un espoir fragile et ténu.

Un printemps timide
éveillera l'endormie
d'une caresse fluide
au sortir de la nuit.
D'un futur magique
les songes ensorcelés
surgiront en musique
dans un rêve renouvelé
 

DeletedUser8770

un autre plus rieur
Mon île

Il est des rêves éveillés
Que l'on ne peut effacer.
De ses songes insensés
Nait une joie mêlée
De mélancolie sucrée
Et de souvenirs nacrés.
Un espoir tenace dessine
Un futur enchanteur
Poudré de mille couleurs
Où l'amour prend racine.
Timidement fragile
Il dénie l'impossible.
S’accroche le désir subtil
Des fragrances des iles.


La joie, l'insouciance
Effeuillent un instant
Les souvenirs gravés
Dans le ciel d'enfance.
D’un paradis évanescent
Images surannées
S’exhale la vanille.
L’ambiance magique
Égrène la musique
D’une symphonie riante.
Un décor grandiose
Unit en symbiose
La terre et l'eau: mon ile.
 

DeletedUser8770

et un dernier pour ce soir

Brume


L’étang, dans l’automne moribond
Génère des volutes de brumes.
Les saules et les roseaux s’enrhument
Couverts d’un doux manteau de rosée,
Déposé avec sollicitude par la nuit étoilée.
Apparaît presque palpable, Avalon.
Île sacrée de la tradition celtique.
Refuge mystérieux de Viviane la fée
Et de Lancelot du lac son protégé.
Dans cette vision fantastique
Se rêve l’épopée chevaleresque
D’Arthur et de Guenièvre.
Preux chevalier à l’amour fatal
Lancelot éperdu ne quêtera le Graal
Un colvert cancane sur la mare
S’effacent ces songes bizarres
Adieu Galaad et Perceval
Et la quête du Saint Graal
Le marais sous les rayons soyeux
Dilue brumes et merveilleux.
Son miroir reflète la beauté
De la nature qui s’éveille
Liant la terre, l’eau et le ciel
Sur l’onde irisée arc-en-ciel
 

DeletedUser8770

Un chat la nuit

Le soir arrive, le fauve aussi
Ses yeux brillent dans la nuit.
À la lune montante, il surgit
De nulle part et sans bruit.
Furtif, rapide, est le chat.
Les souris sont en émoi.
Alerte, ses sens en éveil.
Il guette immobile, en veille.
La proie repérée il bondit!
C'est la fin ! Pauvre souris.
Joueur, il desserre ses pattes
La petite bête se carapatte
Éperdue elle ose l'impossible
Nonchalant et impassible,
Il la saisit de nouveau
Et la tue à coups de crocs.
Il musarde jusqu'à l'aurore
Goûtant la liberté dehors.
A l'aube il se couche satisfait
Rêvant de ses futurs forfaits.
 

DeletedUser8770

Des jours...

Il y a des jours heureux
Où le ciel est plus bleu
Le soleil plus lumineux

Des jours fantastiques
Où la vie est féerique
Si intense et magique

Des jours où tout est beau
Émouvant comme un tableau
Où tout devient un cadeau

Des jours remplis de rires
De joie de vivre de sourire
Des jours où l'on respire

Des jours qui font oublier
Pour un temps le passé
Des jours à souligner

Il suffit parfois d'un rien
Pour se sentir vraiment bien
Et faire le bonheur sien
 

DeletedUser8770

le Harpiste

Il pince avec tendresse les cordes de sa harpe
des notes cristallines s'envolent au vent
elles montent vers le ciel en écharpe
déroulant lentement la melodie du temps

les yeux fermés il s'inspire
de la nature qui l'émerveille
absorbé il se laisse séduire
tous ses sens en eveil

Il improvise peu à peu ses ressentis
avec douceur un air prend son envol
les notes s'égrènent au ralenti
comme des bulles légères et frivoles

Il pourrait jouer ainsi des heures
ses rêves deviennent musique
oubliant le présent il est ailleurs
bercé par le son de la harpe celtique
 

DeletedUser8770

Bruxelles

La nuit étend son voile sur Bruxelles
Qui se pare de mille feux,
Faisant pâlir les étoiles.
Les noctambules s’approprient la rue.
Un air de Blues jaillit d’une brasserie en vogue…
Petit concert d’un groupe local,
Qui attire une foule de curieux
A deux pas de la grande place.
Les flashes fusent devant la beauté flamboyante
de ce chef d'œuvre de la Renaissance
Les touristes côtoient les zonards les sans-abri,
mais aussi les bourgeois nantis
qui viennent s’encanailler
En sortant de chez Maxim’s.
Des jeunes surexcités d'avoir bu avec excès
la bière d'un estaminet
plaisantent bruyamment devant le Manneken pis
petit bronze tant décrié mais ardemment visité
qui offre aux regards des passants
son anatomie dénudée
le calme revient, la ville s'endort
des retardataires trainent encore
goûtant la douceur printanière
la nuit tombe sur Bruxelles...
 

DeletedUser8770

Dans tes yeux


Dans tes yeux se lisent des promesses
Dont j'ai souvent rêvées et voulues.
Sans prévenir elles disparaissent,
Désemparée, je suis déçue.

A ne savoir pourquoi et comment
Mon esprit s'enrhume de tourments.
Et soudain revient cette lueur intense
Qui me berce comme une danse.

Blessée, craintive je n'ose croire
Ce que raconte ce doux regard.
Viens, viens tu es enfin libre!
Laisse ton passé, tes regrets!
Viens, apprends à vivre
Pleinement en toute liberté.
 

