• Cher joueur !

    Nous avons ouvert le recrutement pour faire partie de l'équipe Support/Foruum et/ou Event. Envie de te joindre à nous ? Consulte ce lien pour en savoir plus : ici !
    En cas de questions, n'hésite pas à nous contacter sur le support !

[Récit]Mémoires d'Outre-Monde

Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

Thorondhor

Élève assidu
Je poste finalement ce récit à part de ma biblio ( Nouvelles d'Elvenar et d'ailleurs)parce que ça va être long, et que je vais essayer de poster à intervalles régulier.
Merci à toutes les personnes qui m'ont aidé ou qui m'ont proposé de m'aider à la relecture, et spécialement à Beauty et PriissL.

Le Prologue avait été imaginé pour un tout autre texte, et est une réadaptation.

Prologue

La nuit tombait sur les Monts Brumeux. Sur les aires de Crissaegrim, moi, Thorondhor, je m'apprêtais à prendre mon envol, pour une dernière course avant que ne s'allument les premières étoiles.
Mais Maeglin, l'Aigle du Sud, s'approcha de moi, et dit:
-Le Gardien des Livres Thenodin, de la ville de Starfold, que nous protégeons, a trouvé un étrange manuscrit, porteur d'un récit venu d'un monde qui n'est point le nôtre. Je ne sais si cela peut vous sembler utile de passer voir de quoi il s'agit, mais l'affaire m'a paru assez importante.
-Merci, Maeglin. Sois assuré qu'à mon retour, tu sauras tout. Je rentrerai sans doute tard, que la Sentinelle ne s'alarme pas.

Sur ces mots, je partis. Bientôt, Starfold apparut, ville perchée en haut d'un éperon rocheux, perdue dans la brume. Ses hautes tours, surplombant le défilé des Issnigh, dressaient leurs flèches dorées vers un ciel constellé de ces éclatantes larmes de lune, plus brillantes que les joyaux de Fëanor.

Le Gouverneur de la place, Durinod, n'attendait pas une arrivée si prompte, et, après les salutations d'usage:
-Seigneur Thorondhor, vous me trouvez surpris. Nous n'espérions pas vous revoir avant une semaine.
-Durinod, je viens pour le manuscrit. Maeglin m'en a parlé. Où est-il ? D'où vient-il ? Que contient-il ?
-Thenodin, pourtant un grand érudit, ne parviens pas à le déchiffrer, et en dépit de toute sa science, il travaille encore à comprendre son sens. Le début était écrit en runes elfiques et dans notre langue, mais la suite est en une langue inconnue, et certains signes sont très différents... Mais venez, suivez-moi. Il est dans son cabinet d'études, et vous expliquera cela bien mieux que moi-même.
-Bien, allons-y. Loge-t-il toujours dans l'aile Nord, à l'autre extrémité de la forteresse? J'ai horreur de vos couloirs et de vos escaliers, ils sont trop étroits pour un Aigle de ma taille...

Peu après, j'entrai dans une petite salle aux hautes voûtes d'ogive, percée de vastes fenêtres, éclairée par trois lanternes aux vitres colorées. Tout était rangé avec un ordre admirable. Au fond de la pièce, assis devant un bureau sur lequel trônait le fameux manuscrit, le Gardien des Livres remplissait des pages entières de parchemin, raturant d'un trait quelques mots, feuilletant des livres posés autour de lui.
Le gardien, Thenodin, n'était pas de ces érudits austères et énigmatiques, de ces sages vieux comme le monde dont la barbe blanche traîne sur le sol : c'était un homme d'âge mûr, mais encore jeune, au visage empreint de sérieux et d'affabilité.
Lorsqu'il s'aperçut de ma présence, il voulut se lever pour me saluer, mais je lui demandai de continuer son travail. Il me dit alors :
-Seigneur Thorondhor, j'ai bientôt découvert le secret de cette langue inconnue. Cela prendra du temps, mais à présent je puis presque déchiffrer le manuscrit. Je vous en montrerai les feuillets au fur et à mesure.
-Bien, ami Thenodin, que les Valar t'assistent ! Mais comment êtes-vous entrés en possession d'un tel objet?
-Un marchand, Seigneur, m'a vendu un coffre ayant appartenu à l'elfe Cingolfin, qui est connu pour avoir voyagé, par la grâce d'Illuvatar, hors des Terres du Milieu : et voici ce que nous y avons trouvé. Mais c'est le seul de ce genre.
J'inclinai la tête pour regarder le manuscrit de plus près : la reliure de cuir noir paraissait ancienne et avait bien résisté au temps. Mais la tranche était usée et dédorée, et des pages entières semblaient abîmées par l'humidité. Sur la couverture, en runes d'or, était inscrit : "Mémoires d'Outre-Monde". Ce titre m'intrigua. J'avais déjà entendu cela, mais le souvenir que j’en avais me semblait étrangement flou, c’était comme le rêve d'un rêve, ou comme le rêve d’une autre vie. Ensuite, je me lançai dans l'examen détaillé du travail d'interprétation de Thenodin sur la langue inconnue, mais je dois avouer ici que je ne compris pas bien. A la fin de ma lecture, je pris congé du savant en ces termes.
-Merci, Gardien, préviens-moi lorsque tu auras avancé ton oeuvre. Et si ton marchand revient, tâche d'en obtenir davantage.
 

Thorondhor

Élève assidu
Une semaine passa avant que Maeglin ne revienne me trouver. Il tenait enfin entre ses serres la traduction des premiers feuillets du manuscrit. Thenodin, le Gardien, la lui avait remise accompagné d'une note: "Ce Manuscrit est l'un des volumes de la grande oeuvre de Cingolfin: les Chroniques Perdues, ou Chroniques des Mondes. Il n'est qu'un recueil de textes issus de mondes divers, en langues différentes, et Cingolfin, l'Elfe Voyageur, n'a fait que les copier et les rapporter tels qu'il les a trouvés. Aussi, les textes qui s'y trouvent n'ont guère de liens entre eux, sinon que Cingolfin les compila."
Curieux, je me penchai sur le premier feuillet. Il semblait être différent des autres, plus petit, et d'une qualité de parchemin différente. Un dessin à l'encre montrait un dragon, plus grand que Glamdrung même, face à un être mi-homme, mi-cheval nommé dans le texte "centaure”. Le titre était : "Épopée des peuples libres : La Vallée des dragons". Une autre note m'indiqua : "Ce feuillet rongé par l'humidité, et presque entièrement illisible, appartient à un autre volume. Il n'a pas de suite". Dommage. Je me penchais sur la suite, et commençais à lire.
Ces mots m'emmenèrent très loin, dans un monde qui aurait pu être le nôtre, où le sang et les larmes versées gardent leur amertume par delà le temps et l'espace.
 

Thorondhor

Élève assidu
Passage ici pour supprimer le développement de la nouvelle.
Je demande la fermeture et l'archivage de ce post, merci beaucoup.

Edit : je m'aperçois que nous avons à nouveau perdu la possibilité d'éditer nos messages postés il y a longtemps...
Je demande la suppression du contenu avant la fermeture, svp.
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut