La plume d'Hitsuji

Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

Hitsuji

Détective d'Halloween 2016
Hitsuji vous invite dans son univers avec quelques écrits :)

Je mettrai à jour ce 1er post dès que je publierai quelque chose et espère que vous apprécierez me lire, autant que j'aime écrire.

Ps : La conjugaison n'est pas mon fort, fermez les yeux :D

Petit tour d'horizon

Je vais répertorier ici ce que j'ai pu écrire et qui est déjà public, ainsi que des nouveautés ^^

* Tout est une question d'apparence (Texte écrit pour le n°4 du journal de la communauté)

* Derrière les masques de Mendaci (Texte écrit pour le concours amour de 2018)
* 1er essai pour le concours amour de 2018

* Le carnet de voyage d'Énar


Vous pouvez commenter, mais pas flooder, merci de votre compréhension :)
 
Dernière édition:

Hitsuji

Détective d'Halloween 2016
Mon texte pour le n°4 du journal de la communauté, avec l'accord de Vyrenzo :)

Lien vers le PDF (car même 2 pages en PDF c'est trop lourd en PJ) -> Ici

Tout est une question d’apparence


J'ai pensé « je veux passer de l'ombre à la lumière » en récitant les derniers mots du sort, ignorant si tous mes efforts allaient être bénéfiques ….

Les rires moqueurs des étrangers, et même de mes semblables me firent tirer un peu plus sur la cape noire qui recouvrait mon visage. J'étais la plus laide des laides. La nature ne gâte pas vraiment les orcs, mais la nature m'a totalement ratée. Mon corps est boudiné, ma peau est loin d'être douce, et d’une couleur grisâtre, à un tel point qu'ils se demandent tous si je suis vraiment une orc.

Je ne supporte plus tout ça, j'ai en horreur mon propre corps ! En plus de ça, j'ai une cicatrice sur le côté droit de mon visage, partant juste en dessous de mon œil, et descendant vers mon cou, un malheureux accident qui n'a fait que m'abîmer davantage.

Je claquais la porte de la vieille cabane où j'avais trouvé refuge, me coupant de ce monde où je n'ai pas ma place. L'obscurité m'enveloppe dans une solitude étouffante, mais au moins, je suis loin de tous ces orcs méprisables et stupides, ainsi que des sublimes fées qui ne font que me souffler de la poussière dessus pour, soit disant, me faire briller. Je suis aussi loin de ces ignobles sorciers qui n'en ratent pas une pour rendre mon quotidien encore plus difficile, me faisant pousser des cornes, ou faisant apparaître des pustules sur mon visage.

Me laissant glisser contre le bois abîmé par le temps, je me recroqueville dans l'obscurité, attendant que la nuit tombe. Ce soir, sera un grand soir, du moins je l'espère de tout mon cœur.

Je suis persuadée que la nature s'est trompée, je suis trop intelligente pour être une orc. La plus part de ces créatures ont un petit pois à la place du cerveau, sont dégoûtants et mal élevés. Les humains les exploitent pour la production de fumier d'orc, quelle honte, je trouve ça révoltant ! Mais moi, je suis différente d'eux, et je vais leur prouver à tous ce qu'une orc intelligente peut faire ! Il m'aura fallu de longues années pour apprendre à utiliser le mana des elfes sylvains, ainsi que la langue si poétique de la sorcellerie utilisée par ces maudits sorciers, je n'allais certainement pas abandonner ma recherche pour retrouver ma véritable apparence, celle que la nature aurait dû me donner.

A la tombée de la nuit, j'entends un bruissement d'ailes à l'extérieur, avant que le sol ne tremble. Mon unique ami vient d'arriver, et ce n'est pas n'importe qui. Me levant, j'ouvre la porte, découvrant l'éclopé, c'est ainsi que les gens l’appellent. C'est vrai qu'il n'a plus sa magnificence, mais un dragon reste un dragon. L'une de ses ailes a été gravement abîmée par les humains qui ont essayés de le capturer pour tenter des expériences, mais toutes leurs tentatives n'ont fait que le tuer à petit feu. L'un de ses yeux vert a été touché par un projectile lors de son évasion, quand les sorciers ont essayé de le réduire à la captivité, il a presque perdu la vue de cet œil, et ne voit plus que d'un seul maintenant.

Je prends le parchemin roulé qui est sur la table et sors de la cabane. Le dragon m'accompagne un peu plus loin sur une falaise, là où tout changera cette nuit, pour toujours. Je suis anxieuse, et regarde le majestueux dragon. Ses ailes déployées, il est triste de constater qu'un jour, il ne pourra même plus voler. Voyant que je deviens triste, il agite ses ailes, balayant du sable vers moi, signe que je n'ai pas intérêt à m'apitoyer sur son sort. Il déteste ça, il est peut être abîmé, il reste un redoutable adversaire.

Je suis hésitante, mais il souffle du feu vers moi, signe que je risque de l’irriter si j'abandonne. J'ai déjà récité des dizaines et des dizaines de sortilèges, certains n'ont eu que pour effet de me rendre malade, d'autres ont accentué ma laideur. J'ai perdu un peu espoir, mais mon compagnon dragon ne m'a jamais laissé tomber. Déroulant le parchemin, je commence à psalmodier dans une langue ancienne. Je veux passer de l'ombre à la lumière, ne plus devoir vivre cachée à cause de mon apparence, être jolie à regarder, être traitée correctement par les autres.

Je m'effondre à genoux au dernier mot en échappant le parchemin sous une terrible douleur qui semble déchirer ma chair, et broyer mes os. C'est si douloureux, que je hurle sous la lueur de la pleine lune. J'aperçois l'inquiétude dans ses yeux verts, avant de sombrer dans la plus épaisse obscurité qui puisse exister.


Le soleil est haut dans le ciel quand du bruit me sort de l'inconscient. Mes yeux ont du mal à s'habituer à la luminosité, mais quand ce fut le cas, je remarque qu'elle petite fée voltige au-dessus de moi. Il y a aussi une créature avec des cornes, je crois qu'il s'agit d'une femme halfelin. J'ignore pourquoi elles sont là, et me redresse en frottant ma pauvre tête qui me fait mal, mon corps aussi me fait mal, j’ai l’impression d’avoir été écrasé par un rocher. Mes yeux sont attirés par mon bras, et je les tends finalement face à moi. C'est sous le choc que je vois des mains à la peau rose, à la place des miennes toutes boudinées et crasseuses.

Elles doivent me prendre pour une folle, car je passe de longues minutes à découvrir, cette nouvelle enveloppe corporelle qui est la mienne. J'ai réussi, cette pensée me fait sourire. Je me lève et cours vers le petit étang un peu plus bas au pied de la falaise, manquant de tomber la tête la première sous l’engourdissement de certains membres. L'eau est si claire, que je peux y voir mon reflet. C'est avec bonheur que je découvre ma peau lisse et rosée, mes yeux ont gardés leur couleur dorée, mais plus rien ne correspond à mon apparence d'orc. Je suis belle et humaine.

Les deux femmes m'ont accompagnés au village après, elles ne croient pas à mon récit, elles pensent que je suis une étrangère à qui il a pu arriver quelque chose et que je suis devenue amnésique. Mais je sais très bien la vérité. Ma vie va changer, je vais passer dans la lumière.


Les mois se sont lentement écoulées, l'halfelin et la fée ont eu pitié de moi et m'ont offert l'hospitalité dans leur charmante auberge, dans laquelle j'ai trouvé une famille dans le cœur de ces deux êtres. Ma vie a retrouvé des couleurs, fini les moqueries, fini de se cacher. Mais je n'ai pas arrêté la sorcellerie, le miracle que j'avais réalisé, ne pouvait pas être le seul. Et c'est en regardant le ciel, que je vis mon plus beau miracle. Le soleil fut caché quelques secondes par l'imposant et sublime dragon qui vint se poser à mes pieds. Il aura fallu des mois, mais l'insomnie ne m'aurait pas empêché de rendre son éclat à mon ami. Crochetant mes bras autour de son cou, je l'embrassais sur la joue, et je montais sur son dos. Car tous les petits plaisirs d'avant n'avaient pas changé, quoi qu'il arrive, nous étions inséparables, la beauté n'était pas éternel, et les humains n'étaient pas prêt d'arrêter la chasse au dragon, il fallait en profiter avant de retourner dans l'obscurité. Ma vie d'humaine sera plus courte que celle d'une orc, mais entre vivre une vie cachée et longue, et vivre une vie courte, entourée d'une famille, de rire et de joie, mon choix est fait, mes jours sont comptés, mais enfin, je vis !
 
Dernière édition:

Hitsuji

Détective d'Halloween 2016
Texte écrit dans le cadre du concours écrit sur le thème de l'amour de 2018

Thème n°3 : Derrière les masques de Mendaci

Le Docteur était sonné après l’atterrissage forcé de son TARDIS. Quelque chose s’était passé, mais quoi. Ouvrant lentement la porte de sa cabine téléphonique bleue, il jeta un œil à l’extérieur. Au loin, un grand parc avec une belle fontaine entourée par de la végétation et des escaliers formant une scène, où des musiciens jouaient du violon, de la harpe et chantaient, devant des inconnus qui dansaient. Ils étaient tous vêtus de vêtements somptueux et de masques.

Refermant la porte, le Docteur fouilla dans une malle pour en sortir des vêtements venus de Venise à une époque où les bals masqués étaient populaires. Déguisé pour se fondre dans la masse, il quitta le TARDIS.

Certains des invités s’étaient mis à l’écart dans le grand jardin, et étaient à visage découvert. Il fut surpris de découvrir une jeune femme avec de longues oreilles, dans les bras d’un homme dont la peau grise ne passait pas inaperçue. Étonné de voir une elfe et ce qu’il identifia comme un orc, il bouscula un invité. Enfin une invitée à en juger par la robe de couleurs bleu, noir et rouge qui la composait. Il s’excusa, mais un barde lui fit savoir que la baronne Estrella méritait bien plus que de plates excuses. De sa main gantée, dans laquelle elle tenait un éventail, la baronne fit un geste au barde qui se retira.

« Qui êtes-vous étranger ? Tout le monde ici sait qui je suis.

- Un voyageur surnommé le Docteur, venant d’un endroit lointain.

- Nous n’avons que peu d’étranger par ici. Vous êtes à la grande fête de Mendaci qui a lieu chaque année pendant les festivités de la St Valentin.

- Alors si c’est une fête, puis-je vous inviter à danser pour m’excuser ? »

La baronne accepta, et tous deux dansèrent parmi les invités. Le Docteur avait l’impression qu’un feu ardent habité Estrella, ses prunelles étaient sombres derrière son masque noir. Une chaleur intense se dégageait d’elle. Elle était mystérieuse, ce qui l’intrigué.

La baronne lui conta la création de Mendaci, une tradition venant de deux élémentaires souhaitant se retrouver, mais dont les familles respectives étaient ennemies. Cachaient derrière leurs masques, feu et eau réunis le temps d’une nuit volée. Par la suite, Mendaci accueillit derrière ses masques, les plus belles unions cachées et éphémères.

Le Docteur fut charmé par le récit et souhaita en connaître davantage sur cette partie d’histoire dont il ignorait tout. Sa main sur le bras du Docteur, elle l’emmena à l’écart de la musique dans les jardins fleuris.

« Vous êtes bien curieux Docteur, alors que je ne sais rien de vous. Pourquoi devrais-je vous conter l’histoire d’Énar et de ses habitants ?

- Pour m’enrichir de connaissances. Je vous promets qu’ensuite, je vous ferais découvrir de sublimes choses, si vous me laissez-vous voir sans votre masque. »

Le Docteur retira son masque, et attendit qu’Estrella retire le sien. Ce qu’il découvrit fut encore plus beau que tout ce qu’il avait pu voir à ce jour. Tendrement, il embrassa la baronne, qui lui rendit son baiser, persuadé d’avoir trouvé LA compagne parfaite pour ses voyages dans le temps.

~ ~

Et en inédit, mon 1er essai pour le concours ;)

Thème n°1 : Essai pour le concours

Le barman rangea quelques chaises, avant d’essuyer les tables. Arrivant à celle près de la fenêtre, il trouva une lettre. Intrigué, il s’en saisit et commença à lire :

« Je n’ai pas osé t’écrire depuis que tu es parti, peut-être parce que cela me rappelle ton absence au quotidien. Je dois t’avouer quelque chose, que je n’ai pas osé dire à mon entourage. Il m’arrive souvent de retourner là-bas, de contempler l’horizon dans le froid de l’hiver. A cette saison, les bateaux ne quittent plus beaucoup le port, parfois l’eau est gelée. J’aurais aimé que l’eau soit gelée le jour où tu es parti.

Je me dis parfois que je pourrai prendre un bateau, quitter cet endroit et te retrouver. Oui je peux, il me faudrait juste faire quelques bagages et poser un pied sur une embarcation pour un nouveau chez moi. Mais chez moi, c’est ici, même si tu es parti, même si je ressens ton absence, même si j’ai perdu un peu d’entrain.

Te souviens-tu de notre séparation sur le port désert ? Un baiser délicat, une étreinte et un adieu, avant que tu ne disparaisses dans ce bateau, qui disparut à son tour derrière le brouillard de l’automne.

Quand j’y pense, j’aurais souhaité pouvoir te dire des choses à l’oreille, et me perdre un peu plus dans notre dernière étreinte. Chaque jour qui passe, je regrette n’avoir pas su te retenir, et surtout, ne pas avoir pu t’aimer encore, même quelques minutes de plus.

Le temps passe, mais la douleur ne tari pas. Je pleure, seule dans un bar, parce que je ne sais pas où tu es, ni où t’envoyer mon cœur brisé couché sur un morceau de papier.

Je t’aime encore, il serait pourtant plus simple de déposer mes sentiments dans un carton et l’expédier le plus loin possible, pour repartir de zéro et me libérer de ton étreinte qui me berce encore la nuit dans mes songes éphémères.

Pour toi Gabriel, qui a illuminé mon quotidien, avant de le plonger dans l’obscurité. »

Le barman regarda dehors, la rue faiblement éclairée par un lampadaire. Il se rappelait une jeune femme assise à cette table un peu plus tôt, avec un regard triste, il comprenait maintenant pourquoi. Il plia la lettre et la rangea dans une boîte, dans laquelle il avait déposé les souvenirs d’amours fanés venus se perdre dans sa miteuse taverne.
 

DeletedUser1843

Tu sais ce que j'en penses j'adore, je suis fan, c'est un excellent projet, franchement j'attends la suite avec juste énormément d'impatience (comment ça je vais devoir attendre longtemps :eek:) et voilà du top top top !

En plus je sais que ça t'a pris énormément de temps mais tu peux être fière, il est super ton projet !
 

kyhd

Graine divine
J'ai aimé tes textes pour le concours, très bien écrit.

Pour ton carnet, je suis plus mitigée. Bien sûr l'écriture est au rendez-vous mais je ne voyage pas. Trop ancré dans le réel pour moi.
Mais ça ne concerne que moi et mes goûts littéraires.
Je n'ai rien de négatif à dire. Vraiment :)

Continues ton carnet, je suis sûre que ton style plait à d'autres :)

Je suis sûre que mes textes ne remportent pas tous les suffrages. On ne peut pas plaire à tout le monde et il en faut pour tout les goûts ;)
 

Hitsuji

Détective d'Halloween 2016
@Vyrenzo peux-tu fermer mon sujet s'il te plait (en déplaise à ma binômette), il rejoindra les archives, il a déjà pris la poussière de toute façon, et il partira en même temps que moi.

Merci à ceux qui ont lu et apprécié ma plume loin d'être merveilleuse :)
Je n'ai pas publié ici le dernier écrit que j'ai fais, mais ceux qui ont lu le concours du journal m'ont lu, et ceux qui ont voté pour moi, ça me touche beaucoup :) A la publication des résultats, vous saurez lequel était mon texte :) Et oui j'ai menti, j'ai participé sur un coup de tête, je ne pensais pas qu'on reconnaîtrait mon écriture ;)

Continuez de lire, la lecture est un monde fabuleux :)
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.
Haut