DeletedUser8770

Le passager du temps

toi le passager du temps
par le vent des ondes porté
tu es arrivé un jour d'été
laissé un simple message
quelques mots sur ma page
et changé le cours du temps

toi le passager du vent
par le début de cet échange
et ses moments si étranges
où parler c'est aussi se taire
écouter créer une atmosphère
être ensemble un instant

toi mon ami voyageur
tu m'emmènes loin d'ici
au pays de nos envies
rêver d'un monde vrai
où tout n'est que beauté
Qu'on appelle bonheur
 

DeletedUser8770

Le vent!

Le temps a changé! L'orage cette nuit a repporté en fracas le retour du froid. Le vent du nord souffle en rafale et les passants habitués à la douceur estivale de ces derniers jours, un peu étonnés par la température ambiante, reboutonnent leurs manteaux et se hâtent sur le chemin creux sablonneux qui longe la rivière.
Le vent soulève des nuages de poussière qui piquent les yeux et j'avance en les plissant, redoutant l'escarbille ou le grain de sable qui les feraient pleurer. Les peupliers qu'on appelle trembles ici, font chanter leur jeune feuillage vert tendre gémissant sous la bourasque. les branches crissent en se frottant les unes aux autres assourdissant pour un temps le vacarme habituel des chants d'amour des oiseaux. Dans le ciel gris de gros nuages noirs filent poussés par le vent. Parfois le soleil, fugace, apparait, bien vite caché hélas. Le jour est chaotique, un instant lumineux sous l'ardeur des rayons solaires illuminant les toits d'ardoise de la petite cité mais qui, le plus souvent, se ternissent et s'attristent devant l'avancée des cumulus.La journée s'écoule sans que le temps change.Seule la température s'adoucit assez pour que l'on se persuade que le printemps est là. Le jasmin et le lilas enbaument les jardinssous l'atmosphère lourde de fin d'orage. Le ciel s'azure enfin delayant les nuages. La soirée sera douce et les étoiles s'allumeront au firmament dans la la nuit limpide je contemplerai la voie lactée ce chemin scintillant porteur de rêves.....
 

DeletedUser8770

Seule

Seule à nouveau le soir
Dans les ténèbres je rêve
Au souvenir de ton regard
Doux tendre amoureux
Quand se joignent nos lèvres
À tous ces moments heureux
Où le simple fait d'être ensemble
Nous transporte par magie
Au point que mes mains tremblent
De joie de désir et d'envie.
Penchés le soir à la fenêtre
À fumer paisibles notre cigarette
On pense à ces instants exquis
Qui embellissent nos nuits.
A tous ces souvenirs charmants
Qui nous rendent si vivants.
Notre amour tisse sa toile
Lentement mais sûrement
Il nous mènera pourtant
Jusqu'à toucher les étoiles
 

DeletedUser8770

Sirène!


la sirène sur le bord du rivage
attend chaque nuit un mirage.
délaissant les profondeurs marines,
son regard se perd dans les sauvagines.
sur un rocher face à la terre,
éperdue d'amour elle espère
un rêve fou qui la ronge
et lui ferme la voie des songes.
elle ne fait que suspendre sa vie,
prisonnière de l'incompris.
Elle nage l'âme en peine
errant, son cœur en berne
Seule et triste encore cette nuit
au matin désolée elle s'enfuit ;
trouvera t elle un jour le courage
ne plus venir pleurer sur le rivage
d'ouvrir les yeux sur le monde
et regarder danser la ronde
du temps, du vent,de la vie
et chercher ailleurs l'oubli
 

DeletedUser8770

Cauchemar

Encore un cauchemar effrayant
Qui m'éveille brusquement en hurlant.

Ne pas se souvenir!
Ne pas dormir!

Seule, terrorisée j'allume
Rejetant dehors l'éclat de lune.
Fouillant des yeux chaque recoin
Je me rassure, il n'y a rien.
La peau moite, le cœur tremblant
Je cherche l'apaisement.

Ne pas se souvenir!
Ne pas dormir!

Je récite telle une litanie
Ces deux phrases dans la nuit
Cherchant un moment heureux
Auquel m'accrocher peu à peu.
Je cherche dans ma mémoire
un beau souvenir, une belle histoire

Se projeter un court instant
Dans ce bonheur charmant

Je respire plus calmement
Loin de moi s'écartent les tourments

Se projeter un court instant
Dans ce bonheur charmant

J'éteins de nouveau plongée dans le noir
Les yeux ouverts et au cœur l'espoir
Que le sommeil m'emporte loin
Dans la douceur des songes jusqu'à demain
 

DeletedUser8770

Cousins!


Hier, nous ne nous connaissions pas
Et aujourd'hui pleins de points communs
Le destin est vraiment surprenant
Nous voilà maintes fois cousins
De messages en messages
Le temps devient un voyage
Dans l'histoire de nos aïeux
Il y a tant à dire sur eux
Qu'ils soient vikings normands
Princes de sang ou simples manants
Nous les faisons vivre un instant
Un moment dans le temps présent
Raconter les histoires fabuleuses
Qui courent sur leurs vies glorieuses
Et enfin revenir à maintenant
Se parler une heure durant
De tout ce qui fait une vie
De ceux qu'on aime, nos envies
Il ne reste plus qu'une chose à faire
Se rencontrer un jour je l'espère....
 

DeletedUser426

Après l'inactivité de ce sujet, je ferme et j'archive celui-ci.
N'hésitez pas à me contacter pour une possible réouverture. ;)
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut